Parc national de Killarney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc national de Killarney
Image illustrative de l'article Parc national de Killarney
Les lacs de Killarney vu depuis le Ladies View
Catégorie UICN II (parc national)
Identifiant 714
Pays Drapeau de l'Irlande Irlande
Coordonnées 52° 00′ 04″ N 9° 33′ 16″ O / 52.00122054, -9.5543565252° 00′ 04″ Nord 9° 33′ 16″ Ouest / 52.00122054, -9.55435652  
Superficie 102,89 km2
Création 1932

Géolocalisation sur la carte : Irlande

(Voir situation sur carte : Irlande)
Parc national de Killarney

Le parc national de Killarney (Killarney national park en anglais, Páirc náisiúnta Cill Airne en irlandais) se situe près de Killarney, dans le comté de Kerry, en Irlande. Il se trouve sur la route du « Ring of Kerry ».

Présentation[modifier | modifier le code]

Les chutes de Torc, hautes de 18m

Le parc national de Killarney est le premier parc national d'Irlande. Couvrant une superficie de 103 km2, il inclut les trois fameux lacs de Killarney et les monts et bois qui les entourent. Le Parc inclut les sommets de Mangerton, Torc, Shehy et Purple Mountains et, à l'ouest, la Macgillycuddy's Reeks, la plus haute chaine de montagnes d'Irlande.

Au cœur du parc national se trouve le parc commémoratif Bourn Vincent de 4 000 hectares, anciennement Muckross Estate, qui fut offert à l'État irlandais en 1932 par M. et Mme William Bowers Bourn et leur gendre, le sénateur Arthur Vincent, pour en faire le premier Parc National irlandais.

Ces dernières années, les terres, les eaux et forêts de l'ancien domaine de Kenmare y ont été rajoutées, notamment Knockreer, Ross Island, Innisfallen et les terres de Glena, Ullauns et Poulagower.

En 1981, l'Unesco a désigné le parc comme Réserve de biosphère[1].

Origines[modifier | modifier le code]

La présence de l'homme dans la région de Killarney remonte à l'âge du bronze, il y a 4 000 ans, lorsque le cuivre fut exploité pour la première fois à Ross Island. Ce sont les fondations monastiques qui fournissent la principale preuve de la présence humaine dans la région aux débuts de l'ère de la chrétienté. La plus importante de ces fondations est le monastère d'Ininsfallen, fondé par saint Finian le Lépreux. Les Annales de Inisfallen, écrites de manière intermittente entre le XIe et le XIIIe siècles, fournissent une importante source d'information sur l'histoire primitive de l'Irlande.

Après l'invasion de l'Irlande par les Normands, les terres autour des lacs sont devenues la propriété des Mc Carthy Mor et des O'Donoghe de Ross Castle. Plus tard, ces terres tombèrent dans les mains respectivement des Herbert de Muckross et des comtes de Kenmare. En 1911, le domaine de Muckross fut acheté par M. W.B. Bourn comme cadeau de mariage pour sa fille et son époux, Arthur Vincent.

La faune[modifier | modifier le code]

Harde de cerfs élaphes au parc national de Killarney

Sur les hauteurs du parc national, en particulier sur les versants de Torc et Magerton, vit la dernière harde de cerfs élaphes du pays. Cette dernière, comptant plus de 800 bêtes, vit ici depuis l'arrivée de l'espèce en Irlande, après la dernière ère glaciaire. On peut trouver le cerf japonais, ou Sika, introduit à Killarney en 1865 dans les monts et les forêts. Parmi les autres espèces figurent le campagnol roussâtre, identifié pour la première fois en Irlande en 1964.

Grâce à la variété des paysages, alternant monts, landes, forêts et lacs, le Parc est riche en espèces d'oiseaux. Les plus communs sur les hauteurs sont le pipit farlouse, le tarier pâtre et le grand corbeau. On aperçoit à l'occasion des faucons pèlerins et rochiers. Dans les bois, les oiseaux les plus courants sont les pinsons et rouge-gorges. L'habitat aquatique attire lui aussi nombre d'espèces : hérons, canards sauvages, grèbes et râles d'eau vivent en bordure des lacs, tandis que martins pêcheurs et merles d'eau leur préfèrent les cours d'eau. En été et en hiver, les oiseaux migrateurs viennent augmenter la population des espèces locales. En période hivernale, par exemple, une petite volée d'oies du Groenland, dont la population mondiale est de 12 000 environ, séjourne dans la vallée de Killarney.

Une réserve naturelle de truites brunes et de saumons habite les lacs. En général, la pêche est libre, celle du saumon nécessite un simple permis. Les lacs contiennent également des ombles, poissons qui vivent habituellement dans les lacs subarctiques, et des aloses de Killarney.

La flore[modifier | modifier le code]

Pinguicula grandiflora au parc national de Killarney.

À l'intérieur du parc se trouve la plus grande zone de forêt naturelle d'Irlande. Les forêts de chênes, essentiellement de chênes sessiles, avec houx et autres plantes à feuilles persistantes en sous-bois, recouvrent les monts de grès rouge. Les petites zones forestières sur le sol calcaire carbonifère, plus bas, comprennent une forêt d'ifs sur la péninsule de Muckross, dont les arbres poussent presque à même la roche.

Le climat océanique tempéré favorise la prolifération des mousses et des fougères transparentes, dont un grand nombre pousse sur les branches et les troncs des arbres comme épiphytes. On trouve également sur les hauteurs du Parc des landes et des tourbières.

Certaines des plantes caractéristiques de la région ne se trouvent ailleurs que dans le sud et sud-ouest de l'Europe : arbousiers, choux de Saint-Patrick et plantes carnivores de l'espèce Pinguicula grandiflora en sont des exemples.

Sites remarquables[modifier | modifier le code]

Le parc national compte parmi ses sites remarquables :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Parc National de Killarney, dépliant touristique en français.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]