Siksikas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

50° 48′ 11″ N 112° 54′ 22″ O / 50.803, -112.906 ()

Siksikas
Pieds-Noirs, Blackfoot

Description de cette image, également commentée ci-après

Le chef Aatsista-Mahkan vers 1900

Populations significatives par région
Flag of Alberta.svg Alberta
(Drapeau du Canada Canada)
6 501 (2009)[1]
Autres
Langues

Anglais, pied-noir

Religions

Christianisme, autre

Ethnies liées

Peuples algonquiens
Pieds-Noirs

Description de cette image, également commentée ci-après

Carte de répartition

Les Siksikas, également appelés Pieds-Noirs et Blackfoot, sont une tribu nord-amérindienne de l'Alberta au Canada. Elle fait partie de la Confédération des Pieds-Noirs qui comprend également les Gens-du-Sang et les Pikunis. Depuis le XIXe siècle, ils vivent principalement dans la réserve indienne Siksika 146. La nation comprend plus de 6 500 membres inscrits dont plus de 3 700 vivent sur la réserve.

Terminologie[modifier | modifier le code]

Le terme « Siksika » provient du pied-noir Siksiká qui signifie « pieds noirs » de sik « noir » et iká « pied » ; le pluriel en pied-noir est Siksikáwa. La légende veut que l'origine de ce nom soit attribuable aux mocassins noirs portés par un Siksika[2]. Étant donné qu'ils ont été la première tribu de la Confédération des Pieds-Noirs à rencontrer des Européens, leur nom a été étendu à l'ensemble de cette population[3]. Ils sont plus souvent nommés avec le terme anglophone « Blackfoot » qui est également utilisé en français, mais plus souvent traduit en « Pieds-Noirs ». Ces deux derniers termes peuvent également faire référence à l'ensemble de la Confédération des Pieds-Noirs, alors que le terme « Siksikas » est spécifique à cette tribu.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de chasse ancestral des Siksikas était une partie intégrante du territoire de la Confédération des Pieds-Noirs. En fait, les Siksikas occupaient la partie la plus au nord de ce territoire qui couvrait les rivières La Biche (Red Deer en anglais) et Battle (en)[4]. Depuis le XIXe siècle, ils vivent principalement dans la réserve indienne Siksika 146 qui couvre une superficie de près de 700 km2 et qui est située à environ 57 km au sud-est de Calgary en Alberta au Canada[5].

Réclamations territoriales[modifier | modifier le code]

Les Siksikas ont longtemps eu un conflit avec le gouvernement canadien à propos d'une réclamation territoriale suite à des événements datant de 1910. Le gouvernement fédéral avait alors demandé à la bande de céder un secteur de 466 km2 du territoire de leur réserve afin de le vendre aux nouveaux colons. Ceci incluait 50 km2 qui furent transférés au chemin de fer du Canadien Pacifique pour la construction du barrage Bassano sur la rivière Bow. La bande n'a pas été convenablement informée sur cette dernière partie qui était ainsi illégale. En 2010, c'est-à-dire un siècle plus tard, les gouvernements du Canada et de l'Alberta se sont entendus avec la nation siksika pour le paiement de 50 millions de dollars ainsi que des nouveaux droits sur l'eau pour la bande[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

Depuis le XIXe siècle, les Siksikas habitent principalement sur la réserve Siksika 146. En 2009, la nation siksika comprenait 6 501 membres inscrits dont 3 779 vivaient sur la réserve[1]. Il s'agit de la plus petite tribu de la Confédération des Pieds-Noirs[4].

Lors du dernier recensement de Statistiques Canada datant de 2006, la réserve avait une population de 2 767 individus dont l'âge médian était de 25 ans tandis que la moyenne provinciale était de 36 ans ; en fait, près de 45 % de la population était âgée de moins de 20 ans[7]. 98,5 % des habitants de la réserve étaient des Nord-Amérindiens[5].

Population
Année Population
1809 1 600[8]
1823 4 000[8]
1832 3 600[8]
1841 2 400[8]
1854 2 320[8]
1870 1 808[8]
2009 6 501[1]

Politique[modifier | modifier le code]

La nation siksika est dirigée par un chef et douze conseillers qui sont élus démocratiquement par les membres de la nation pour un mandat de trois ans. Le chef actuel est Fred Rabbit Carrier[9]. Le conseil tribal siège sur la réserve Siksika 146.

Histoire[modifier | modifier le code]

Puisque les Siksikas occupaient la partie nord du territoire des Pieds-Noirs, ils furent les premiers de la Confédération à entrer en contact avec les Européens au milieu du XIIIe siècle[4],[10].

Personnalités notables[modifier | modifier le code]

Le chef Isapo-muxika, vers 1885

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Affaires indiennes et du Nord Canada, Population indienne inscrite selon le sexe et la résidence 2009, Ministre des Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (ISSN 1702-3238, lire en ligne), p. 43, consulté le 11 mars 2013
  2. Hugh A. Dempsey, p. 8
  3. Hugh A. Dempsey, p. 15
  4. a, b et c Hugh A. Dempsey, Pieds-Noirs (Siksikas), 2012.
  5. a et b « Siksika 146 », Profil de la population autochtone de 2006, Statistiques Canada, diffusé le 15 janvier 2008, page consultée le 7 mars 2013
  6. (en) Kelly Cryderman (Calgary Herald), « Dam dispute settlement worth $50M to Siksika band », Edmonton Journal, 13 décembre 2010, page consultée le 11 mars 2013
  7. Caractéristiques de la population de la Nation Siksika, Affaires autochtones et Développement du Nord Canada.
  8. a, b, c, d, e et f Hugh A. Dempsey, p. 11
  9. (en) Oki, (Welcome) sur le site officiel de la Siksika Nation, page consultée le 7 mars 2013
  10. Hugh A. Dempsey, p. 8, 9 et 14

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Betty Bastien, Blackfoot ways of knowing: the worldview of the Siksikaitsitapi, Calgary, AB, University of Calgary Press,‎ 2004, 235 p. (ISBN 1552381099).
  • (en) Hugh Aylmer Dempsey, Indian Tribes of Alberta, Calgary, AB, Glenbow Museum,‎ 1986, 100 p. (ISBN 0-919224-00-8). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Hugh Aylmer Dempsey, « Nation des Pieds-Noirs », Encyclopédie canadienne,‎ 2012 (lire en ligne).
  • Hugh Aylmer Dempsey, « Pieds-Noirs (Siksikas) », Encyclopédie canadienne,‎ 2012 (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Hugh Aylmer Dempsey, « Rapport de recherches sur les traités - Traité No.7 (1877) », Centre de la recherche historique et de l'étude des traités, Affaires indiennes et du Nord Canada,‎ 1987 (lire en ligne).
  • (en) Lucien M. Hanks, Tribe under trust: a study of the Blackfoot Reserve of Alberta, Toronto, Ont, University of Toronto Press,‎ 1950, 206 p. (ISBN 0802070167).

Liens externes[modifier | modifier le code]