Rue des Beaux-Arts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
arrt
Rue des Beaux-Arts
Rue des Beaux-Arts vue depuis la rue Bonaparte
Rue des Beaux-Arts vue depuis la rue Bonaparte
Situation
Arrondissement 6e
Quartier Saint-Germain-des-Prés
Début rue de Seine, 14
Fin rue Bonaparte, 11
Morphologie
Longueur 138 m
Largeur 15 m
Historique
Création ouverte en 1825
Ancien(s) nom(s) passage des Beaux-Arts
Géocodification
Ville de Paris 0797
DGI 0801

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
rue des Beaux-Arts
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

48° 51′ 23″ N 2° 20′ 08″ E / 48.856386, 2.335657

La rue des Beaux-Arts est une rue du quartier Saint-Germain-des-Prés, l’un des quatre quartiers du 6e arrondissement de Paris (Île-de-France, France).

Carte des 4 quartiers du 6e arrondissement de Paris.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette voie a été ouverte en 1825 [1].

Elle a d’abord porté le nom de passage des Beaux-Arts.

Jusqu’en 1860, cette voie fit partie de l’ancien quartier de la Monnaie au sein de l’ancien 10e arrondissement de Paris.

Le nom de cette voie s’explique aisément puisqu’elle débouche (du côté de la rue Bonaparte) en face des « Beaux-Arts » (École nationale supérieure des beaux-arts).

Entrée des « Beaux-Arts » rue Bonaparte, dans l’axe de la rue des Beaux-Arts.

On y trouve un grand nombre de galeries d’art.

Lieux particuliers[modifier | modifier le code]

  • 2, rue des Beaux-Arts :
    • 2, rue des Beaux-Arts : En 1926, Pierre Loeb installa sa « Galerie Pierre » à cette adresse.
    • 2, rue des Beaux-Arts: En 1939, Librairie à l'enseigne "La peau de chagrin", tenue par Pierre Berger (Pierre Périchard) et son associé qui le dénoncera à la Gestapo.
    • 2, rue des Beaux-Arts  : Libraire à l’enseigne « Le Minotaure », tenue par Roger Cornaille qui a aussi été un acteur de la vie intellectuelle du Paris des années 1950-1980.
    • 2, rue des Beaux-Arts : Emplacement de la première librairie de science-fiction, « À La Balance », ouverte par Valérie Schmidt, une proche de l’écrivain Philippe Curval.
  • 3, rue des Beaux-Arts : galerie Iris Clert (de 1956 à 1962).
Plaque commémorative à la mémoire de Guy-Robert du Costal et de son épouse Yvonne Le Marec.
  • 8, rue des Beaux-Arts :
    • 8, rue des Beaux-Arts : siège de L’Opinion, journal hebdomadaire français, fondé en 1907 qui parut chaque samedi jusqu’en 1938.
    • 8, rue des Beaux-Arts : Galerie Flak, spécialisée dans les arts primitifs.
  • 13, rue des Beaux-Arts : Oscar Wilde est mort à l’hôtel d’Alsace, situé au no 13 où de nombreuses personnalités ont également séjourné.
Article détaillé : L’Hôtel.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

17, rue des Beaux-Arts : Galerie Callu Mérite (de 1987 à 2005).

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie et Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]