Mary Read

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Read.
Mary Read dévoile sa féminité.
(gravure d’Alexandre Debelle tirée du livre de P. Christian, Histoire des pirates et corsaires de l’Océan).

Mary Jane Read (vers 1690 - 1721) est, avec Anne Bonny, l’une des deux femmes pirates les plus célèbres de l’histoire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mary est née dans le comté du Devon en Angleterre à la fin du XVIIe siècle. À la mort de son frère Willy, sa mère, veuve d’un capitaine de la marine, commença à l’habiller comme un garçon pour continuer à percevoir le soutien financier de la grand-mère de Mary, qui était destiné à l’aîné. Sous son travestissement masculin, elle trouve d’abord un emploi de valet de pied puis s’enrôle sur un premier navire avant de s’engager dans l’armée.

Elle y rencontre un maréchal des logis qu’elle épouse. Ils ouvrent ensemble l’Auberge des Trois Fers à Cheval, à Bréda. Cependant, quatre ans plus tard, son mari décède et l’auberge ferme. Mary se fait alors à nouveau passer pour un homme et s’engage à bord d’un navire marchand hollandais sous le nom de Willy Read. Ce navire est attaqué et capturé par des pirates anglais. Elle aurait alors intégré les rangs de ces pirates qu’elle aurait accompagnés jusqu’à New Providence aux Bahamas.

C’est au cours de ce voyage qu’elle rencontra le célèbre pirate Jack Rackham et sa compagne Anne Bonny (qui se déguisait elle aussi en homme et se faisait appeler Adam Bonny). Rackham enrôle Mary Read, croyant avoir affaire à un homme. Intrigué par l’amitié qui la lie à Anne Bonny, il ne découvrira que plus tard qu’elle est une femme.

Mary Read en combat singulier.

Peu de temps après, plusieurs bâtiments de guerre britanniques sont envoyés à leur poursuite. Mais il en faut plus pour impressionner Rackham, Anne Bonny et Mary Read. Plus téméraires et féroces que jamais, ils attaquent et capturent sans relâche les navires qui passent à portée de canon. Capturé dans un des navires, un charpentier du nom de Matthews deviendra l’amant de Mary et le père de son enfant. L’un de ces navires est le Royal Queen, appartenant à Chidley Bayard, l’ancien amant d’Anne, et commandé par le capitaine Hudson. Anne parvient à séduire Hudson et à le convaincre de la prendre avec lui à bord de son navire. Une fois à bord, elle réussit à éviter de passer la nuit avec lui en le droguant. Elle asperge alors avec de l’eau toutes les mèches des canons et retourne avec les pirates. Le jour suivant, le Revenge engage le combat avec le Royal Queen, alors incapable de riposter. La bataille fera une seule victime : le capitaine Hudson, tué par Mary.

En octobre 1720, les troupes du capitaine Barnet, envoyées par le gouverneur de la Jamaïque, capturent Rackham et son équipage (dont Mary Read et Anne Bonny). Mary et Anne en particulier sont écœurées de voir les pirates n’opposer que très peu de résistance (certains récits rapportent que la plupart d’entre eux étaient saouls). Elles en tueront deux et blesseront plusieurs d’entre eux (dont Rackham). Il faudra plus d’une heure de combat avant que les deux femmes rendent les armes, seules face aux troupes de Barnet.

Les deux femmes réussissent à éviter la pendaison en révélant qu’elles sont enceintes. C’était une pratique de l’époque : personne n’aurait osé tuer ce qu’on considérait comme un être vivant pas encore né, innocent des crimes de leur mère. Mary Read devait finir ses jours en prison mais quelques semaines plus tard elle meurt, probablement de la fièvre jaune ou encore d’une fausse couche, en avril 1721. On raconte qu’avant d’achever un homme qu’elle venait de vaincre, Mary leur dévoilait son sexe pour leur montrer qu’une femme pouvait se battre tout aussi bien qu’un homme.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Mary Read apparait dans le jeu vidéo Assassin's Creed IV: Black Flag, dans lequel elle se fait passer pour un homme appelé James Kidd ; elle ne révèlera sa véritable identité qu'à quelques personnes. Elle est membre des Assassins des Caraïbes.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Haechler, Les insoumises,  éd. Nouveau Monde, 2007
  • Zoé Valdés, Louves de mer, Folio, 2006
  • Olivier et Patrick Poivre d’Arvor, Chasseurs de trésors et autres flibustiers,  éd. Menges, 2005

Œuvres inspirées par Mary Read[modifier | modifier le code]

  • Michela Piazza, Mary Read di guerra e mare (roman), Correggio, Butterfly 2012, ISBN 978-88-97810-06-3
  • Valérie Ravenne, Bonny et Read, Nouveau Monde, 2009
  • Musique : Cécile Corbel, Mary, Album : Songbook 2, sortie en 2008
  • Alain Surget, Mary Tempête, Père Castor Flammarion, 2007
  • Mireille Calmel, Lady Pirate (2 tomes), Xo, 2005
  • Ella Balaert, Mary pirate, Zulma, 2001 (ISBN 2843042747)