Seydou Badian Kouyaté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kouyaté.

Seydou Badian Kouyaté officiellement aujourd'hui Seydou Badian Noumboïna est un écrivain et homme politique malien né à Bamako en 1928.

Seydou Badian Kouyaté effectue des études de médecine à l’université de Montpellier en France[1]. Il est l'auteur d'une thèse sur les traitements africains de la fièvre jaune[2].

En 1956, il rentre au Mali et est nommé médecin de circonscription[1]. Proche du premier président Modibo Keïta, il écrit les paroles de l’hymne national, Pour l'Afrique et pour toi, Mali. Il devient à l'indépendance du pays ministre de l'Économie rural et du Plan. Lors du remaniement du 17 septembre 1962, il devient ministre du Développement[3]. Il défend l'existence d'un parti unique dans l'Afrique post-colonial, seul moyen selon lui de créer la Nation[4].

Lors du coup d’État de Moussa Traoré en 1968, il est déporté à Kidal puis s’exile à Dakar au Sénégal.

En 1997, il est candidat à l'Élection présidentielle[5] mais décide, comme la plupart des autres candidats opposés au président sortant Alpha Oumar Konaré, de retirer sa candidature pour protester contre la mauvaise organisation des élections[6].

Militant de la première heure de l’Union soudanaise-Rassemblement démocratique africain, il en est exclu en 1998 pour s’être opposé à une partie de la direction qui prônait la non-reconnaissance des institutions lors des élections contestées[7].

Écrivain reconnu internationalement, il publie en 1957, trois ans avant l’indépendance du Mali, son premier roman intitulé Sous l’orage. en 1965, il publie les dirigeants face à leurs peuples. Deux autres romans sont publiés ensuite, Le Sang des masques en 1976 et Noces sacrées en 1977.

En octobre 2007, Seydou Badian Kouyaté publie un roman intitulé La Saison des pièges[8].

En 2009 Seydou Badian Kouyaté change de nom et s'appelle officiellement Seydou Badian Noumboïna, du nom d'un village dans le cercle de Macina[9].

Il est le père du styliste Lamine Xuly Bët.

Œuvres, écrits.[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sébastien Le Potvin, Lettres Maliennes: Figures et configuration de l'activité littéraire au Mali, Éditions L'Harmattan, 2006, p.298
  2. Modibo Diagouraga, Modibo Keïta: Un destin, Éditions L'Harmattan, 2005
  3. Cheick Oumar Diarra, le Mali de Modibo Keïta, Éditions L'Harmattan, 1986, p.98
  4. Dans son livre Les Dirigeants africains face à leurs peuples, il écrit « Le parti unique est aujourd'hui en Afrique le seul moyen de créer la Nation », cité par Cheick Oumar Diarra, le Mali de Modibo Keïta, Éditions L'Harmattan, 1986, p.154
  5. Élection présidentielle : dix candidats, dont le président Konaré Afrique express N° 143, 10 avril 1997
  6. Législatives ratées : le sort du premier tour dans les mains de la Cour Constitutionnelle, Afrique express N° 144, 24 avril 1997 [1]
  7. « Seydou Badian Kouyaté à propos des radiés de l’US-RDA « réintégrés » à la faveur des 60 ans du parti », L’Indépendant du 23 novembre 2006.
  8. « Le retour de Seydou Badian Kouyaté », Jeune Afrique, 26 août 2007.
  9. M.D., « Littérature : Seydou Badian ne sera plus Kouyaté? », L'indicateur renouveau,‎ 23 avril 2009 (lire en ligne)