Rolls-Royce Eagle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rolls-Royce Eagle
Rolls-Royce Eagle VIII.jpg
Rolls-Royce Eagle VIII exposé au musée de l'aviation du Canada

Constructeur Drapeau : Royaume-Uni Rolls-Royce Limited
Premier vol 1915
Utilisation Airco DH.4
Vickers Vimy
Caractéristiques
Type moteur d'avion V12

Le Rolls-Royce Eagle est le premier moteur d'avion développé par Rolls-Royce Limited. Dévoilé en 1915 pour répondre aux besoins de l'armée britannique engagée dans la Première Guerre mondiale, il sert à motoriser le bombardier Handley Page Type O ainsi qu'un certain nombre d'autres aéronefs militaires.

Contexte[modifier | modifier le code]

Lorsqu'éclate la Première Guerre mondiale, en août 1914, la Royal Aircraft Factory demande à Rolls-Royce de concevoir un nouveau moteur d'avion de 200 chevaux refroidi par air. En dépit de réticences initiales, l'entreprise accepte le marché à la condition d'adopter un refroidissement par eau en remplacement de l'air, car c'était l'un des champs d'expertise de l'entreprise[1].

Conception et développement[modifier | modifier le code]

Le développement du nouveau moteur est conduit par Henri Royce depuis son domicile dans le Kent. Initialement basé sur le moteur de la Rolls-Royce Silver Ghost et s'inspirant également du moteur d'une Mercedes 35 HP Grand Prix, la puissance est augmentée en doublant le nombre de cylindres pour les porter à douze et en augmentant leur course à 16,5 centimètres, bien que le diamètre du cylindre reste fixé à 11,4 cm. Le moteur tourne également plus vite, et un train épicycloïdal est imaginé pour conserver la vitesse du propulseur sous la barre des 1100 tours par minute. Pour réduire l'inertie et améliorer la performance le mécanisme de distribution abandonne les soupapes latérales pour un système d'arbre à cames en tête[2].

Des moteurs Rolls-Royce Eagle à Derby en 1919.

Le 3 janvier 1915 l'Amirauté commande vingt-cinq de ces nouveaux moteurs. L'Eagle est essayé sur un banc d'essai dans les usines Rolls-Royce de Derby en février 1915, développant 225 ch à 1600 tr/min. Rapidement, le régime moteur est porté à 1800 tr/min., puis en août 1915 à 2000 tours par minute, l'Eagle développant alors 300 ch. Après de plus amples essais, il est décidé de passer à la production industrielle avec un régime de 1800 tr/min. et 255 ch ; un palier de 1900 tr/min. est toléré pour de courts intervalles. Le moteur vole pour la première fois sur un bombardier Handley Page O/100 en décembre 1915, signant du même coup le tout premier vol d'un moteur d'avion signé Rolls-Royce.

L'Eagle est amélioré au cours des années 1916 et 1917, la puissance étant progressivement portée à 360 ch en février 1918, époque à laquelle huit versions ont été produites. Tout au long de la Première Guerre mondiale, Rolls-Royce lutte pour construire des Eagles dans les quantités requises par le War Office, mais l'entreprise résiste aux pressions pour la pousser à licencier le moteur à d'autres constructeurs, car elle craint que la qualité qui a fait la renommée du moteur n'en soit compromise[3].

Après la guerre, une version Mark IX de l'Eagle est développée à des fins civiles. La production se maintient jusqu'en 1928 et, au total, 4681 moteurs Eagle seront construits[4].

Variantes[modifier | modifier le code]

Note: Liste tirée de Lumsden, les désignations officielles alternatives sont en italique.

Eagle I (Rolls-Royce 250 hp Mk I)
(1915), 225 ch, 104 moteurs produits.
Eagle II (Rolls-Royce 250 hp Mk II)
(1916), 250 ch, 36 construits à Derby.
Eagle III (Rolls-Royce 250 hp Mk III)
(1917-1927), 250 ch, taux de compression accru (4,9:1), pistons renforcés. 110 construits à Derby.
Eagle IV (Rolls-Royce 250 hp Mk IV)
(1916-17), 270/286 ch, 36 construits à Derby.
Rolls-Royce Eagle VIII
Eagle V (Rolls-Royce 275 hp Mk I)
(1916-17), 275 ch, arbre à cames à haute levée, 100 construits à Derby.
Eagle VI (Rolls-Royce 275 hp Mk II)
(1917), 275 ch, introduction des doubles bougies d'allumage, 300 construits à Derby.
Eagle VII (Rolls-Royce 275 hp Mk III)
(1917-18), 275 ch, 200 construits à Derby.
Eagle VIII
(1917-1922), 300 ch, modifications en profondeur, 3302 construits à Derby.
Eagle IX
(1922-1928), 360 ch, conçu pour un usage civil, 373 construits à Derby.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Moteurs exposés[modifier | modifier le code]

Des exemplaires de moteurs Eagle sont visibles dans certains musées :

L'un des deux Eagles ayant motorisé le vol transatlantique historique d'Alcock et Brown est visible au musée des industries de Derby[5].

Spécifications (Eagle IX)[modifier | modifier le code]

Les données sont tirées de Lumsden[6].

Caractéristiques générales[modifier | modifier le code]

Type 
Moteur à combustion interne 12 cylindres en V (60°) refroidi par eau
Alésage 
115 mm (4,5 pouces)
Course 
165 mm (6,5 in)
Cylindrée 
20,32 L (1239 pouces cubes)
Longueur 
1 844 mm (72,6 pouces)
Largeur 
1 082 mm (42,6 pouces)
Hauteur
1 178 mm (46,4 pouces)
Poids 
408 kg (900 livres)

Composants[modifier | modifier le code]

Distribution 
Arbre à cames en tête
Alimentation 
Double carburateurs Claudel-Hobson
Refroidissement 
par eau

Performance[modifier | modifier le code]

Puissance 
268 kW (360 ch) à 1800 tr/min.
Consommation spécifique de carburant 
13.4 kW/L (0.32 ch/pouces³)
Compression 
5.22:1
Consommation 
90 litres/heure (24 gallons/heure)
Rapport poids/puissance 
0,66 kW/kg (0,40 ch/livre)

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Rolls-Royce Eagle » (voir la liste des auteurs)

  1. Pugh 2001, p. 71.
  2. Pugh 2001, p. 72.
  3. Pugh 2001, p. 79-86.
  4. Lumsden 2003, p. 183.
  5. Derby Industrial Museum - Eagle engine Consulté le 3 août 2009
  6. Lumsden 2003, p. 186.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Alec Lumsden, British Piston Engines and their Aircraft, Marlborough, Wiltshire, Airlife Publishing,‎ 2003 (ISBN 1-85310-294-6)
  • (en) Peter Pugh, The Magic of a Name - The Rolls-Royce Story: The First 40 Years, Duxford, Cambridge, Icon Books,‎ 2001 (ISBN 1-84046-151-9)
  • (en) A.A. Rubbra, Rolls-Royce Piston Aero Engines - A Designer Remembers, Rolls-Royce Heritage Trust, coll. « Historical Series » (no 16) (ISBN 1-872922-00-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]