Guillaume Ier de Lamoignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guillaume Ier.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir famille de Lamoignon.
Guillaume de Lamoignon.
Madeleine Potier (morte en 1705).

Guillaume Ier de Lamoignon, marquis de Basville (20 octobre 1617 - 10 décembre 1677) fut un magistrat français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Chrétien de Lamoignon, président à mortier du parlement de Paris, et de Marie des Landes. Il épousa Madeleine Potier (1623-1705), fille de Nicolas IV Potier.

Frondeur pendant la Fronde parlementaire, il se rallia ensuite à la régence. Il fut successivement conseiller au parlement (14 décembre 1635), maître des requêtes (15 décembre 1644), président des États de Bretagne (1655), et premier président du Parlement de Paris, poste qu'il reçut de Mazarin pour succéder à Pomponne de Bellièvre, le 2 octobre 1658, et qu'il tint jusqu'à sa mort. Louis XIV, en lui apprenant sa nomination, lui dit : « Si j'avais connu un plus homme de bien, un plus digne sujet, je l'aurais choisi. »

Lamoignon ne voulut pas présider la commission qui devait juger le surintendant Fouquet, avec lequel il avait été lié d'amitié mais avec lequel depuis il était pourtant brouillé.

Lors de l'Affaire des poisons, alors que la rumeur veut que la marquise de Brinvilliers, principale accusée soit une sainte, Edmond Pirot, théologien, fut désigné par lui pour la confesser.

Il créa sui generis l'Académie Lamoignon et pencha du côté des Anciens. Il fit disparaître l'épreuve du congrès (obligation dans les procès en nullité du mariage, de prouver l'impuissance du mari par une démonstration publique).

On a de lui un ouvrage connu sous le titre d'Arrêtés de Lamoignon (publié en 1702) où il ébauche un vaste plan qu'il avait conçu pour la reforme de la législation. Membre de la Compagnie du Saint-Sacrement, il fut l'ami et le protecteur des gens de lettres : il était surtout lié avec Boileau, et c'est à sa demande que ce poète composa le Lutrin.

Il a donné son nom à l'hôtel de la rue Pavée, occupé aujourd'hui par la Bibliothèque historique de la ville de Paris. Il en est locataire dès 1658 puis en deviendra propriétaire.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Le musée Carnavalet conserve un pastel de Robert Nanteuil représentant Guillaume de Lamoignon en robe de président.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Les papiers personnels de la famille Lamoignon sont conservés aux Archives nationales dans le fonds du château de Malesherbes sous la cote 399AP[1].

Notes et Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives nationales

Voir aussi[modifier | modifier le code]