Mont Herzl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Mont Herzl
Vue de l'entrée principale
Vue de l'entrée principale
Géographie
Altitude 834 m
Massif Monts de Judée
Coordonnées 31° 46′ 27″ N 35° 10′ 50″ E / 31.77417, 35.180631° 46′ 27″ Nord 35° 10′ 50″ Est / 31.77417, 35.1806  
Administration
Pays Drapeau d’Israël Israël
District Jérusalem

Géolocalisation sur la carte : Israël

(Voir situation sur carte : Israël)
Mont Herzl

Le mont Herzl (en hébreu הר הרצל), également Har Hazikaron (הר הזכרון « mont de la Mémoire ») est une colline située à l’ouest de la ville de Jérusalem qui abrite le cimetière national d'Israël. Il est situé à l'ouest de Jérusalem et porte le nom de Theodor Herzl, le fondateur du sionisme politique moderne. C'est le point culminant de Jérusalem, à 834 m d'altitude. Outre le cimetière national d’Israël, on y trouve un cimetière militaire, des mémoriaux et un musée.

La tombe de Herzl se situe au sommet de la colline. À ses côtés, on trouve notamment les tombes de Vladimir Jabotinsky, le leader du sionisme révisionniste, et de plusieurs premiers ministres et président comme Levi Eshkol, Golda Meir, ou Yitzhak Rabin. Le mémorial Yad Vashem, le plus important du monde consacré à la Shoah, est situé à l'ouest du mont Herzl.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette montagne porte le nom de mont Herzl en l’honneur de Theodor Herzl, journaliste juif autrichien, fondateur de l'Organisation sioniste mondiale. Le gouvernement israélien décida en 1951 de créer sur le mont Herzl le cimetière national d'Israël.

En 1949, conformément à sa volonté, la dépouille de Théodor Herzl est exhumée du cimetière juif de Vienne et est transférée en Israël pour être ré-inhumée au sommet du mont qui porte désormais son nom.

L'esplanade du mont Herzl[modifier | modifier le code]

Après avoir franchi la grille de l'entrée principale, on pénètre dans le site par un jardin en terrasse qui permet d’accéder à la tombe de Théodor Herzl. L'espace autour du tombeau de Theodor Herzl a été élargi pour célébrer la première cérémonie du Jour de l'Indépendance en 1950. C'est à cet endroit que débute les cérémonies de la Journée de l'Indépendance d'Israël.

Le cimetière civil[modifier | modifier le code]

Tombe de Zalman Shazar

Dans ce cimetière, sont situées les sépultures des personnalités du sionisme et de l’État d’Israël. La tombe de Theodor Herzl se trouve au sommet non loin des tombes de Vladimir Jabotinsky et de David Wolffsohn. La plupart des anciens premiers ministres de l’État d’Israël reposent dans le carré des « Grands de la nation »  : Levi Eshkol, Golda Meir, Menahem Begin, Yitzhak Rabin, Itzhak Shamir.

Le Musée Herzl à côté de l'entrée principale conserve des documents sur l’histoire du sionisme depuis la fin du XIXe siècle.

Le cimetière militaire national[modifier | modifier le code]

Mémorial des soldats disparus sans sépulture en 1947-1948

C’est le plus important cimetière militaire d’Israël qui ressemble les sépultures de soldats et de policiers tombés pour la défense du territoire israélien. Il est situé sur le versant nord du mont Herzl.

Dans le cimetière militaire, se trouve une grotte funéraire juive datant de la période du Second Temple découverte en 1954.

Jardin des soldats disparus en Israël[modifier | modifier le code]

Il est dédié à la mémoire des soldats disparus sans sépulture depuis 1914.

National Memorial Hall[modifier | modifier le code]

Un nouveau mémorial en forme de torche de 18 mètres de haut devrait être inauguré en 2015. Y seront inscrit les noms de tous les morts pour la défense du sionisme et d'Israël de 1860 à nos jours. Il abritera la tombe du Soldat inconnu.

Les mémoriaux[modifier | modifier le code]

Le mont Herzl abrite plusieurs mémoriaux situés dans le Jardin des soldats disparus, à proximité ou dans le cimetière militaire.

Mémorial aux victimes d’attentats[modifier | modifier le code]

Mémorial aux victimes du terrorisme en Israël

Le mémorial des victimes du terrorisme est le principal mémorial des victimes juives du Yishouv et israéliennes de 1851 à aujourd'hui.

Mémoriaux de la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

  • Mémorial aux soldats juifs qui ont combattu pour l'armée russe pendant la Seconde Guerre mondiale
  • Mémorial aux soldats juifs qui ont combattu pour l'armée polonaise pendant la Seconde Guerre mondiale
  • Mémorial aux soldats juifs qui ont combattu pour l'armée britannique pendant la Seconde Guerre mondiale en Palestine sous mandat britannique.
  • Mémorial en l’honneur des 23 commandos du Palmah disparus en Méditerranée en 1941.

Autres mémoriaux[modifier | modifier le code]

Stabile de Calder « un geste pour Jérusalem » au pied du mont Herzl (à l'angle des rues Kiryat Ha-Yovel et Ein Kerem) - C'est le terminus de la ligne du tramway de Jérusalem

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Elie Barnavi, Une histoire moderne d'Israël, Paris, Flammarion, 1982 (ISBN 978-2-1303-349-0[à vérifier : ISBN invalide])

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :