Saint-Gabriel-de-Brandon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Gabriel-de-Brandon
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Lanaudière
Comté ou équivalent D'Autray
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Roch Desrosiers
2009 - 2013
Constitution 30 juin 1864
Démographie
Gentilé Brandonien, ienne
Population 2 580 hab. (2006)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 16′ 00″ N 73° 23′ 00″ O / 46.266672, -73.38333846° 16′ 00″ Nord 73° 23′ 00″ Ouest / 46.266672, -73.383338  
Superficie 9 587 ha = 95,87 km2
Divers
Code géographique 52085
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Saint-Gabriel-de-Brandon

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Saint-Gabriel-de-Brandon

Saint-Gabriel-de-Brandon, chef-lieu du canton de Brandon est une municipalité du Québec (Canada), située dans la MRC D'Autray, dans la région administrative de Lanaudière[1].

Elle est sise sur la berge du lac Maskinongé. Elle est nommée en l'honneur de l'archange Gabriel[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les terres de Saint-Gabriel étaient autrefois visitées par les Amérindiens. On croit que ce sont les Abénaquis qui fréquentaient le territoire à une époque où le commerce de la fourrure était prisé.

« Jesse Armstrong, est officiellement le premier colon (1783) à obtenir un terrain dans cette seigneurie, concédée au sieur Charles-François Tarieu de Lanaudière.

M. Armstrong, loyaliste américain d'origine écossaise, est imité par de nombreux Irlandais. Cependant, ce n'est que vers 1830 qu'on dénote l'arrivée de Canadiens français dans ce secteur qui est d'abord appelé Canton de Brandon puis Mission du lac Maskinongé jusqu'en 1836.

Le transport ferroviaire a contribué fortement à l'essor du commerce du bois. En 1888, le Canadien Pacifique relie Saint-Gabriel à Montréal. Le moulin à scie des McLaren emploie une centaine d'hommes qui sortent plus de cent wagons de bois de pulpe par an. L'épuisement de la ressource forestière engendre inévitablement la fermeture des moulins.

On dénote une grande activité dans le domaine des fours à charbon de bois. La compagnie Canadien Charcoal Co. Ltd exploite sept (7) fours de 1912 à 1922 jusqu'à ce que le feu mette un terme aux activités.

Ville Saint-Gabriel offre de nos jours des sites enchanteurs pour les pêcheurs, motoneigistes et les adeptes de VTT. La plage est aussi un endroit privilégié pour profiter pleinement des beaux jours d'été[3]. »

Le 14 juin 2014, la municipalité de la paroisse de Saint-Gabriel-de-Brandon a changer son statut pour celui de municipalité[4]

Démographie[modifier | modifier le code]

  • 2011 : 2 679[5]
  • 2006 : 2 800
  • 2001 : 2 590
  • 1996 : 2 608
  • 1991 : 2 161


Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Damien Mandeville,
Saint-Gabriel
Saint-Didace Rose des vents
Saint-Jean-de-Matha N Saint-Barthélemy
O    Saint-Gabriel-de-Brandon    E
S
Saint-Cléophas-de-Brandon,
Saint-Félix-de-Valois, Saint-Norbert
Saint-Cuthbert

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gouvernement du Québec, « Saint-Gabriel-de-Brandon », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire
  2. Commission de toponymie du Québec
  3. MRC de D'Audray : Saint-Gabriel-de-Brandon
  4. Institut de la statistique du Québec, « Modifications aux municipalités », Modifications aux municipalités du Québec,‎ juin 2014, p. 3 (ISSN 1715-6408, lire en ligne).
  5. Recensement 2011