Proxémie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nommée et étudiée par l'anthropologue américain Edward T. Hall en 1963, la proxémie est la distance physique qui s'établit entre des personnes prises dans une interaction.

Hall a remarqué que les proxémies varient selon les cultures considérées. Ainsi, dans les pays latins, les distances entre les corps sont relativement courtes. En Afrique, elles sont souvent si réduites que le contact physique est fréquent. À l'inverse, dans les pays nordiques ou au Japon, les contacts physiques sont plus rares et ces distances plus importantes.

Les proxémies varient également selon les cultures et les lieux où l'interaction se déroule, ce qui signifie qu'elles doivent être prises en compte par les architectes et designers. On peut notamment les apprécier intuitivement dans des lieux publics comme les ascenseurs ou les transports en commun.

Diagramme des sphères proxémiques selon Hall.

En France, cette approche anthropologique a été investie dans le champ des sciences de l'information et de la communication par Abraham Moles et Elisabeth Rohmer, notamment dans un livre intitulé Psychologie de l'espace. Victor Schwach rend compte des apports de leur approche dans une communication au Congrès international de sociologie, pour le centenaire de l'Institut de Sociologie de Paris, Sorbonne, juin 1993 ; Table-ronde « Autour d'Abraham Moles : Sociologie de l'Espace ». Publication in Bulletin de micropsychologie, nr 24, 1993[1].

En lexicographie et en analyse du langage, la proxémie est l'étude des distances sémantiques entre termes différents, et des interactions entre ces termes[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. source web
  2. PROX Une application de l'ERSS (Équipe de Recherche en Syntaxe et Sémantique, du CNRS) qui cartographie les interactions lexicales.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]