Edward T. Hall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Edward Hall.

Edward T. Hall, de son nom complet Edward Twitchell Hall (Webster Groves, Missouri, 16 mai 1914 - Santa Fe, Nouveau-Mexique 20 juillet 2009[1]) est un anthropologue américain et un spécialiste de l'interculturel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a enseigné à l'université de Denver, au Bennington College dans le Vermont, à Harvard Business School, à l'Institut de Technologie de l'Illinois, etc. Le fondement de la recherche qu'il a poursuivi toute sa vie sur la perception culturelle de l'espace remonte à la Seconde Guerre mondiale, pendant laquelle il a servi dans l'US Army en Europe et aux Philippines.

Entre 1933 et 1937, Edward T. Hall a vécu et travaillé avec les nations Navajo et Hopi dans les réserves dans le Nord-Ouest de l'Arizona, il tira de cette expérience le sujet de West of the Thirties. Il a reçu son PhD en anthropologie[2] à l'université Columbia en 1942 et a continué son travail sur le terrain en Europe, au Moyen-Orient et en Asie. Pendant les années 1950, il a travaillé pour le département d'État des États-Unis où il enseignait les techniques de communication interculturelle au personnel du service étranger, il a développé le concept high-context and low-context cultures, et écrit plusieurs livres de vulgarisation sur des sujets interculturels.

Le concept le plus connu de Edward T. Hall est la proxémie (distance physique qui s'établit entre des personnes prises dans une interaction). Dans son livre La Dimension cachée, il décrit la dimension subjective qui entoure quelqu'un et la distance physique à laquelle les individus se tiennent les uns des autres selon des règles culturelles subtiles.

Dans The Silent Language (Le Langage silencieux en français) publié en 1959, Edward T. Hall introduit le néologisme « polychronique » pour décrire la capacité à assister à de multiples événements simultanément, par opposition à « monochronique » (individu ou culture qui gère les événements séquentiellement, selon un programme ou un horaire à respecter).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Le Langage silencieux, Seuil, 1971 ((en) The Silent Language, 1959)
  • La Dimension cachée, Seuil, 1984 ((en) The Hidden Dimension, 1966)
  • Au-delà de la culture, Seuil, 1979 (en) Beyond Culture, 1976
  • La Danse de la vie : temps culturel, temps vécu, Seuil, 1984 (The Dance of Life: The Other Dimension of Time, 1983)
  • (en) Handbook for Proxemic Research
  • Comprendre les Japonais, 1994 (ISBN 2020131765) ((en) Understanding the Japanese, avec Mildred Reed Hall)
  • (en) Hidden Differences: Doing Business with the Japanese
  • (en) An Anthropology of Everyday Life: An Autobiography (1992, Doubleday, New York)
  • (en) Understanding Cultural Differences - Germans, French and Americans (1993, Yarmouth, Maine)
  • L'Ouest des années trente : découvertes chez les Hopi et les Navajo, 1997 (ISBN 2-02-022852-1) ((en) West of the Thirties. Discoveries Among the Navajo and Hopi 1994 (ISBN 0-385-42421-3 et 0-385-42422-1))

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Anne Constable, « Edward T. Hall, 1914-2009: Anthropologist ‘loved to bring N.M. with him' », The New Mexican,‎ 24 juillet 2009 (lire en ligne).
  2. [1]
  • Yves Winkin (dir.), La Nouvelle Communication, Seuil, coll. « Points Essais »,‎ 2000, 2e éd. (ISBN 2020427842).
  • Ariane Laroux : Portraits parlés, entretiens et portraits d'Edward T. Hall aux éditions de l'Âge d'Homme