Sedia gestatoria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sedia (homonymie).
Le pape Pie XII sur la sedia gestatoria lors de son couronnement au printemps de 1939. On aperçoit derrière le sommet d’un des flabella surmonté de plumes d’autruche blanches utilisés pour cette cérémonie.
La sedia gestatoria du pape Pie VII (1800-1823), ici montrée lors d'une exposition au château de Versailles.

La sedia gestatoria (littéralement « chaise à porteurs ») était un trône mobile sur lequel le pape était porté pour pouvoir être plus facilement vu des fidèles lors des cérémonies publiques à Rome.

Histoire[modifier | modifier le code]

La sedia était surtout utilisée à l'occasion de cérémonies solennelles, comme l'intronisation d'un nouveau pape (à partir du XVIe siècle), l'entrée solennelle dans la basilique Saint-Pierre de Rome ou sur la place Saint-Pierre ou encore lors des consistoires de cardinaux. Dans les temps qui ont suivi cette époque, elle fut utilisée plus souvent et pour des manifestations de moindre importance.

Les Sediari pontifici, attestés dès Pie IV (1559–1565), étaient chargés de manipuler la sedia. Au nombre de 14 à leur effectif maximum, ils se composaient des porteurs et des « flabelles », portant les flabella.

Le sevrage[modifier | modifier le code]

Jean-Paul Ier, en 1978, s'est rendu à pied à son intronisation, et ce malgré la forte pression de la partie traditionaliste de la Curie romaine. Il utilisa néanmoins la sedia lors de sa dernière audience publique du 27 septembre 1978[1].

L'usage de la sedia a été finalement abandonée par le pape Jean-Paul II et ses successeurs Benoît XVI et François, étant substituée par la papamobile, une voiture surélevée et blindée.

Il ne faut pas confondre la sedia avec le faldistoire, autre siège mobile utilisé par exemple par le pape quand il est dans une cathédrale, pour ne pas utiliser la cathèdre. Dans le tableau de David Le Sacre de Napoléon, on voit Pie VII assis sur un faldistoire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. Levillain, Philippe Levillain (dir.), Dictionnaire historique de la papauté, Paris, Fayard,‎ 2003 (ISBN 2-213-618577) ;
  • (it) G. Palazzini, « Sediari pontifici », Enciclopedia Cattolica, vol. 11, 1953, pp. 225–226 ;
  • (en) R. Strauss, Carriages and Coaches, Londres, 1912 ;
  • (it)D. Tardini, L'incoronatione del Papa ed il solemne possesso del Laterano, Rome, 1925 ;
  • (la) G. Valentino Stivano, De levitatione seu portatione Pontificis, Venise, 1578–1579.