Pays-Bas (toponymie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pays-Bas (homonymie).

Le terme Pays-Bas, ou Nederland, fut créé au XIVe siècle à la cour et à l'apogée du duché de Bourgogne qui décrivait par deixis, l'ensemble des territoires acquis dans la région historique des Pays-Bas.

Historique[modifier | modifier le code]

Pays-Bas bourguignons (en orange) à la mort de Charles Le Chauve

Le nom d'« États de par-deçà » vient par opposition aux « États de par-delà » (Bourgogne proprement dite et Franche-Comté), le nom de « Pays-Bas » vient du die niederen [Rhein]lande, qui a été traduit en français par « les basses terres [rhénanes] » et donc les « Pays bas [rhénans] » (puis « Pays-Bas » écrit ainsi en considérant l'ensemble comme un nom propre, pour les distinguer des « États de par-delà »

Quand ces territoires sont en partie passés aux Habsbourg, ceux situés au sud ont été appelés « die oberen Rheinlande » (les hautes terres rhénanes: Alsace, Vorarlberg), et ceux situés au nord « die niederen Rheinlande » (les basses terres rhénanes: Flandre, Hollande, etc), d'où l'appellation que l'on trouve parfois en français de "Néerlande" ou encore "Néderlande". Plus tard, les géographes désignèrent les deux parties des Pays-Bas séparées sous le nom de Belgica Regia et Belgica Foederata[1] pour désigner les Pays-Bas du sud restés sous l'emprise de la couronne d'Espagne et ceux du nord devenus indépendants et unis en fédération.

« On a donné le nom de Pays-Bas aux dix-sept provinces, situées entre la France, l'Allemagne & l'Océan et qui s'étendent depuis le 49e degré, 30 minutes de lattitude jusqu'au 53e degré 30 minutes & depuis le 19e degré 40 minutes de longitude jusqu'au 25e. Elles ont la France au midi, l'Allemagne à l'orient, l'Océan au septentrion & à l'occident. Le terrein y est en plusieurs endroits plus bas que la mer, & c'est qui leur a fait donner le nom des Pays-Bas[2]. »

— Almanach de Gand 1791

Cette région couvre aujourd'hui :

L'actuel Royaume des Pays-Bas, qui existe depuis 1830 comprend lui-même quatre pays constitutifs qui sont :

Terminologie des Pays-Bas dans le passé[modifier | modifier le code]

À partir du XVe siècle, les ducs de Bourgogne ont assemblé un territoire de plusieurs comtés et duchés qui s’appellent les Pays-Bas bourguignons. En 1482, Maximilien de Habsbourg se marie avec Marie de Bourgogne et le territoire passe sous la dynastie des Habsbourg. Ils deviennent donc les Pays-Bas des Habsbourg. À partir de Philippe II, roi d'Espagne, ces territoires deviennent les Pays-Bas espagnols ou encore les Dix-Sept Provinces .

Suite à des querelles de religion, les Pays-Bas se scindent en 1581 en deux entités, les Provinces-Unies, les sept provinces nordiques, et les Pays-Bas espagnols qui ne comptent plus que les dix provinces méridionales.

Après le traité d'Utrecht (1714), les Pays-Bas espagnols vont devenir les Pays-Bas autrichiens[note 1] qui deviendront indépendants en 1790 sous le nom de États-Belgiques-Unis.

Suite à la Révolution française, les deux pays sont envahis par les troupes françaises. Les Pays-Bas autrichiens vont être annexés dès 1795 et devenir les départements réunis tandis que les Provinces-Unies vont devenir en 1795, République batave puis le Royaume de Hollande, en 1806 avant d'être également annexés par la France.

Après Waterloo, les deux pays seront regroupés en un seul, le Royaume des Pays-Bas qui comprend de 1815 à 1830 trois États actuels, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas. Cependant en 1830, les provinces du sud vont se révolter et devenir la Belgique tandis que suite à des accords internationaux, le Grand Duché de Luxembourg va devenir une entité indépendante en 1867.

Divers[modifier | modifier le code]

La Nouvelle-Néerlande désignait, entre 1614 et 1667, les colonies américaines comprises entre la Virginie et la Nouvelle-Angleterre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L’appellation Pays-Bas autrichiens se retrouve déjà dans un document de 1765 sous le gouvernorat de Charles-Alexandre de Lorraine.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Belgica Regia et Belgica Foederata, Joan Blaeu, P. C. J. van der Krogt, Ed. Taschen, 2006 (ISBN 9783822851036).
  2. Almanach de Gand, 1791.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Calendrier de la cour de son Altesse Royale : pour l'année MDCCLXV, P de Bast, Imprimeur de SAR (Bruxelles),‎ 1765, 183 p. (lire en ligne).
  • Almanach de Gand,‎ 1791, 266 p. (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :