Fairey Campania

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif Fairey Campania F.17 Su-27 silhouette.svg
Constructeur Drapeau : Royaume-Uni Fairey Aviation
Rôle Avion de reconnaissance embarqué
Statut Retiré du service
Premier vol 16 février 1917
Mise en service juillet 1917
Date de retrait août 1919
Nombre construits 62[1]
Équipage
1 pilote & 1 mitrailleur
Motorisation
Moteur Rolls-Royce Eagle VIII
Nombre 1
Type Moteur V12 à refroidissement liquide
Puissance unitaire 345
Dimensions
Envergure 18,77 m
Longueur 13,11 m
Hauteur 4,59 m
Surface alaire 62,3 m2
Masses
À vide 1 669 kg
Avec armement 2 422 kg
Performances
Vitesse maximale 137 km/h
Plafond 1 981 m
Vitesse ascensionnelle 87 m/min
Endurance 4 h 30 min
Rapport poids/puissance 0,080 kg/ch
Armement
Interne 1 mitrailleuse Lewis Mark I de calibre .303 (7,7 mm) sur montage Scarff en défense.
Externe 6 bombes de 53 kg (116 lb) sous les ailes et le fuselage.

Le Fairey Campania était un avion de reconnaissance/patrouille maritime embarqué britannique qui servit durant la Première Guerre mondiale et la Guerre Civile Russe. Biplan biplace équipé avec deux flotteurs principaux et un autre sous la dérive arrière, le Campania a été le premier avion conçu spécialement pour opérer à partir d'un navire, le HMS Campania[1].

Conception et développement[modifier | modifier le code]

HMS Campania[modifier | modifier le code]

Dans les prémisses de l'aviation navale, les hydravions étaient déposés par une grue de leur navire transporteur sur l'eau pour pouvoir décoller. Ce processus long et fastidieux, se révélait particulièrement dangereux en période de guerre face aux sous-marins ennemis du fait de l'immobilisation du navire transporteur. Il y avait en outre de fréquent accidents lors de décollage sur mer agitée. Afin de trouver une alternative à cette procédure[2] , l'Amirauté britannique acheta en octobre 1914 un ancien paquebot transatlantique de la société Cunard Line, le RMS Campania, dans le but de le convertir en transport d'hydravion avec piste.

Le HMS Campania fut mis en service en avril 1915, après avoir été équipé d'un pont d'envol de 120 pieds (36,58 m) situé au-dessus du gaillard avant et d'une capacité d'emport de 10 appareils. À noter que le préfixe RMS correspond à Royal Mail Ship et était attribué aux bateaux civils assurant le transport postal et HMS correspond à His/Her Majesty's Ship qui est attribué à tous les navires militaires servant dans la Royal Navy.

Il fut rapidement mis en lumière qu'un pont plus long était nécessaire pour le décollage d'appareils plus grands. Le navire fut donc largement modifié pour permettre l'installation d'un pont de 200 pieds de long[1].

Les appareils étaient acheminés sur ce pont d'envol sur des chariots à roues qui se séparaient des flotteurs lors du décollage. Le chariot largable était ensuite récupéré pour être réutilisé. Pour le retour, l'hydravion amerrissait alors normalement près du navire et était ensuite hissé à bord. Le premier décollage réussi avec un chariot fut réalisé, le 6 août 1915, avec un biplan Sopwith piloté par le Lt William Lawrie-Welsh (qui devient par la suite Maréchal de l'Air).

L'Amirauté, en se basant sur ces expérimentations, publia un appel d'offre pour un hydravion biplace de patrouille maritime pouvant opérer à partir de ce type de navire.

F.16[modifier | modifier le code]

La Fairey Aviation Co ldt fut fondé en 1915 par Charles R. Fairey (anciennement ingénieur en chef chez Short Brothers située à Rochester). Fort de son expérience de production en sous-traitance de l'hydravion Short Type 827, le bureau d'étude de Fairey, avec à sa tête F. Duncanson, présenta son projet d'hydravion monomoteur en réponse à l'appel d'offre de la Royal Navy : Le F.16.

