Mazinger Z

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mazinger Z

マジンガーZ
(Majingā Zetto)
Type Shōnen
Genre Mecha
Manga
Auteur Gō Nagai
Éditeur Drapeau du Japon Shūeisha, Kōdansha
Drapeau de la France Dynamic Vision
Prépublication Drapeau du Japon Weekly Shōnen Jump
Sortie initiale 2 octobre 197213 août 1973
Volumes 5
Anime japonais
Réalisateur
Tomoharu Katsumata
Studio d’animation Tōei Animation
Chaîne Drapeau du Japon Fuji Television
1re diffusion 3 décembre 19721er septembre 1974
Épisodes 92

Mazinger Z (マジンガー Z, Majingā Z?) est une série japonaise de manga créée par Gō Nagai, adaptée en anime. Elle est l'ancêtre des séries de mecha. La série fut créée par les Studio Toei en 1972 d'après le manga éponyme de Gō Nagai et diffusée entre le 3 décembre 1972 et le 1er septembre 1974 sur Fuji TV. En France, la série a été diffusée à partir de 1988 sur M6 dans l'émission Graffi'6.

L'histoire[modifier | modifier le code]

Koji Kabuto (personnage présent plus tard dans Goldorak sous le nom d'Alcor dans la version française) est le petit-fils d'un célèbre savant. Quand le professeur Kabuto est mortellement blessé par les hommes du Docteur Hell, un mégalomane acharné à la conquête du monde, il révèle avant de mourir à son petit-fils qu'il a conçu un robot géant, Mazinger Z, capable d'arrêter les forces du Mal. Koji prend les commandes de Mazinger Z et parvient à le contrôler, mettant en fuite les sbires de Hell. Dans les épisodes qui suivront, Mazinger Z et ses alliés parviendront à vaincre tous les robots géants envoyés par le Docteur Hell et à faire échouer ses plans de conquête.

Mazinger Z obtient un très grand succès au Japon. En Occident la série est appréciée notamment en Italie et dans les pays hispaniques, mais aussi au Maroc. En Europe Mazinger Z arriva à la télévision espagnole avant l'arrivée de Goldorak en France. Mazinger Z débuta à l'antenne espagnole, sur TVE1 (aujourd'hui La 1), le 4 mars 1978[1], alors que la première diffusion de Goldorak en France eut lieu quatre mois plus tard, en juillet de la même année[2].

Transition avec Great Mazinger[modifier | modifier le code]

Article connexe : Great Mazinger.

Dans l'avant-dernier épisode, Mazinger Z parvient à venir à bout du Docteur Hell. Mais le dernier épisode voit apparaître de nouveaux envahisseurs, l'empire de Mykene, face auxquels Mazinger Z est dépassé. Alors que tout semble perdu, un nouveau et mystérieux robot géant apparait, Great Mazinger. Un remake de ce dernier épisode a été proposé en film, sous le titre Mazinger Z Vs. The Grand General of Darkness. Dans ce remake, Mazinger Z doit se battre contre une entière armée des Mykenes, mais quand Great Mazinger vient à son secours, il arrive encore à lutter. Dans la série TV, Mazinger Z est battu par 2 bêtes, dont une avait une attaque corrosive, avec laquelle l'alliage Z a été détruit.

Commentaire[modifier | modifier le code]

Mazinger Z est un manga mecha créé en 1972 par Gō Nagai pour le Weekly Shōnen Jump et adapté en anime la même année. L’œuvre a la particularité d'être la première à mettre en scène des robots géants pilotés de l'intérieur ; plus précisément, un petit engin volant s'intègre dans la tête du robot géant pour en permettre le pilotage[3],[4]. En animation, il s'agit d'une évolution par rapport à Astro le petit robot, où le robot agissait de lui-même, et Tetsujin 28-gō qui était télécommandé de loin, ce qui permet de confronter plus directement le héros et donc le spectateur à l'action[5]. De cette façon, l'auteur permet de résoudre le problème de la personnalisation du robot, ici en symbiose avec le pilote pour former une seule entité[3],[6]. Ce type de série mettant en scène des robots géants surpuissants pilotés de l'intérieur est très populaire dans les années 1970. Dans Mazinger Z, les robots, au centre du récit[4], sont les archétypes de supers robots fantastiques et peu réalistes[3].

Les ennemis, monstres maléfiques mélangeant animalité et technologie, représentent la « dégénérescence de l'usage de la technologie dans l'Occident », dans le contexte de débats sur la place de la science occidentale dans la société japonaise de l'époque[7]. Pour Fred Patten, diverses séries dont Mazinger Z rejoue alors la Seconde Guerre mondiale et la défense du Japon contre des envahisseurs inspirés de l'Occident[6]. Il écrit également que cet « humain qui devient un géant métallique pour protéger le monde [...] résonne avec l'imaginaire japonais »[8].

