Ludwig Guttmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guttmann.

Ludwig Guttmann

Alias
Le Courbertin des paralysés
Naissance
Toszek, Voïvodie de Silésie
Décès (à 81 ans)
Pays de résidence Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Profession médecin, neurochirurgien
Distinctions
Membre de la Royal Society

Sir Ludwig Guttmann ( à Toszek (Voïvodie de Silésie) - ) est un neurochirurgien allemand.

Il est le créateur des Jeux paralympiques et un des pères fondateurs de l'organisation d'activités sportives pour les personnes handicapées.

Un grand médecin[modifier | modifier le code]

L'un des plus éminents neurologues d'avant la Seconde Guerre mondiale[1], Guttmann travailla à l'Hôpital juif de Breslau jusqu'en 1939, lorsqu'il fut obligé de fuir en Angleterre.

En 1944, le gouvernement britannique lui demanda de fonder le National Spinal Injuries Centre (centre national des blessés de la moëlle épinière[2]) à Stoke Mandeville près de Londres, au sein de l'Hôpital de Stoke Mandeville. En effet, lors de la Première Guerre mondiale, 95 % des patients atteints à la moelle épinière mouraient, le plus souvent au cours des deux premières semaines. Le centre faisait partie d'un programme de réhabilitation des soldats et victimes de la Seconde Guerre mondiale.

Un pionnier[modifier | modifier le code]

Il fut nommé directeur du centre, poste qu'il assura jusqu'en 1966. De 60 lits en 1944, l'unité en comporte alors 190. Au-delà des soins médicaux, Pour le Dr Guttmann, il était essentiel de guider ses patients dans leur réhabilitation psychologique et sociale. Ceux-ci étant souvent jeunes, il imagina et mit au point une thérapie basée sur le sport: tennis de table, billard, basket-ball, tir à l’arc... Les progrès en termes de force, confiance et estime de soi étaient fantastiques. La plupart des patients de Stoke Mandeville pouvaient dès lors rentrer chez eux et reprendre leur emploi antérieur.

Il s'engagea passionnément pour permettre aux paraplégiques et tétraplégiques d'accéder aux sports à tous les niveaux, ce qui passait par l'adaptation des pratiques et des règles.

Un battant[modifier | modifier le code]

Le , veille des Jeux olympiques d'été de 1948 à Londres, il organise les Jeux de Stoke Mandeville, première compétition nationale. Seul le tir à l'arc et le basket étaient alors pratiqué. Avec le temps, d'autres épreuves sont ajoutés.

En 1952, plus de 130 compétiteurs internationaux s'y rassemblent.

En 1956,Le CIO reconnait ces jeux comme des jeux sportif, Ludwig Guttmann reçu la Coupe Fearnley, une récompense pour sa contribution majeure à l'Idéal olympique. Les jeux de Stoke Mandeville passe alors de fins thérapeutique et médicale à une pratique compétitive handicapé.

En 1960 ont lieu les premiers Jeux paralympiques à Rome. À cette occasion le pape Jean XXIII nomma Guttmann « le De Coubertin des Paralysés ». Souvent dans la même ville que les Jeux olympiques, et juste après eux, ces jeux paralympiques sont réédités depuis.

En 1960 également, Ludwig Guttmann fonda la British Sports Association of the Disabled.

En 1965, l'Institut Guttmann, clinique spécialisée dans les traitements neurologiques inspirés des méthodes du docteur Guttmann, est fondé à Barcelone.

Il est fait commandeur de l'Ordre de l'Empire britannique (CBE) et le 1er janvier 1966 chevalier [3].

Le Dr Guttmann fut élu membre de la Royal Society le 18 mars 1976[4],[5].

Il travailla sans relâche jusqu'à ses 80 ans. Un de ses derniers rêves était la construction du premier village olympique pour personnes handicapées à Stoke Mandeville.

Son héritage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. History of the Treatment of Spinal Injuries
  2. voir l'article concernant les Traumatismes médullaires
  3. London Gazette : n° 43904, p. 1891, 18-02-1966
  4. Ludwig Guttmann, Sport and Recreation for the Mentally and Physically Handicapped, The Journal of the Royal Society for the Promotion of Health. 1973; 93: 208-21
  5. (en) [PDF] List of fellows of the Royal Society, 1600-2007. A-J, p. 151

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]