Présentation de Marie au Temple

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Présentation de Jésus au Temple.
La Présentation de Marie au Temple, œuvre d'Henri Feur, détail d'un vitrail de l'église de Molières (Dordogne).

La Présentation de Marie au Temple (en grec εἴσοδος tis Panaghias) est une fête chrétienne. Elle est aujourd'hui célébrée le 21 novembre en Occident comme en Orient.

Origines[modifier | modifier le code]

Le Nouveau Testament ne contient aucun détail sur l'enfance de Marie. Le Protévangile de Jacques (ch. 6-10) comble ce silence depuis le IIe siècle au moins. Marie, née miraculeusement de Joachim et Anne, est menée dans le Temple, selon leur promesse, à l'âge de trois ans, pour s'y préparer au rôle qu'on lui pressent dans la rédemption d'Israël. Le texte dit qu'elle dansa ce jour-là, et ne se retourna pas en arrière. Et elle resta dans le Temple, nourrie par un ange, jusqu'à sa majorité (12 ans), âge auquel elle fut accordée en mariage à Joseph. Elle s'occupait de tisser le voile du Temple, et telle est peut-être l'origine de la légende, car les sources juives relatent que des femmes étaient engagées spécialement pour le tissage des 13 tentures utilisées dans le Temple (Talmud de Babylone, Yoma 51b, v. aussi Ket. 106a et Shek. 1).

L'institution de la fête est liée à Justinien, le 20 novembre (543) étant la date de la dédicace d'une église dédiée à la Mère de Dieu (la Nea) qu'il fit construire à Jérusalem, selon Cyrille de Scythopolis (Vie de Jean l'Hésychaste, ch. 20).

Éléments d'histoire[modifier | modifier le code]

Originaire de Jérusalem, la fête s'est répandue dans tout l'Orient chrétien puis, du fait de la piété mariale, elle fut amenée en Occident dès le haut Moyen Âge grâce à l'adaptation en latin du Protévangile que constitue l'Évangile du Pseudo-Matthieu, lui-même repris et enjolivé dans le De Nativitate Mariae.

Philippe de Mézières est l'auteur d'un Office de la Présentation de la Vierge, théâtral, mais ce n'est pas lui qui composa l'office religieux. Présentée au pape Grégoire XI à Avignon le 21 novembre 1372, cette fête fut généralisée dans l'Église romaine en 1585 sous Sixte V.

Le sujet iconographique traité par les peintres[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivier Caudron, « La spiritualité d’un chrétien du XIVe siècle : Philippe de Mézières (1327 ? -1405) », in Positions des thèses soutenues par les élèves de la promotion de 1983 pour obtenir le diplôme d’archiviste paléographe, Paris, Ecole des Chartes, 1983, pp. 35-45.

Liens externes[modifier | modifier le code]