Peyres-Possens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Peyres-Possens
Localité suisse
Blason de Peyres-Possens
Héraldique
Ferme à Peyres-Possens
Ferme à Peyres-Possens
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
District Gros-de-Vaud
Commune
Localité(s)
Montanaire
Possens et Peyres
Code postal 1063
Démographie
Gentilé Possensois
Géographie
Coordonnées 46° 39′ 38″ N 6° 42′ 27″ E / 46.66056, 6.70749846° 39′ 38″ Nord 6° 42′ 27″ Est / 46.66056, 6.707498  
Altitude 720 m
Superficie 191 ha = 1,91 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Peyres-Possens

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Peyres-Possens

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Peyres-Possens
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Peyres-Possens est une ancienne commune suisse du canton de Vaud. Ses deux villages sont cités dès 1200 et 1230. La commune fait partie du district de Moudon entre 1798 et 2007, puis du district du Gros-de-Vaud. Elle fait partie de la commune de Montanaire depuis le 1er janvier 2013. Peyres-Possens se situe dans la région du Gros-de-Vaud, au bord de la Mentue.

Histoire[modifier | modifier le code]

Peyres est mentionné en 1200 sous le nom de Pairi, Possens en 1230 sous le nom de Pussens. Au Moyen Âge, ces deux villages dépendent de la châtellenie de Dommartin, qui appartient au chapitre de la cathédrale de Lausanne. À l'époque bernoise, de 1536 à 1798, ils dépendent du mandement de Dommartin, qui fait partie du bailliage de Lausanne. La commune fait ensuite partie du district de Moudon entre 1798 et 2007, puis du district du Gros-de-Vaud depuis 2008. Une fabrique de tuiles et de briques y existe depuis 1857 et la société de laiterie est fondée en 1883[3]. La commune fusionne le 1er janvier 2013 avec celles de Chaneaz, Chapelle-sur-Moudon, Correvon, Denezy, Martherenges, Neyruz-sur-Moudon, Saint-Cierges et Thierrens pour former la nouvelle commune de Montanaire.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Peyres-Possens

Les armes de la commune de Peyres-Possens se blasonnaient ainsi :
D'argent à la tour de gueules mouvant d'une fasce abaissé du même, le tout crénelé et maçonné de sable[4]. En 1927, la commune a repris les armoiries de Dommartin, dont elle faisait partie du mandement au Moyen Âge, en inversant les couleurs[5].

Géographie[modifier | modifier le code]

La surface totale de la commune de Peyres-Possens représentait 190 hectares qui se décomposaient en : 19 ha de surfaces d'habitat et d'infrastructure, 94 ha de surfaces agricoles, 76 ha de surfaces boisées et enfin 1 ha de surfaces improductives (lacs et cours d'eau par exemple). Dans le détail en 2005, les aires industrielles et artisanales représentent 2,63 % du territoire communal, les maisons et bâtiments 1,58 %, les routes et infrastructures de transport 1,58 %, les zones agricoles 35,79 % et les zones arboricoles et viticoles 1 %[2].

Jusqu'à sa dissolution, la commune faisait partie du district de Moudon. Depuis le 1er janvier 2008, elle fait partie du nouveau district du Gros-de-Vaud. Elle avait des frontières communes avec Boulens, Chapelle-sur-Moudon, Fey, Jorat-Menthue et Montilliez.

Peyres-Possens se trouve à l'extrême nord de la région du Gros-de-Vaud. Partant de sa frontière ouest formée par la Mentue qui a taillé au fil des siècles une profonde vallée dans la molasse, la commune s'étendait vers l'est sur le plateau de Plan Champ plateau et la terrasse de Peyres-Possens. Au sud-est, à la hauteur des Grands Champs, qui se terminent ensuite en forte pente boisée rejoignant la Mentue, se situait le point culminant de la commune avec 793 mètres d'altitude.

La commune, l'une des plus petites du canton, se composait des deux hameaux de Peyres et Possens ainsi que de la Roserette, située entre les deux.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Peyres-Possens possède 157 habitants en 2010[1]. Sa densité de population atteint 81,8 hab./km².

