Martin Szekely

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Szekely.

Martin Szekely est un designer français, né en 1956.

Biographie[modifier | modifier le code]

Martin Szekely est le fils de la céramiste Véra Szekely et du sculpteur Pierre Szekely, tous deux immigrés hongrois[1]. Il suit les cours de l'École Boulle et l'École Estienne et est diplômé en gravure[2]. Il commence à se faire remarquer du public avec le chaise longue Pi en 1982[1]. Depuis, il multiplie à la fois les collaborations avec des éditeurs de design comme la Galerie Neotu, la Galerie Kreo ou Domeau & Pérès, et avec des industriels comme Perrier[1], Heineken, JCDecaux ou Électricité de France.

Peu connu du grand public, certains des objets qu'il a dessinés ont pourtant touché un très large public comme le verre Perrier fabriqué à 20 millions d'exemplaires[réf. nécessaire]. Ses créations plus confidentielles, sont en revanche, très prisées des collectionneurs d'art contemporain, dont par exemple Azzedine Alaïa[3].

Il est consacré Créateur de l’année du Salon du meuble de Paris en 1987, et honoré en 1999 du Prix Alfred Dunhill « Homme remarquable de l’année ». Ces créations font partie des collections de plusieurs musées importants comme le Musée des arts décoratifs[4], le MoMA[5] ou le Mudam[6]. En 2011, le Centre Pompidou lui consacre une exposition intitulée ne plus dessiner[7].

Son style[modifier | modifier le code]

La singularité du travail de Martin Szekely est de rechercher la plus simple expression possible de l’objet, tout en répondant aux priorités fonctionnelles : « Mon souhait est de créer des lieux communs, au sens universel. C'est-à-dire des produits compréhensibles par tous [...] Ce qui m'intéresse, c'est de créer des objets qui ne soient pas des images et qui invitent à l'usage. Ils s'oublient, car ils ne sont jamais démonstratifs. »[8]

Ainsi, à propos de sa création Des étagères, il déclare « l'étagère a sa propre loi, dictée par la spécificité fonctionnelle d'un mode d'assemblage et non par un choix de composition soumis à des codes esthétiques. » Il en résulte un design simple et pur, un design qui s'efface derrière la fonction[9].

Réalisations marquantes[modifier | modifier le code]

Mobilier[modifier | modifier le code]

Design : créations pour les marques[modifier | modifier le code]

Design industriel[modifier | modifier le code]

  • Mobilier urbain pour JCDecaux
  • Interrupteurs pour Legrand
  • Pylône électrique pour Transel/EDF
  • Vitraux pour le centre d'art Les Églises à Chelles[10]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Charlotte Fiell, Peter Fiell, Design of the 20th Century, Cologne, Tashen,‎ 1999 (ISBN 3-8228-5873-0)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Anne-Marie Fèvre, « Le moins est un plus », Libération,‎ 18 octobre 2000 (lire en ligne)
  2. a et b Charlotte Fiell, Peter Fiell 1999, p. 681
  3. Laurence Benaïm, Le Prince des lignes, Azzedine Alaïa, Paris, Grasset, coll. « Documents Français »,‎ octobre 2013, 96 p. (ISBN 978-2-246-81055-1), p. 33. À noter que si Azzedine Alaïa est un collectionneur de haute couture et d'art contemporain, dont de nombreuses pièces de design, Martin Szekely est le scénographe de la rétrospective du couturier au Palais Galliera en 2013.
  4. Les collections du Musée des arts décoratifs
  5. Collection du MoMA
  6. Site du Mudam
  7. Anne-Marie Fèvre, « Martin Szekely, l’objet au plus juste », Libération,‎ 28 octobre 2011 (lire en ligne)
  8. Interview dans l'Express - 27/03/2007
  9. Martin Szekely et ses formes savantes, Critique de l'exposition Des étagères, Les Inrocks
  10. Les églises centre d’art contemporain de la ville de chelles - une commande publique réalisée par martin szekely & marc barani, sur culture.gouv.fr, consulté 9 janvier 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]