Imprimerie Oberthur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oberthür.

48° 06′ 46.46″ N 1° 39′ 41.03″ O / 48.1129056, -1.6613972 ()

Imprimerie Oberthur

Création 1852
Disparition 1983
Fondateurs François-Charles Oberthür
Siège social Drapeau de France Rennes (France)
Activité Imprimerie
Produits Almanach, billets de banque, etc.
Les anciennes imprimeries Oberthur, rue de Paris à Rennes.

L’imprimerie Oberthur est une entreprise française créée à Rennes en 1852 par François-Charles Oberthür[1].

L'imprimerie Oberthur a été :

Activités principales[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Crée en 1852, l’imprimerie Oberthur s’est développée au cours de la première moitié du XXe siècle et a compté jusqu’à 1 300 employés[1].

Elle s'est structurée en trois départements :

  • l’impression des articles millésimés (agendas et calendriers),
  • les impressions de labeur, spécialement les impressions de livres scolaires et d’encyclopédies[2],
  • le secteur fiduciaire, principalement orienté vers les impressions d'actions, d’obligations et de chèques.

En 1854, elle édite le premier almanach des Postes dont elle sera l’éditeur exclusif pendant de longues années[3].

En 1865, François-Charles et Charles Oberthür s’associent et l’imprimerie devient « Oberthür et fils ».

En août 1874, le président Patrice de Mac Mahon visite l’usine.

Suite à la mort de François-Charles, sa femme Marie et ses deux fils (Charles et René) forment un contrat d’association en mars 1893. Puis en 1909, l’imprimerie devient une société anonyme dirigé par Charles. René lui succèdera à sa mort en 1924.

En 1905, l’imprimerie Oberthur édite le Répertoire de couleurs pour aider à la détermination des couleurs des fleurs, des feuillages et des fruits, écrit par René Oberthür et Henri Dauthenay, qui a longtemps servi de référence officielle pour l'appellation des teintes[4].

C’est en 1940 qu’Oberthüur se lance dans l'impression de billets de banque : la Banque de France rencontre à cette époque des difficultés d'approvisionnement et fait appel à Oberthur pour la fabrication de billets.

Oberthur après Oberthür[modifier | modifier le code]

Les derniers membres de la famille Oberthür, Jean et Marthe Cartier-Bresson, quittent la direction de l’imprimerie resepctivement, le 5 juillet 1958 et le 8 mars 1960.

En proie à des difficultés financières au tournant des années 1970, l’entreprise est contrainte de déposer son bilan en mars 1981[INA 1] pour être liquidée en novembre 1983. Elle est ensuite occupée par la CGT jusqu’à la fin de l’année[INA 2].

Elle est scindée en trois entreprises indépendantes créées en 1984[1] :

Bâtiments[modifier | modifier le code]

Construit principalement en 1870, 1883, et 1900 respectivement par les architectes rennais Jean-Baptiste Martenot, Frédéric Jobbé-Duval, et Charles Coüasnon, les bâtiments sont constitués de deux halles ateliers parallèles reliés entre eux par deux corps de bâtiments[5],[6],[7].

Les anciens bâtiments de l’entreprise ont été transformés en parc d’affaires, inauguré début juillet 1989[INA 3].

Notes[modifier | modifier le code]

Archives de l’INA

  1. Dépôt de bilan de l’imprimerie Oberthur, Rennes soir, 24 mars 1981.
  2. Fin de l'occupation de l'usine Oberthur par la CGT, Rennes soir, 31 décembre 1983.
  3. Inauguration du Parc d'Affaires Oberthur, Rennes soir, le 7juillet 1989.

[8]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Source : Historique des Éditions Oberthur
  2. ORTF, « La fabrication d'un livre », L'ouest en mémoire,‎ 10 octobre 1964 (consulté le 24 juin 2011)
  3. Stanislas du Guerny, « Rennes : Legris redonne des couleurs à l'imprimerie », Les Échos,‎ 21 août 2007 (lire en ligne)
  4. Consulter le livre sur Internet Archive.
  5. « Notice no IA35000567 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. Ancienne imprimerie Oberthür sur Glad, portail des patrimoines de Bretagne.
  7. Imprimerie Oberthür sur Glad, portail des patrimoines de Bretagne.
  8. [1]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]