Neyruz-sur-Moudon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Neyruz
Neyruz-sur-Moudon
Localité suisse
Blason de Neyruz-sur-Moudon
Héraldique
Vue du village
Vue du village
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
District Gros-de-Vaud
Commune Montanaire
Code postal 1515
Géographie
Coordonnées 46° 41′ 51″ N 6° 47′ 16″ E / 46.697507, 6.787774 ()46° 41′ 51″ Nord 6° 47′ 16″ Est / 46.697507, 6.787774 ()  
Altitude 762 m
Superficie 352 ha = 3,52 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Neyruz-sur-Moudon

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Neyruz-sur-Moudon

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Neyruz-sur-Moudon
Sources
Référence population suisse[1].
Référence superficie suisse[2]

Neyruz-sur-Moudon est une localité et une ancienne commune suisse du canton de Vaud. Citée dès 1147, elle fait partie du district de Moudon entre 1798 et 2007, puis du district du Gros-de-Vaud depuis 2008. Elle fait partie de la commune de Montanaire depuis le 1er janvier 2013. La localité se situe dans la région du Gros-de-Vaud, entre la Mentue et la vallée de la Broye.

Histoire[modifier | modifier le code]

Neyruz-sur-Moudon a donné son nom à un type de hache caractéristique du bronze ancien. Cinq d'entre elles sont découvertes en 1895. Le village est connu en 1147 sous les noms de Noeruls et Nuruls. Le prieuré Saint-Maire de Lausanne en possède les biens et une chapelle Saint-Antoine dès 1177. L'église actuelle est construite en 1765 et restaurée entre 1950 et 1951. Le village fait partie du bailliage de Moudon à l'époque bernoise, de 1536 à 1798, puis du district de Moudon dès la révolution vaudoise, de 1798 à 2007, et du district du Gros-de-Vaud depuis 2008. L'école date de 1795[3].

La commune fusionne, le 1er janvier 2013, avec celles de Chaneaz, Chapelle-sur-Moudon, Correvon, Denezy, Martherenges, Peyres-Possens, Saint-Cierges et Thierrens pour former la nouvelle commune de Montanaire.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Neyruz-sur-Moudon

Les armes de la commune Neyruz-sur-Moudon se blasonnaient ainsi :
Parti d'argent et de gueules, à deux écureuils affrontés de l'un en l'autre[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

La surface totale de la commune de Neyruz-sur-Moudon représentait 352 hectares qui se décomposaient en : 12 ha de surfaces d'habitat et d'infrastructure, 246 ha de surfaces agricoles, 93 ha de surfaces boisées et enfin 1 ha de surfaces improductives (lacs et cours d'eau par exemple). Dans le détail en 2005, les aires industrielles et artisanales représentent moins de 1 % du territoire communal, les maisons et bâtiments 0,85 %, les routes et infrastructures de transport 2,27 %, les zones agricoles 48,86 % et les zones arboricoles et viticoles moins de 1 %[2].

Jusqu'à sa dissolution, la commune faisait partie du district de Moudon. Depuis le 1er janvier 2008, elle fait partie du nouveau district du Gros-de-Vaud. Elle avait des frontières communes avec Denezy, Villars-le-Comte, Lucens, Bussy-sur-Moudon, Moudon, Saint-Cierges et Thierrens.

La localité se trouve dans la région du Gros-de-Vaud, sur le plateau entre la Mentue et la vallée de la Broye. La frontière orientale de l'ancienne commune longe la Cerjaule ; à l'ouest, la commune s'étendait sur les plateaux du Champ de la Croix et des Esserts où se trouvait le point culminant de la commune avec 802 mètres d'altitude. Au nord-ouest, la frontière était marquée par la forêt du Praduit et par le cours de la Lembe.

Outre le village de Neyruz, la commune comptait également plusieurs exploitations agricoles dispersées.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Neyruz-sur-Moudon possède 129 habitants en 2012[1].. Sa densité de population atteint 36,6 hab./km².

En 2000, la population de Neyruz-sur-Moudon est composée de 60 hommes (50,8 %) et 58 femmes (49,2 %). La langue la plus parlée est le français, avec 115 personnes (97,5 %). La deuxième langue est l'allemand (2 ou 1,7 %). Il y a 110 personnes suisses (93,2 %) et 8 personnes étrangères (6,8 %). Sur le plan religieux, la communauté protestante est la plus importante avec 88 personnes (74,6 %), suivie des catholiques (12 ou 10,2 %). 10 personnes (8,5 %) n'ont aucune appartenance religieuse[5].

La population de Neyruz-sur-Moudon est de 251 personnes en 1850. Elle descend à 199 personnes en 1888, puis monte à 262 personnes en 1910. Le nombre d'habitants baisse jusqu'à 113 en 1970, puis remonte légèrement jusqu'à 129 en 2010. Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Neyruz-sur-Moudon entre 1850 et 2010[6] :

Politique[modifier | modifier le code]

Lors des élections fédérales suisses de 2011, la commune a voté à 45,78 % pour l'Union démocratique du centre. Les deux partis suivants furent les Verts avec 13,50 % des suffrages et le Parti socialiste suisse avec 12,71 %[7].

Lors des élections cantonales au Grand Conseil de mars 2011, les habitants de la commune ont voté pour le Parti libéral-radical à 33,13 %, l'Union démocratique du centre à 28,94 %, le Parti socialiste à 14,97 %, les Verts à 13,57 % et l'Alliance du centre à 9,38 %[8].

Sur le plan communal, Neyruz-sur-Moudon était dirigé par une municipalité formée de 5 membres et dirigée par un syndic pour l'exécutif et un Conseil général dirigé par un président et secondé par un secrétaire pour le législatif[9].

Économie[modifier | modifier le code]

Jusqu'au milieu du XXe siècle, l'économie locale était principalement tournée vers l'agriculture, l'arboriculture fruitière et l'élevage qui représentent encore une part importante des emplois locaux de nos jours. La commune s'est cependant développée ces dernières décennies avec la création de zones résidentielles occupées par des personnes travaillant dans les villes voisines ; cette transformation s'est complétée par la création de petites entreprises locales et de services.

Transports[modifier | modifier le code]

Au niveau des transports en commun, Neyruz-sur-Moudon fait partie de la communauté tarifaire vaudoise Mobilis. Le bus CarPostal faisant le parcours Yverdon-les-Bains-Thierrens-Moudon s'arrête dans le village[10]. Il est également desservi par les bus sur appel Publicar, qui sont aussi un service de CarPostal[11].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidente permanente par commune et origine, Vaud, 1950-2012 », sur Statistiques Vaud (consulté le 23 avril 2013)
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Emmanuel Abetel, « Neyruz-sur-Moudon », Dictionnaire historique de la Suisse,‎ 9 février 2009 (consulté le 15 octobre 2012)
  4. « Annexe à l'arrêté relatif aux armoiries communales (AAC) du 10 février 1925 (175.12.1) » (consulté le 15 octobre 2012)
  5. « STAT-TAB: la banque de données statistiques interactive », Confédération suisse (consulté le 8 octobre 2012)
  6. « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 1er octobre 2012)
  7. « Elections au Conseil national 2011: Participation, force des partis, électeurs fictifs », sur Statistique suisse (consulté le 2 octobre 2012)
  8. « Election du Grand Conseil du 11 mars 2012 », sur vd.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  9. « Neyruz-sur-Moudon », sur communal.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  10. « Yverdon-les-Bains-Thierrens-Moudon », sur fahrplanfelder.ch (consulté le 8 octobre 2012)
  11. « PubliCar Thierrens (VD) », sur carpostal.ch (consulté le 8 octobre 2012)

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :