Napoléon Chaix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chaix (homonymie).
Portrait de Napoléon Chaix.

Napoléon Chaix, né en 1807 à Châteauroux, rue du Bombardon (devenue rue Victor Hugo), mort à Paris en 1865, est un imprimeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Apprenti imprimeur dans sa ville natale jusqu’en 1833, il « monte » à Paris pour se perfectionner et fonde en 1845 l'« Imprimerie Centrale des Chemins de Fer » qui, dès l’année suivante, sort le premier livret indicateur des horaires des trains. Ce livret est appelé « le Chaix » en souvenir de son auteur.

Très attaché à son département, Napoléon Chaix fut l’un des fondateurs de la « Société du département de l’Indre », qu’il hébergea pendant 30 ans dans ses locaux. Il imprima notamment le bulletin de l’Association des Berrichons de Paris et publia le « Glossaire du Centre de la France ».

L'Imprimerie Chaix[modifier | modifier le code]

Les Maîtres de l'affiche : publication mensuelle contenant la reproduction des plus belles affiches illustrées des grands artistes, français et étrangers, éditée par L'Imprimerie Chaix. Affiche d'Alice Russell Glenny.
Horaires des chemins de fer de l'Est de Lyon - Service de l’Été 1906 (Imprimerie Chaix Nicolas Aîné)

En 1880, une importante succursale de l'Imprimerie Centrale des Chemins de Fer, fondée en 1845 et qui prendra en 1881 le nom d'Imprimerie Chaix, est implantée à Saint-Ouen : 2 500 m2 de superficie, 60 chevaux-vapeur et 100 ouvriers. On y exécute, outre les affiches de Jules Chéret, directeur artistique, et de ses amis comme Lucien Lefèvre, Alfred Choubrac ou Georges Meunier, des travaux de composition, de tirage typographique, de la brochure, de la reliure, réglure, etc. L'entreprise familiale ne cesse de se développer et devient vite l'un des plus puissants ateliers d'imprimerie en Europe. Surtout connue pour l'édition des indicateurs de chemin de fer, Chaix imprime également des dépliants publicitaires, des affiches, des périodiques, des ouvrages.

En 1965, s'opère une fusion entre Chaix et Desfossé-Néogravure ; en 1970, le groupe absorbe Oberthur à Rennes et, en 1973, l'Imprimerie Crété à Corbeil-Essonnes. Un an plus tard, Néogravure-Crété-Chaix-Desfossé, couvert de dettes, dépose son bilan. Après trois semaines d'occupation d'usines par les ouvriers, patronat et syndicats s'entendent sur un plan de redressement, mais désormais Oberthur et Chaix sont indépendantes. À l'issue d'un conflit social de près de 6 ans, en juillet 1981, les locaux et le matériel de Saint-Ouen sont vendus aux enchères et une nouvelle société reprend les activités de l'Imprimerie Chaix avec seulement 47 salariés au lieu des 640 qui y étaient occupés en 1975.

Dans les commanditaires de l'Imprimerie Chaix, on trouvait : Adrien Delahante, premier banquier de Lyon et receveur général du Rhône, Gustave Delahante, banquier, Amédée Marc, secrétaire général de la Compagnie de Paris à Orléans, Antoine Banès, directeur des compagnies de chemins de fer de Paris à Orléans et du Centre

Sources[modifier | modifier le code]

  • Sylvie Benald, L'Imprimerie Chaix de 1845 à 1881, Bulletin du Centre d'histoire de la France contemporaine
  • Alban Chaix, Historique de l'imprimerie et de la librairie centrales des chemins de fer : organisation industrielle et économique de cet établissement, 1878

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :