Évangile du Pseudo-Matthieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Évangile du Pseudo-Matthieu, appelé aussi Livre de la naissance de la bienheureuse Vierge Marie et de l’enfance du Sauveur, est un écrit apocryphe chrétien. Il traite de la naissance et de l'enfance de Marie, puis de la naissance de Jésus et de la fuite en Égypte.


Il fait partie des nombreux récits de l'enfance du Christ qui existent depuis le deuxième siècle, et s'inspire du Protévangile de Jacques. Il existe en plusieurs recensions différentes, elles-mêmes disponibles en sous-recensions[1] :

  • La recension originelle. Cette recension est reprise dans la compilation J, de manière assez éloignée, mais nous n'avons pas de témoins textuels directs. Elle dispose d'un prologue mettant le texte sous l'autorité de Jacques le Mineur, frère de Jésus, et s'inspirant du Protévangile de Jacques. Elle daterait de la fin du VIe siècle, ou du début du VIIe siècle.
  • La recension A, située au VIIIe siècle, avant le dernier quart. Elle comprend une lettre fictive de Jérôme à Chromace d'Aquilée et Héliodore d'Altino en guise de prologue, remplaçant le prologue sur Jacques. Hormis des corrections grammaticales, elle reste proche de l'originale (reconstruit à partir de la compilation J).
  • La recension P, de la même époque que A. Elle s'éloigne plus volontiers de l'originale, en ajoutant des précisions et compléments. En outre, elle tend à remplacer pour les citations bibliques le texte de la Vieille Latine Italienne par celui de la Vulgate. En revanche, elle conserve le prologue originel mettant le texte sous l'autorité de Jacques.
  • La recension Q, dérivée de P, datée du XIe siècle. Elle remplace le prologue relatif à Jacques par la correspondance de Jérôme (extrait de la recension A). Elle finit de remplacer le texte de la Vieille Latine italienne par celui de la Vulgate, et ajoute un passage relatif au triple mariage de Anne, la mère de Marie. Par ailleurs, tous les manuscrits de cette recension font suivre immédiatement le texte par l'Évangile du Pseudo-Thomas, sans insérer de titre entre les deux (à l'exception d'un manuscrit). Cependant différents indices laissent penser que l'auteur de cette recension distinguait encore l'Évangile du Pseudo-Matthieu de l'Évangile du Pseudo-Thomas.
  • La recension R, datant de 1200 environ et basée sur Q. Elle contient des réécritures stylistiques mais aussi narratives. L'auteur intercale également dans le texte des extraits d'autres apocryphes : le De Nativitate Mariae et l'Évangile du Pseudo-Thomas.

L'Évangile du Pseudo-Matthieu a apporté de nombreuses traditions comme l'âne et le bœuf dans la crèche, mais aussi le récit de prodiges survenus lors de la Fuite en Égypte et notamment celui du palmier :

"Penche-toi, arbre, et nourris ma mère de tes fruits ! " (chap. 20)


Il a connu différent remaniements, dont le Livre de la Nativité de Marie et la Compilation J.

Le thème de la station de Marie sous un palmier se trouve également dans le Coran à la Sourate XIX, Marie, v.23.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jan Gisel (intr., trad.), Évangile de l'Enfance du Pseudo-Matthieu, dans Écrits apocryphes chrétiens, t. 1, Paris : Gallimard (Pléiade), p. 105-140. (Traduction française basée sur la famille A, précédée d'une courte présentation du texte).
  • Jan Gisel (intr., éd., trad, comm.), Pseudo-Matthieu dans Libri de Nativitate Mariae, Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum Series Apocryphorum 9), 1997, p. 35-515 (Édition critique)
  • Base de données de la BNF

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jan Gisel, «Vue d'ensemble de l'histoire textuelle» dans Libri de Nativitate Mariae, Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum Series Apocryphorum 9), p. 71-97.

Liens externes[modifier | modifier le code]