Marie-Suzanne Roslin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Marie-Suzanne Roslin

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Marie-Suzanne Roslin, par Alexandre Roslin, 1770.

Naissance 9 mars 1734
Paris
Décès 31 août 1772 (à 38 ans)
Paris
Nationalité française
Activités Peintre, miniaturiste et pastelliste
Maîtres Maurice-Quentin de la Tour

Marie-Suzanne Giroust-Roslin (Paris, 9 mars 1734 - Paris, 31 août 1772) est une peintre, miniaturiste et pastelliste française.

Fille de Barthélemy Giroust, joaillier de la garde-robe du roi, elle est très active dans les années 1750, et rencontre le peintre Alexandre Roslin en 1754. Leur mariage, qui reçut l'opposition de la famille Giroust à cause de la confession protestante d'Alexandre Roslin, fut permis grâce au soutien du comte de Caylus et fut célébré le 8 janvier 1759. Le contrat de mariage fut signé entre autres par l'ambassadeur de Suède. Elle servit plusieurs fois de modèle à son époux, pour certains de ces portraits comme La Dame au voile.

Autoportrait avec le portrait de Maurice-Quentin de La Tour à l'index, pastel sur feuilles de papier bleu marouflées sur toile, années 1770, (92 × 111 cm), collection particulière.
Portrait du sculpteur Jean-Baptiste Pigalle, 1770, pastel sur papier bleu, 91 × 73 cm, Paris, Musée du Louvre.

Élève de Joseph-Marie Vien et Maurice-Quentin de la Tour, Marie-Suzanne Roslin s'inscrit dans la parfaite filiation de son maître dans son talent pour le pastel, dans lequel elle fait transparaître une fraîcheur et une vérité des coloris typique du grand pastelliste. Cet héritage est perceptible dans un portrait du sculpteur Pigalle (Musée du Louvre, département des arts graphiques), pastel dont "la couleur en est belle et vigoureuse" selon les mots de Diderot[1] et qui lui valut d'entrer à l'Académie en 1771. Grande portraitiste, Marie-Suzanne Roslin est connue pour sa capacité à exécuter des portraits ressemblants, notamment par des tons de carnation assez réalistes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Denis Diderot, Œuvres complètes, Jules Assézat, Maurice Tourneux, 1876, p.513.

Voir aussi[modifier | modifier le code]