Lucrezia Bori

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lucrezia Bori photographiée par Mario Nunes Vais

Sur les autres projets Wikimedia :

Lucrezia Borja y Gonzales de Riancho, dite Lucrezia Bori, née à Valence le et morte à New York le , est une cantatrice espagnole, descendante de la Famille Borgia.

Biographie[modifier | modifier le code]

Soprano lyrique aux moyens limités, elle était consciente de ses limites et choisissait ses rôles en conséquence en compensant par un legato parfait et une musicalité naturelle. Sa voix aux sonorités métalliques, comme pour beaucoup d'Espagnoles, était appréciée. Le répertoire français lui convenait très bien.

Elle fait ses débuts au Teatro Adriano de Rome dans le rôle de Micaëla dans Carmen de Bizet en 1908. En 1911, elle chante Octavian dans la première italienne de Der Rosenkavalier à La Scala.

Sa carrière au Metropolitan Opera de New York, où elle devient l'une des grandes et inoubliables interprètes, a débuté au cours de la première visite du Met à Paris en 1910. Sa première apparition à 24 ans sur la scène du Met fut dans le rôle de Manon Lescaut face au légendaire ténor italien Enrico Caruso[1]. Sa collaboration avec le Met durera jusqu'en 1936, en dépit d'une interruption entre 1915 et 1921, période pendant laquelle elle dut cesser le chant en raison de nodules sur les cordes vocales. Elle était célèbre pour ses représentations dans Manon de Massenet; Mimi dans La Bohème; Fiora dans L'Amore dei tre re, Mélisande dans Pelléas et Mélisande, et Violetta dans La Traviata.

Son gala d'adieu le 29 mars 1936 fut l'un des grands événements Métropolitan. Bori y a chanté des scènes de Manon et La Traviata, avec des contributions de Flagstad, Melchior, Rethberg, Pinza, Ponselle, Martinelli, Tibbett et Richard Crooks.

En 1935, elle devient la première femme élue au conseil d'administration de la Metropolitan Opera. En 1942, elle devient directrice de la revue Opera News[2].

Très pieuse, faisant preuve d'une amabilité naturelle, elle était l'antithèse de l'image conventionnelle de la prima donna orgueilleuse et vaniteuse.

Le 2 mai 1960, Bori est victime d'une hémorragie cérébrale. Elle décède le 14 mai. Elle est enterrée dans le caveau familial des Borgia à Valence.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://biography.yourdictionary.com/lucrezia-bori
  2. http://www.answers.com/topic/lucrezia-bori-1

Annexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • John Francis Marion, Lucrezia Bori of the Metropolitan Opera, P.J. Kenedy 1962 (189 p.)