Profanation du nom de Dieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Profanation du nom de Dieu
Sources halakhiques
Textes dans la Loi juive relatifs à cet article
Bible Lévitique 22:32
Talmud de Babylone Yoma 86a
Sefer Hamitzvot lav n°63
Sefer HaHinoukh mitzva n°295
Mishné Torah Hilkhot Yessodei Hatorah 5
Choulhan Aroukh Yore Dea, chap. 157:1

La profanation du nom de Dieu (hébreu חילול השם, hilloul hashem « désécration du nom ») désigne dans le judaïsme ce qui survient lorsqu’un ou des Juifs, élus par Dieu pour porter témoignage de sa providence, son enseignement et ses voies, portent atteinte à son honneur par leur comportement ou du fait de la situation dans laquelle ils se trouvent.

Antithèse de la sanctification du nom de Dieu (kiddoush hashem), le hilloul hashem est considéré dans le judaïsme rabbinique comme une faute éthique ou ontologique du plus haut degré que le repentir lui-même ne permet pas d’effacer.

Le hilloul hashem dans les sources juives[modifier | modifier le code]

Dans la Bible hébraïque[modifier | modifier le code]

L’interdiction du hilloul hashem est énoncée en Lévitique 21-22, une première fois à l’intention des prêtres (Lévitique 21:6 & 22:2), une seconde fois pour l’assemblée d’Israël (Lévitique 22:32-33) :

« Avertis Aaron et ses fils d'être circonspects à l'égard des saintetés des enfants d'Israël, pour ne pas profaner mon saint nom en profanant ce que ceux-ci me consacrent: je suis l'Éternel. »

« Ne profanez point mon saint nom afin que je sois sanctifié au milieu des enfants d'Israël, moi, l'Éternel qui vous sanctifie, qui vous ai fait sortir du pays d’Égypte pour devenir votre Dieu, moi l'Éternel. »

Ces formulations générales ont été précédées par deux exemples concrets, l’idolâtrie au Moloch (Lévitique 18:21 & 20:3) et le faux serment au nom de Dieu dans un tribunal (Lévitique 19:12).

Le hilloul hashem est associé à d’autres comportements dans la littérature prophétique, Dieu reprochant à Israël par la bouche de Jérémie d’avoir outragé son nom en reprenant les esclaves libérés lors du Jubilé (Jérémie 34:16), par celle d’Ézéchiel de lui faire des offrandes qui sont en réalité destinées aux idoles (Ézéchiel 20:39) et par celle d’Amos de s'adonner à l'extorsion des pauvres et à l'immoralité lorsque « le fils et le père fréquentent la prostituée » (Amos 2:7). Dans tous ces exemples, le peuple d’Israël est fustigé pour avoir diminué le nom de Dieu au sein de son assemblée[1].

Par ailleurs, Ézéchiel revient fréquemment sur un autre type de profanation du nom, suscité par l'humiliation d’Israël, y compris par sa simple présence, au milieu des nations : c’est afin de ne pas profaner davantage son nom aux yeux des nations que Dieu envoie la délivrance aux Hébreux en Égypte malgré leurs idolâtrie (Ézéchiel 20:9) et pour la même raison que leur anéantissement « parce qu'ils avaient méprisé mes règlements, refusé de suivre mes lois et profané mes sabbats » est commué en une traversée de quarante ans dans le désert (Ézéchiel 20:14-15) ; c'est enfin afin de rétablir la sainteté de son nom profané qu’il enverra une nouvelle fois la délivrance aux Israélites exilés et non pas leurs mérites (Ézéchiel 36:20-24) car, s'il en était autrement, les nations mettraient en doute sa puissance ou sa fidélité aux alliances contractées avec Israël[1].

Dans la littérature rabbinique[modifier | modifier le code]

Les rabbins invoquent occasionellement la profanation du nom pour justifier la plaidoirie d’Abraham en faveur de Sodome devant Dieu[2] ou pour expliquer qu'Absalom n'a pas pu tué David. Cependant, l'emphase a principalement porté sur les aspects personnels et éthiques du hilloul hashem.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]