Exaltation de la Sainte-Croix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vénération de la Sainte-Croix dans Les Très Riches Heures du duc de Berry.

L'exaltation de la Sainte-Croix, ou Fête de la Croix Glorieuse, est une fête chrétienne qui honore le 14 septembre la Croix du Christ. Cette fête existe chez les catholiques, les orthodoxes, et certains groupes protestants, en particulier ceux issus de l'anglicanisme.

Histoire de la fête[modifier | modifier le code]

Cette fête liturgique a lieu le jour anniversaire de la consécration de la basilique du Saint-Sépulcre le 13 septembre 335 à Jérusalem par les Nestoriens ou le plus souvent le lendemain de ce jour anniversaire par les autres chrétiens : au cours de cette fête qui durait deux jours, la croix était alors sortie de la basilique le 14 septembre pour être exposée en procession, ce jour étant selon la tradition chrétienne celui de l'Invention de la Vraie Croix[1]. Aux siècles suivants, on y ajoute la libération de la Vraie Croix des mains des Perses en 628. Cette fête a lieu en Gaule le 3 mai. Lorsque les usages gaulois et romains se fondent, le 14 septembre est fixé par le calendrier liturgique comme fête du Triomphe de la Croix et le 3 mai comme Recouvrement de la Croix. Celle-ci est maintenue par la forme extraordinaire du rite romain.

Les orthodoxes fêtent ensemble ces deux événements et l'Exaltation de la Sainte-Croix est l'une des douze grandes fêtes du calendrier liturgique de l'Église d'Orient. Le 1er août est celle de la Procession du Bois vénérable de la Croix, jour où les reliques de la Croix furent portées en procession à Constantinople pour bénir la cité.

L'Église reconnaît aussi d'autres fêtes mobiles qui ont la Croix de la Crucifixion de Jésus comme thème de commémoration, ainsi l'Adoration de la Croix le Vendredi saint et pour les orthodoxes le troisième dimanche du Grand Carême pour la Vénération de la Croix. Une grande croix est portée en procession le Jeudi Saint chez les chrétiens orientaux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Moshe Gil, A History of Palestine, 634-1099, Cambridge University Press,‎ 1997 (lire en ligne), p. 465

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]