Réception[modifier | modifier le code]

La série télévisée Mazinger Z a rencontré un très fort succès au Japon[8]. Le héros de cette série, Koji Kabuto, qui est connu en francophonie sous le nom d'Alcor de Goldorak, est un véritable héros pour les Japonais qui n'ont pas beaucoup apprécié son rôle réduit dans Goldorak[9]. Deux suites reprennent le même univers : Great Mazinger et Goldorak[7]. Durant la décennie qui suit, de nombreuses séries mecha reprennent et imitent le principe de Mazinger Z[10], qui inspire fortement le genre mecha en général[8].

La série, culte au Japon, est passée relativement inaperçue en France, y ayant été diffusée pour la première fois jusqu'à dix ans après la première française de Goldorak[11].

Doublage[modifier | modifier le code]

Source : Anime News Network[12].

Voix japonaises[modifier | modifier le code]

  • Hiroya Ishimaru : Koji Kabuto
  • Haruko Kitahama : Baron Ashura (femme)
  • Hidekatsu Shibata : Baron Ashura (homme)
  • Hiroshi Ohtake : Boss
  • Jouji Yanami : professeur Gennosuke Yumi
  • Kazuko Sawada : Shiro Kabuto
  • Kousei Tomita : Dr. Hell
  • Minori Matsushima : Sayaka Yumi
  • Hiroshi Ohtake : Dr. Sewashi
  • Isamu Tanonaka : Mucha
  • Junpei Takiguchi : conte Blocken
  • Kouji Yada : Dr. Morimori, narrateur, Piguman
  • Kousei Tomita : Nuke
  • Nana Yamaguchi : Misato
  • Osamu Kato : archiduc Gorgon
  • Tomoko Matsushima : Sayaka Yumi (1er épisode)
  • Yonehiko Kitagawa : Dr. Nossori

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Épisodes[modifier | modifier le code]

  1. La naissance d'un robot miraculeux (non diffusé)
  2. Il faut arrêter le Baron
  3. Le plus puissant des robots
  4. Gayen N5 contre Mazinger Z
  5. Le fantôme de Mazinger Z
  6. Le piège
  7. La stratégie du Baron
  8. Les trois professeurs
  9. Fatalitas le géant
  10. L'enlèvement de Julius
  11. La grande Reda
  12. Petit robot deviendra grand
  13. L'abominable bonhomme de neige
  14. Le robot pacifique
  15. Le raz-de-marée
  16. Tentative d'assassinat
  17. Chantage au Kraptonium
  18. Le robot à pinces
  19. Quand les vautours attaquent
  20. Ciel, un ouragan !
  21. La ville fantôme
  22. S.O.S. naufrage
  23. Amédée, ou comment se débarrasser de Mazinger Z
  24. Mazinger Z contre Jet-28

Les épisodes 25 à 92 sont inédits en France.

Postérité[modifier | modifier le code]

Mazinger Z à Mas del Plata (années 1980)

On trouve à Mas del Plata (ca), entité dépendant de la commune de Cabra del Camp (comarque de Alt Camp, province de Tarragone, communauté autonome de Catalogne en Espagne) une statue de 10 mètres de haut de Mazinger Z construite à la fin des années 1970.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Almudena González. « Mazinger Z, 40 años sin perder los 'puños' ». El Mundo - EFE.
  2. Frédéric Potet, « Goldorak, héraut du manga », Le Monde, Le Monde, culture et idées, 08/08/2013
  3. a, b et c (en) Mark Gilson, « A Brief History of Japanese Robophilia », Leonardo, The MIT Press, vol. 35, no 5,‎ août 1998, p. 367-369 (ISSN 0024094X)
  4. a et b Bounthavy Suvilay, « Robot géant : de l’instrumentalisation à la fusion », Belphegor, Dalhousie University, vol. 3, no 2 « Terreurs de la science-fiction et du fantastique »,‎ 2004 (ISSN 1499-7185, lire en ligne)
  5. (en) Helen McCarthy et Jonathan Clements, The Anime Encyclopedia: A Guide to Japanese Animation Since 1917, Titan Books Ltd,‎ 2001 (ISBN 1845765001), p. 404-405
  6. a et b (en) Timothy N. Hornyak, Loving the Machine: The Art and Science of Japanese Robots, Kodansha International,‎ 2006 (ISBN 9784770030122, lire en ligne), p. 60-61
  7. a et b (en) Marco Pellitteri, « Nippon ex Machina: Japanese Postwar Identity in Robot Anime and the Case of UFO Robo Grendizer », Mechademia, vol. 4,‎ 2009, p. 275-288
  8. a, b et c (en) Fred Patten, Watching anime, reading manga : 25 years of essays and reviews, Stone Bridge Press,‎ 2004 (ISBN 9781880656921, lire en ligne), p. 193, 223, 294-296
  9. « Interview Gô Nagai », sur cinemasie.com,‎ novembre 2008 (consulté le 27 octobre 2012)
  10. (en) Mark Wheeler Macwilliams, Japanese visual culture : explorations in the world of manga and anime, M.E. Sharpe,‎ 2008 (ISBN 9780765616012, lire en ligne), p. 52
  11. Xavier Guilbert, « Le manga et son histoire vus de France : entre idées reçues et approximations », Comicalités,‎ 2012 (lire en ligne)
  12. (en) « Mazinger Z (TV) », Anime News Network (consulté le 18 novembre 2012)