En 2000, la population de Peyres-Possens est composée de 67 hommes (46,9 %) et 76 femmes (53,1 %). Il y a 115 personnes suisses (89,1 %) et 14 personnes étrangères (10,9 %). La langue la plus parlée est le français, avec 116 personnes (89,9 %). La deuxième langue est l'allemand (6 ou 4,7 %). Sur le plan religieux, la communauté protestante est la plus importante avec 69 personnes (53,5 %), suivie des catholiques (26 ou 20,2 %). 13 personnes (10,1 %) n'ont aucune appartenance religieuse[6].

La population de Peyres-Possens est de 164 habitants en 1850, puis de 134 habitants en 188. Le nombre d'habitants remonte à 167 en 1900 avant de descendre à 110 en 1941. Il monte à 147 en 1960, puis descend à 107 en 1980 avant de remonter et d'atteindre 157 en 2010. Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Peyres-Possens entre 1850 et 2010[7] :

Politique[modifier | modifier le code]

Lors des élections fédérales suisses de 2011, la commune a voté à 34,97 % pour l'Union démocratique du centre. Les deux partis suivants furent le Parti socialiste suisse avec 16,17 % des suffrages et le Parti libéral-radical avec 15,03 %[8].

Lors des élections cantonales au Grand Conseil de mars 2011, les habitants de la commune ont voté pour l'Union démocratique du centre à 48,04 %, le Parti socialiste à 16,67 %, le Parti libéral-radical à 13,07 %, l'Alliance du centre à 11,76 % et les Verts à 10,46 %[9].

Sur le plan communal, Peyres-Possens était dirigé par une municipalité formée de 5 membres et dirigée par un syndic pour l'exécutif et un Conseil général dirigé par un président et secondé par un secrétaire pour le législatif[10].

Économie[modifier | modifier le code]

Jusque dans la seconde moitié du XXe siècle, l'économie locale était principalement tournée vers l'agriculture, l'arboriculture fruitière et l'élevage qui, de nos jours encore, représentent une part importante des emplois locaux. Depuis 1944, sur le Plan Champ au nord de Possens, une usine de briques est exploitée par la maison Morandi SA de Corcelles-près-Payerne[11]. Dans les dernières décennies, de nombreuses zones résidentielles ont été construites pour des personnes travaillant dans les villes de la région.

Transports[modifier | modifier le code]

Au niveau des transports en commun, Peyres-Possens fait partie de la communauté tarifaire vaudoise Mobilis. Le bus CarPostal reliant Échallens à Thierrens s'arrête dans la commune[12]. La localité est également desservie par les bus sur appel Publicar, qui sont aussi un service de CarPostal[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Statistique annuelle de la population vaudoise au 31.12.2013 », sur Statistiques Vaud (consulté le 28 juillet 2014)
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Emmanuel Abetel, « Peyres-Possens » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 3 décembre 2009. consulté le 15 octobre 2012
  4. « Annexe à l'arrêté relatif aux armoiries communales (AAC) du 10 février 1925 (175.12.1) » (consulté le 15 octobre 2012)
  5. « Commune de Peyres-Possens », sur peyres-possens.ch (consulté le 15 octobre 2012)
  6. « STAT-TAB: la banque de données statistiques interactive », Confédération suisse (consulté le 9 octobre 2012)
  7. « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 1er octobre 2012)
  8. « Elections au Conseil national 2011: Participation, force des partis, électeurs fictifs », sur Statistique suisse (consulté le 2 octobre 2012)
  9. « Election du Grand Conseil du 11 mars 2012 », sur vd.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  10. « Peyres-Possens », sur communal.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  11. « Organisation », sur morandi.ch (consulté le 5 octobre 2012)
  12. « Echallens-Thierrens », sur fahrplanfelder.ch (consulté le 9 octobre 2012)
  13. « PubliCar Thierrens (VD) », sur carpostal.ch (consulté le 9 octobre 2012)

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :