Nicolas Potier de Novion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Potier et Novion.
Nicolas Potier de Novion
Nicolas Potier, seigneur de Novion, premier président au parlement de Paris (mort en 1693), Robert Nanteuil (1623–1678), 1664, château de Versailles
Nicolas Potier, seigneur de Novion, premier président au parlement de Paris (mort en 1693), Robert Nanteuil (1623–1678), 1664, château de Versailles

Titre Seigneur de Novion
Autre titre Seigneur de Villebon
Gouvernement militaire Premier président du parlement de Paris
(1678-1689)
Distinctions Ordre du Saint-Esprit
(Greffier de l'Ordre)
Autres fonctions Académicien
Biographie
Dynastie Famille Potier
Naissance 1618
Décès (à 75 ans)
Père André Ier Potier de Novion
Mère Catherine Cavelier
Conjoint Catherine Gallard

Blason René Potier (v 1579-1670).svg

Nicolas Potier de Novion (1618 - 1er septembre 1693) est un magistrat français issu de la famille Potier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Conseiller du Roi en ses conseils en 1637, président à mortier au parlement de Paris en 1645, Nicolas Potier fut pourvu de la charge de greffier-commandeur des ordres du Roi en 1656 il s'en démit l'année suivante.

Adversaire de Mazarin, il eut d'autre part eut un échange vif de propos avec Condé qui l'accuse de trahir. Condé conclut : face à la menace de l'autre d'élever la voix pour se plaindre à la Compagnie « Et moi, quand j'élèverai la main sur vous, il y a assez de différence entre vous et moi pour qu'il n'en fût pas autre chose ! »

Nommé premier président au parlement de Paris en 1678, le Roi le gratifia, au mois de janvier 1679, d'une somme de 100 000 écus, d'un brevet de retenue de pareille somme sur sa charge de premier président. Ayant commis quelques faux en écriture, il est contraint de démissionner de ce poste en 1689. Le duc de Saint-Simon nous donne quelques détails de cette affaire :

« Ce premier président de Novion était un homme vendu à l'iniquité, à qui l'argent et les maîtresses obscures faisaient tout faire. On gémit longtemps au palais de ses caprices, et les plaideurs de ses injustices. Devenu plus hardi, il se mit à changer les arrêts en les signant, et à prononcer autrement qu'il n'avait été opiné à l'audience. À la fin, des conseillers, surpris que tout un côté eût opiné comme ils avaient ouï prononcer, en demandèrent raison à leurs confrères. Ceux-ci à leur tour furent étrangement surpris ayant cru que ce côté avait pris l'opinion qui avait formé l'arrêt, lequel se trouva ainsi de la seule voix du premier président ; leur attention se réveilla, et ils trouvèrent que la même chose n'était plus rare. Ils s'informèrent aux rapporteurs et aux greffiers. Ces derniers s'étaient bien souvent aperçus de quelque chose, mais ils n'avaient osé parler. Enfin, encouragés par les conseillers, ils revirent les arrêts des procès par écrit, signés par le premier président, ils les montrèrent aux rapporteurs ; il s'en trouva plusieurs d'extrêmement altérés. Les plaintes en furent portées au roi, et si bien prouvées, qu'il commanda à Novion de se retirer, et tout à la fin de 1689 Harlay fut mis en sa place. Il avait succédé à Lamoignon en 1678, de la femme duquel il était cousin germain. Il vécut encore quatre ans dans l'abandon et dans l'ignominie, et mourut à sa campagne sur la fin de 1693, à soixante-treize ans. Nous verrons son petit-fils en la même place, très indigne de toutes celles par lesquelles il passa[1]. »

— Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, Mémoires

Il avait été reçu à l'Académie française le 27 mars 1681. Selon l'Académie, son discours de réception est « absolument ridicule » et son cas « est une des plus grossières erreurs de l’Académie ».

Potier de Novion fut châtelain de Neauphle de 1682 à 1693[2]. Propriétaire du château de Villebon-sur-Yvette, il l'agrandit par deux ailes. Le 24 mai 1648, il obtint de l’archevêque de Paris d’ériger Villebon en paroisse, contre dédommagement au curé de Palaiseau. Sa veuve, Anne-Catherine Gallard, quant à elle, mit au goût du jour le château de Courances, en ouvrant la cour d'honneur et en faisant démolir le mur et le portique d'entrée.

Mort en sa maison de Grignon près de Villepreux, le 1er septembre 1693, âgé de 73 ans, il fut inhumé, le 4 septembre, en l'abbaye d'Issy près de Paris.

Armoiries[modifier | modifier le code]

D'azur à trois mains d'or au franc-quartier échiqueté d'argent et d'azur[3],[4].

Ascendance & postérité[modifier | modifier le code]

Nicolas Potier était le fils d'André Ier Potier (-novembre 1645), seigneur seigneur de Novion et de Villebon[5], président au parlement de Paris, et de Catherine Cavelier, fille de Jean Cavelier, conseiller au parlement de Rouen, puis lieutenant général de la même ville, et de Marie Margas.

Il avait une sœur, Catherine Potier (-1649), mariée, marié le 14 juillet 1640 à Paris, avec Jacques Jubert (1616-1656), seigneur de Bouville et de Saint-Martin aux Buneaux, conseiller du roi au parlement de Normandie (1637), puis de Paris 1641, maître des requêtes ordinaires de son hôtel (1641), intendant du Berry, conseiller d'État (1647), dont postérité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mémoires de Saint-Simon
  2. « L'histoire de Neauphle-le-Château », sur www.neauphle-le-chateau.com (consulté le 1 février 2012)
  3. Michel Popoff et préface d'Hervé Pinoteau, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or,‎ 1996, 204 p. (ISBN 2-86377-140-X)
  4. Johannes Baptist Rietstap, Armorial général : contenant la description des armoiries des familles nobles et patriciennes de l'Europe : précédé d'un dictionnaire des termes du blason, G.B. van Goor,‎ 1861, 1171 p. (lire en ligne), et ses Compléments sur www.euraldic.com
  5. « Le fief de Villefeux à Villebon », XVIe-XVIIIe siècles, sur vieux-marcoussis.pagesperso-orange.fr (consulté le 2 février 2012)
  6. Anselme 1868, p. 728.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.


Nicolas Potier de Novion
Fonctions dans la magistrature
Précédé par
Guillaume Ier de Lamoignon
Premier président
du Parlement de Paris

(1745–1748)
Suivi par
Achille III de Harlay
Office d'armes (ou fonctions dans un ordre)
Précédé par
Noël de Bullion
Greffier de l'ordre du Saint-Esprit
Greffier de l'ordre du Saint-Esprit
(1678-1681)
Suivi par
Nicolas Jeannin de Castille
Poste académique
Précédé par
Olivier Patru
Fauteuil 19 de l’Académie française
(1681-1693)
Suivi par
Philippe Goibaud-Dubois