Le Fairey F.16 a été spécialement conçu pour pouvoir être opéré à partir du HMS Campania, avec des dimensions par exemple adaptées aux portes des hangars. Le nom de Campania lui fut attribué ainsi qu'à toutes ses versions ultérieures.

Propulsé par un moteur V12 à refroidissement liquide Rolls-Royce IV de 250 ch (désigné plus tard comme Eagle IV ), le Fairey F.16 était un hydravion biplan biplace à flotteurs. Le fuselage de section rectangulaire, était construit à partir de longerons en bois sur lesquelles était encollée de la toile. Seule la partie avant accueillant le moteur était construite en métal. Le radiateur (plus tard deux suivant le type de moteur) était fixé sous le moteur, le collecteur d'échappement arrivant au-dessus du plan principal. Le réservoir était installé entre le moteur et le poste de pilotage. Les ailes (pouvant être repliées) étaient elles aussi constituées de longerons en bois recouverts de tissu. Cependant afin d'assurer une certaine rigidité, l'aile supérieure était renforcée avec des tubes et des lames d'acier. Seule ce plan supérieur était équipé d'ailerons de gouverne. Les deux plans étaient reliés par des mats de section triangulaire. Les deux flotteurs principaux étaient construits en bois renforcés de 6 entretoises métalliques avec une petite aile entre les deux "jambes". Les petits flotteurs installés au ras de l'extrémité du plan inférieur et sous la dérive étaient en bois. L'armement était constitué d'une mitrailleuse Lewis de calibre .303 British sur montage Scarff maniée par l'observateur et la possibilité d'emport de 2 bombes de 30 kg sous les ailes[3].

L'Amirauté commanda auprès de Fairey une présérie de 10 appareils, immatriculés N1000 à 1009. Le 16 février 1917, le prototype F.16 (N1000) effectua son premier vol avec Sydney Pickles (pilote d'essai chez Short Bros.) aux commandes au-dessus de la Hamble. La Royal Navy prit possession de l'appareil en juillet de la même année afin de conduire des tests poussés au Marine Depot Experimental Aircraft à Port Victoria (Isle of Grain, Kent, Angleterre).

F.17[modifier | modifier le code]

Le deuxième prototype (N1001) reçut un certain nombre d'améliorations : un profil de l'aile amélioré, une dérive plus fine, le(s) radiateur(s) remplacé par un radiateur frontal moins encombrant et plus efficace, la taille des ailerons augmentée pour aller au-delà du bord de fuite de l'aile, les mats soutenant les ailes ont été dotés d'une section rectangulaire plus solide en cas de torsion latérale des ailes, la taille des flotteurs d'ailes a été réduite pour assurer une meilleur stabilité sur l'eau, l'ailette a été agrandi vers l'avant des deux flotteurs principaux et l'installation d'un moteur Rolls-Royce V (désigné plus tard Eagle V) de 275ch. Cette variante fut désignée Fairey Campania F.17. Le F.17 vola pour la première fois le 3 juin 1917 avec toujours Pickles aux commandes, sa vitesse au niveau de la mer était de 90 mph (145 km/h) soit 5mi (8 km/h) de mieux que le F.16.

Le F.16 n'était probablement pas équipé de points d'attache pour bombes, bien que les compte rendus d'essais de la Navy publiés en juillet 1917 décrivent une possibilité d'emport militaire de 317 kg (mitrailleuse Lewis et ses munitions plus deux bombes de 92 kg (203 lb). Le F.17 quant à lui avait été conçut pour embarquer 1 000 kg de carburant et charges offensives. Cette charge devait être constituée de 4 bombes de 50 kg (112 lb) installées sur une longue poutre suspendue sous le fuselage.

La variante F.17 fut la plus produite de tous les Fairey Campania avec 36 appareils au total équipé de moteurs Rolls-Royce Eagle IV, V, VII, VIII allant de 260 ch à 345 ch (en raison de diverses pénuries d'approvisionnement). Et parmi ces 36 appareils, 12 ont été construits par Barclay, Curie & Co Ltd basé Whiteinch, près de Glasgow.

