Poppa de Bayeux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Poppa de Bayeux est la « frilla » (épouse More danico)[1] du jarl des Normands, Rollon et la mère du duc de Normandie Guillaume « Longue-Épée ».

Ses origines restent obscures. Les historiens retiennent deux hypothèses :

Dans les deux cas, l’ascendance de Poppa est prestigieuse : Bérenger serait l’un des deux marquis chargé de défendre la Neustrie contre les Normands tandis que Gui de Senlis descend par les femmes d’Evrard de Frioul.

Katherine Keats-Rohan propose une version assemblant les deux propositions. La mère de Poppa serait de la famille des Herbertiens. Elle aurait épousé Bérenger de Bayeux de qui serait née Poppa, puis Gui de Senlis et aurait eu Bernard de Senlis[3].

Une autre hypothèse, moins prestigieuse, mais pour le moins aussi crédible, abordée par l'historien et spécialiste Jean Renaud, fait de Poppa une concubine de Hrólf, bergère venue des Hébrides.

De cette union naquirent au moins deux enfants : une fille nommée Gerloc (baptisée sous le prénom d’« Adèle ») et Guillaume Longue-Épée. Ce dernier naquit outre-mer alors que son père Rollon était encore païen. On pourrait en déduire que cette naissance est antérieure au traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911, date de la conversion et de l’installation définitive de Rollon en Normandie. Pour l’historien Pierre Bauduin, l’union entre Poppa et le chef normand atteste des liens précoces entre ce dernier et l’aristocratie franque et permet d’éclairer sous un nouveau jour l’accord de 911 : le roi Charles le Simple traite avec un personnage déjà en partie intégré au royaume carolingien.

Une statue au sommet d'une fontaine érigée Place de Gaulle à Bayeux représente Poppa.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le mariage more danico (« à la danoise ») ou « danesche manere » en normand, désigne le mode de polygynie pratiqué par les Vikings implantés en Normandie après le traité de Saint-Clair-sur-Epte.
  2. appelé plus tard Rollon, duc de Normandie
  3. Neveux 2009, p. 75-76

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]