Raymond Asso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Asso (homonymie).

Raymond Antoine Marie Roger Asso, né le 2 juin 1901 à Nice et décédé le 24 octobre 1968 à Paris 16e est un parolier français[1]. Il est le frère de Pierre Asso.

Né dans une famille désunie, il s'embarque pour le Maroc à l'âge de 15 ans. Il a tout d'abord pratiqué de nombreux métiers (berger, directeur d'usine, Spahi en Turquie et en Syrie, chauffeur, gérant de boîte de nuit etc.) avant d'être révélé comme auteur.

La période Piaf[modifier | modifier le code]

Il débute dans la chanson en 1933 mais ne connaîtra le succès qu'à partir de 1935, grâce à Édith Piaf. Il prend en effet en main la carrière de la chanteuse, devient son amant et écrit plusieurs chansons à son intention. Ses chansons, à cette époque, sont souvent sur des musiques de Marguerite Monnot, qui deviendra la compositrice attitrée de la Môme.

Il est aussi l'auteur de chansons pour Marie Dubas (Le Fanion de la Légion, Mon légionnaire).

L'après-guerre[modifier | modifier le code]

Mobilisé au cours de la Deuxième Guerre mondiale, la collaboration avec Piaf se termine à cette époque. Raymond Asso aurait été le premier à utiliser le terme zazou dans le journal collaborationniste La Gerbe du 18 décembre 1941.

Raymond Asso continue toutefois à écrire pour divers artistes après la guerre (Lucienne Delyle, Marcel Mouloudji, Renée Lebas…)

Les années cinquante sont très prolifiques pour l’auteur et verront de nombreux succès, tels que Y’a tant d’amour (chantée par Renée Lebas) ou Un petit coquelicot écrite pour Mouloudji.

De nombreuses vedettes de l'époque, chantent Raymond Asso : Yves Montand (avec Ninon, ma Ninette en 1954), Catherine Sauvage, Les Frères Jacques (Mon ami m’a donné, Mais les vrais amoureux), Jean Bretonnière (C’est tant pis, c’est tant mieux en 1954), Odette Laure (Je suis nerveuse en 1955), Tino Rossi (Mon printemps en 1956 et O ma mie o ma Mireille), André Dassary (Des pays merveilleux)

Raymond Asso a aussi enregistré quelques disques (notamment des contes musicaux pour enfants).

De 1962 à 1968, à la fin de sa vie, il était administrateur à la SACEM.

Bibliographie et discographie[modifier | modifier le code]

  • Évangiles, Asso, Raymond - dessins de Jean Boullet, Paris, Éditions du Trois-Mâts, 1947
  • Récréation, Asso, Raymond, Paris, Nouvelles éditions Méridian, 1952
  • Le Sixième évangile, Asso, Raymond, C. R. Denoel, Paris, 1950
  • La légende du Père Noël - conte : Livre-disque, Asso, Raymond, Musique de Claude Valéry, France Adès - Le Petit ménestrel
  • Silhouettes (1952)
  • Chansons d'hier et d'aujourd'hui (1953)
  • Le joli Noël du petit ressort de montre (1959)

Textes[modifier | modifier le code]

  • Mon amant de la Coloniale (1936)
  • Mon légionnaire (1936)
  • Un jeune homme chantait (1937)
  • J'entends la sirène (1937)
  • Le Chacal (1937)
  • Le contrebandier (1937)
  • Le mauvais matelot (1937)
  • Partance (1937)
  • Tout fout l'camp (1937)
  • Le fanion de la Légion (1938)
  • Paris-Méditerranée (1938)
  • C’est lui que mon cœur a choisi (avec Paul Colline) (1938)
  • Le grand voyage du pauvre nègre (1938)
  • Les marins ça fait des voyages (1938)
  • Madeleine qu'avait du coeur (1938)
  • Elle fréquentait la rue Pigalle (1939)
  • Je n’en connais pas la fin (1939)
  • Le petit monsieur triste (1939)
  • Les deux copains
  • Browning
  • On danse sur ma chanson (1940)
  • C’est l’histoire de Jésus
  • La java du bonheur du monde
  • Y’a tant d’amour (1950)
  • Comme un petit coquelicot (1952)
  • Ninon, ma ninette 1954
  • Berceuse pour demain (1955)
  • Mon cœur battait (1956)
  • Mon ami m’a donné
  • Mais les vrais amoureux
  • C’est tant pis, c’est tant mieux (1954)
  • Je suis nerveuse (1955)
  • Mon printemps '1956)
  • O ma mie o ma Mireille
  • Des pays merveilleux
  • Un petit bouquet de violettes
  • Si les tambours (1963)
  • La chanson du Marsupilami[ref???] (1960)


Notes et références[modifier | modifier le code]


Lien externe[modifier | modifier le code]