Roger & Gallet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Roger & Gallet

Création 1862
Dates clés 1840 : Jacques Collas rachète Jean-Marie Farina 1862 : Création de la Parfumerie Roger & Gallet
Fondateurs Armand Roger et Charles Gallet
Personnages clés Armand Roger, Charles Gallet
Slogan Parfume Délicatement La Vie
Siège social Drapeau de France Paris (France)
Activité cosmétique
Société mère L'Oréal
Site web roger-gallet.com

Roger & Gallet est une maison de parfum française, fondée en 1862 à Paris. Marque spécialisée dans la cosmétique et le bien-être par le parfum, elle intervient sur trois métiers : la parfumerie, la toilette et le soin du corps. Rachetée par le groupe Sanofi en 1975, Roger & Gallet est depuis 2008 une marque appartenant au groupe L’Oréal. Elle est distribuée en pharmacie, parapharmacie, parfumerie, grands magasins et boutiques d'aéroport.

Histoire[modifier | modifier le code]

Façade de la boutique parisienne photographiée par Eugène Druet, avant 1914.
Publicité de la marque en 1935 au moment du lancement du paquebot Normandie (in L’Illustration).

Pour mémoire, en 1806, Jean Marie Joseph Farina (1785-1864), descendant du créateur de l’Eau de Cologne, hérite de la formule d’apothicaire de l’Aqua Mirabilis (Eau merveilleuse) et part pour Paris où il ouvre boutique au nom de « Jean-Marie Farina »[1]. Deux ans plus tard, il crée pour Napoléon 1er, grand amateur d'eau de Cologne, le « Rouleur de l'empereur »[1], un flacon exclusif en forme de rouleau et qui peut être glissé dans une botte. En 1840, Jacques Collas rachète la parfumerie Jean-Marie Farina puis son fils Léonce, développe les ventes aux États-Unis. Il reçoit la médaille d'or de l'Exposition universelle de 1855.

Le 10 avril 1862, l'ancien chapelier et homme d'affaire qui avait fait fortune au Brésil et au Chili, Charles Armand Roger (1807-1896) et le banquier Charles Martial Gallet (1824-1901)[2], s'associent pour créer la société Roger & Gallet. C'est en partie grâce à leurs épouses, qui sont deux sœurs[1], liées à la famille de Léonce et Jacques Collas. Par ce biais, ils reprennent la maison Jean-Marie Farina à Paris, située au 331 rue Saint-Honoré.

Très vite, Roger & Gallet deviennent les fournisseurs de Napoléon III, la Reine Victoria, la cour d’Espagne, qui accordent leur privilège à la maison de parfum. En 1867, le siège est transférée au 38 rue d'Hauteville mais conserve la boutique de la rue Saint-Honoré. L'usine est située à Levallois.

En 1875, la maison lance la qualité « Extra-Vieille » (macération prolongée) dans la gamme d’Eau de Cologne Jean Marie Farina, descendante directe de l’Aqua Mirabilis, première formule de l’Eau de Cologne composée par Jean-Paul Féminis en 1695.

Pour cette Eau de Cologne, Roger & Gallet crée les premiers flacons « clissés » gainés d’osier pour le voyage, ainsi que le flacon Emeri, dont le nom désigne le bouchon  « sablé » travaillé à la main.

Roger & Gallet, déjà fort d'un catalogue de plus de 200 produits, innove particulièrement durant ces années : en 1869, les deux hommes font dépôt du brevet du flacon goutte à goutte, et dix ans plus tard, le savon de forme ronde remplaçants les traditionnels savons rectangulaires[1]. En 1879, Roger & Gallet crée le savon rond parfumé. En 1884, ils font dépôt du brevet du mécanisme de rouge à lèvres. En 1913, c'est au tour du dépôt du brevet du savon liquide.

Ils créent de nombreux parfums : Vera Violetta (1895), Pâquerettes (1908), Cigalia (1910), Psyka (1914), Narkiss (1920), Le Jade (1923). Pour ces parfums, Roger & Gallet s’associe à Lalique et Baccarat pour développer des flacons exclusifs.

En 1885, le gendre d'Armand Roger, Paul Pellerin, prend la direction de la société. Le fils de Charles Gallet, Edmond (1848-1917) devient directeur général.

En 1927, ils font faire la devanture de leur boutique du no 8 rue de la Paix en Lap[3]

En 1932, Roger & Gallet s'installe au 32 Faubourg Saint-Honoré. La « Boutique du Bonheur » est un lieu de rencontre mondain. Ses vitrines à thème sont décorées. Des scènes animées par des automates attirent le Tout-Paris. De nombreux illustrateurs réalisent des thèmes pour Roger & Gallet :

  • « La Femme au Bain » d’après Mucha,
  • « La Femme au Papillon » d’Icart,
  • « La Rondes des Senteurs » de Fabiano.

Le peintre Mathurin Méheut réalise pour Roger & Gallet des décors de boîtes et autres flacons.

1964 voit l'inauguration du site industriel de Bernay (Eure).

En 1972, les fameuses boîtes voyages individuelles colorées aux senteurs des savons parfumés apparaissent.

En 1975, Roger & Gallet est rachetée par le groupe Sanofi et intégrée à sa branche Beauté, qui détient également Yves Rocher. Deux eaux de toilette masculines sont ensuite lancées : L'Homme en 1979 et Open en 1985. En 1991, lancement de L’Eau de Cologne Bouquet Impérial.

En 1999, Sanofi, qui a entre-temps racheté Yves Saint Laurent, vend l'intégralité de Sanofi Beauté à PPR[4]. Roger & Gallet n'est pas vraiment mis en avant au sein de cette branche, rebaptisée par la suite Yves Saint Laurent Beauté et rattachée à Gucci Group

À partir de 2000, la marque créée de nouveaux parfums :

  • l’Eau de Thé Vert en 2000,
  • l’Eau de Gingembre en 2003,
  • l’Eau de Lotus Bleu en 2006.

En 2008, Yves Saint Laurent Beauté est vendu à L'Oréal. Roger & Gallet est intégré à la division cosmétique active du groupe, aux côtés de Vichy et de La Roche-Posay, et fortement internationalisé avec l'objectif de doubler ses ventes en cinq ans[5].

Les récompenses[modifier | modifier le code]

Classée parmi les premiers parfumeurs de France et dans le monde, Roger & Gallet obtient de nombreux prix et médailles :

  • Exposition universelle de Paris 1889 - Grand Prix du jury
  • Exposition d’Édimbourg 1890 - Médaille d’or
  • Exposition de Djakarta 1893 – Médaille d’argent
  • Exposition universelle de Bruxelles 1897 - Grand Prix du jury
  • Exposition universelle de Paris 1900 – Hors Concours
  • Exposition universelle de Londres 1908 – Hors Concours

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Armelle de Cassy, « Roger & Gallet, le charme de l'éternité », La Parisienne,‎ 1er juin 2013, p. 26 (ISSN 0767-3558)
  2. Blog d'Élisabeth de Feydeau, en ligne.
  3. Collectif, Lap le ciment-roi de l'art déco, brochure de l'exposition d'Antony, Impr. Le Réveil de la Marne, Épernay, 2014, p. 9.
  4. Nicolas Penicaut, « Une affaire cousue d’or », Culture, sur liberation.fr, Libération,‎ 2 juin 2008 (consulté le 11 décembre 2014)
  5. L'Oréal veut doubler la taille de Roger & Gallet d'ici cinq ans, Le Figaro, 09 avril 2012

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sophie Lécluse, « Le nouveau conte de fées de Roger & Gallet », Capital, no 260,‎ mai 2013, p. 52-54.