F.22[modifier | modifier le code]

Suite à la pénurie de moteur Rolls-Royce Eagle, les appareils suivant la construction du N1006 furent équipés de moteurs V12 à refroidissement liquide Maori Sunbean II . Cette série d'appareil sera désigné sous la variante F.22 du Campania. l'installation de ce nouveau moteur se caractérise par une seule ligne d'échappement visible (au lieu de deux) arrivant au-dessus du plan supérieur, un radiateur frontal pour les premiers F.22 qui sera par la suite remplacé sur les derniers par un grand radiateur à volet réglable suite à une demande de tropicalisation du Campania par l'Amirauté.

Les moteurs Rolls-Royce redevenant disponibles, la variante F.17 sera remis en production à la place de la F.22

Au total, 25 F.22 (immatriculés de N2375 à N2399) furent produits par Fairey.

En service[modifier | modifier le code]

Le HMS Campania reçut ses premiers F.17 (6 appareils) en 1917 et l'année suivante ce sont les portes avions légers HMS Nairana (5) et HMS Pegasus (9) qui en furent équipés. Seul le HMS Campania possédait un pont d'envol (avec chariot), les autres navires devaient procéder de manière traditionnelle en débarquant les appareils sur l'eau pour le décollage.

En aout 1918, durant l'intervention britannique lors de la guerre civile russe, 5 Fairey F.17 (et 2 chasseurs Sopwith Camel) du HMS Nairana participèrent à ce qui pourrait être considéré comme la première opération combinée terrestre, aérienne et navale de l'histoire militaire. Les forces terrestre et navales Alliées réussirent à repousser les Bolsheviks en dehors des fortifications de l'ile de Modyugski (situé à l'entrée de la rivière Dvina en Russie). Les Fairey Campania procédèrent à des missions de reconnaissance avancées au-dessus de l'Arkhangelsk. L'appariation des Campania firent paniquer les troupes Bolshevik qui prirent la fuite[4]. Les Fairey du HMS Nairana participèrent aussi en automne 1918 à des missions contre les positions des Gardes Blancs finlandais à Kalevala [5].

Les 25 F.22, équipés de moteurs Maori, furent principalement assignés à des missions de surveillances côtières à partir des bases RNAS de Bembridge, Calshot, Dundee, Portland, Rosyth et Scapa Flow en équipe avec des Short Type 184. Le Fairey Campania, qui avait une bonne réputation au sein des équipage de l'ARN et de la RAF, était considéré comme un avion agréable à piloter sur des longues patrouilles. Il fut cependant déclaré obsolète et retiré du service actif lors de la dissolution des derniers squadronsen aout 1919.

Sur les 170 avions originellement commandés, qui devait être produits par Fairey (50 appareils en 2 livraisons), par Barclay Curie and Company (50) et par Frederick Sage and Company/Sunbeam Motor Car Company (70), seuls 62 furent livrés [1] dont 42 étaient opérationnels fin octobre 1918[6].. Le HMS Campania quant à lui sombra dans l'estuaire du fleuve Forth en Écosse (Firth of Forth) en novembre 1918 lors d'une tempête.

Variantes[modifier | modifier le code]

  • F.16 : équipé avec un moteur Rolls-Royce Eagle IV de 250 ch. 1 exemplaire produit
  • F.17 : équipé avec un moteur Rolls-Royce Eagle V de 275 ch ou Eagle VIII de 345 ch. 36 exemplaires produits.
  • F.22 : équipé avec un moteur Sunbeam Maori II de 260 ch. 25 exemplaires produits.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Kenneth Munson, Flying Boats and Seaplanes since 1910, Londres, Blandford, 164 p. (ISBN 071370537X, présentation en ligne)
  2. Taylor 1988, p.56
  3. Manson British bomber since 1914
  4. Dobson, Christopher, and John Miller, The Day They Almost Bombed Moscow: The Allied War in Russia, 1918-1920, New York: Atheneum, 1986, p. 63-64.
  5. Baron, Nick, The King of Karelia: Col. P.J. Woods and the British Intervention in North Russia 1918–1919: A History and Memoir, London, 2007. p. 185.
  6. Thetford O. "(en) Owen Gordon Thetford, British naval aircraft since 1912, Annapolis, Md, Naval Institute Press,‎ 1991 (ISBN 1557500762, présentation en ligne)"

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]