Olaus Magnus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte de l'île mythique de Thulé par Olaus Magnus
Serpent de mer, illustration de l'Historia de Gentibus Septentrionalibus
Gravure sur bois représentant le Temple d'Uppsala tel que décrit par Adam de Brême avec la chaîne d'or autour du temple, le puits et l'arbre réalisé en 1555 par
Olaus Magnus, Historia de Gentibus Septentrionalibus

Olaus Magnus, de son vrai nom Olaf Stor, né en 1490 à Linköping dans la province d'Östergötland et mort le à Rome, est un religieux et écrivain suédois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né de parents aisés et s'orienta dans la religion à travers des études qu'il fit à Rostock. Il était archidiacre de la cathédrale de Strängnäs lorsque la Réforme fut prêchée en Suède. Aussi attaché au catholicisme que son frère Jean Magnus, archevêque d'Uppsala, ils furent contraint de quitter la Suède et se retirèrent à Rome. À la mort de Jean, le pape conféra à Olaus l'archevêché d'Uppsala, mais il ne put prendre possession de cette dignité, ni de celle de chanoine de la cathédrale de Posen, qui lui avait été promise par Sigismond Ier, roi de Pologne. Olaus passa ses dernières années dans le monastère de Sainte-Brigitte, à Rome, subsistant d'un petit revenu que le pape lui avait assigné. Il mourut et fut enterré à côté de son frère dans l'église du Vatican.

Lorsqu'il était archidiacre en Suède, il eut l'occasion de faire une tournée d'inspection dans les provinces septentrionales de la Suède. Plus tard, exilé à Venise, et voulant susciter au Vatican un intérêt pour son pays, dans le but qu'on l'aide à y réinstaurer le catholicisme qui en disparaissait à la suite de la Réforme, il dressa une remarquable carte des pays du Nord, sa fameuse Carta Marina. Il consacra le reste de sa vie à la rédaction d'une monumentale Historia de gentibus septentrionalibus, ou Description des pays du Nord, qui fut, dans la seconde moitié du XVIe siècle, le principal ouvrage de référence concernant les pays scandinaves. Le livre, qu'il imprima lui-même à Rome, en 1555, comporte plusieurs centaines de gravures sur bois d'un très grand intérêt documentaire et artistique.

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Carta Marina et descriptio septemtrionalium terrarum ac mirabilium rerum in eis contentarum diligentissime elaborata anno Domini 1539
  • Historia de Gentibus Septentrionalibus, earumque diversis statibus, conditionibus, moribus, ritibus, superstitionibus, disciplinis, exercitiis, regimine, victu, bellis, structuris, instrumentis, ac mineris metallicis, & rebus mirabilibus, necnon universis penè animalibus in Septentrione degentibus, eorumque natura Romae 1555

Les autres éditions ne sont que des extraits, de même que la version française, Paris, 1561, in-8°, et l'abrégé latin donné par Scribonius, Anvers, 1562.

Une monumentale traduction suédoise de l'ouvrage - accompagnée d'un commentaire et de notes extrêmement fouillées dues au Professeur J. Granlund - a été établie entre 1909 et 1951 par la Michaelisgillet de Stockholm, et publiée chez Gidlunds en quatre volumes. Il en existe aussi une traduction anglaise annotée, en trois volumes, éditée par E.Foote entre 1996 et 1998 sous le patronage de la Hakluyt Society de Londres. En ce qui concerne la langue française, quelques extraits du livre ont été inscrits au catalogue des éditions Les Belles Lettres en 2004.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

« Olaus Magnus », dans Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes avec la collaboration de plus de 300 savants et littérateurs français ou étrangers, 2e édition,‎ 1843-1865 [détail de l’édition]