Le Temps de vivre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Temps de vivre

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Tournage extérieur à Martigues et dans sa région
(Le Miroir aux oiseaux)

Titre original Le Temps de vivre
Réalisation Bernard Paul
Scénario Bernard Paul d'après le roman d'André Remacle Le Temps de vivre (Les Éditeurs Français Réunis, 1965)
Acteurs principaux
Sociétés de production Francina
Orphée Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Sortie 1969
Durée 105 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Temps de vivre est un film français réalisé par Bernard Paul et sorti en 1969.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Louis, un ouvrier maçon rémunéré à la tâche, fait constamment des heures supplémentaires pour apporter à sa famille qui habite une HLM de Martigues le confort auquel chacun aspire. Paradoxe de notre société, cela ne lui laisse plus guère de temps pour se consacrer à sa femme Marie et à ses enfants, Jean-Marc et la petite Corinne. Le couple souffre de ce temps absent et, faute de ne pas suffisamment communiquer, rencontre des difficultés relationnelles. Marie, en établissant un sérieux contact avec le professeur de son fils, va à la fois s'ouvrir à la culture et sauver son couple avec une relation conjugale différente et une nouvelle organisation sociale.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Musique du film[modifier | modifier le code]

  1. Le Temps de vivre, paroles et musique de Georges Moustaki, interprétée par Hénia Ziv (min 37 s)
  2. Ballade de Marie, musique de Georges Moustaki (instrumental, min 45 s)

Le temps de vivre de Georges Moustaki[modifier | modifier le code]

Georges Moustaki coopère au film de Bernard Paul en écrivant sa BO. La chanson Le Temps de vivre, interprétée à la fin du film par Hénia Ziv, n'a pas beaucoup d'impact à sa sortie.

En revanche, cette même année 1969, Georges Moustaki fait un remarquable retour à la chanson avec son album Le Métèque, superbement orchestré par Alain Goraguer et dans lequel il reprend le titre Le Temps de vivre. Son disque rencontre un beau succès et sa version du Temps de vivre devient plus populaire que le film.

Les deux actrices qui ont, chacune à leur façon, participé au film, relatent les faits dans leurs biographies respectives. Françoise Arnoul dans Animal doué de bonheur et Marina Vlady dans 24 images/seconde.

  • Françoise Arnoul : « J'ai découvert il n'y a pas très longtemps à la gare de Lyon une cassette portant l'inscription « Un film de Bernard Paul et Georges Moustaki ». Peut-être un piratage en provenance de ces pays [de l'est], pour lesquels l'auteur de la musique du film et de la magnifique chanson Le Temps de vivre était plus connu que son réalisateur. »
  • Marina Vlady : « J'ai continué à fréquenter Bernard Paul, Françoise Arnoul ainsi que tous les autres membres de cette belle équipe. Beaucoup sont devenus célèbres, Corneau et Tavernier comme réalisateurs, et Moustaki, pendant de longues années, ouvrira ses concerts avec la chanson Le Temps de Vivre » :

Nous prendrons le temps de vivre,
D'être libres, mon amour,
Sans projets et sans habitudes,
Nous pourrons rêver notre vie…

Distinction[modifier | modifier le code]

Récompense[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Les HLM du tournage, place Auguste Renoir à Martigues

Autour du film[modifier | modifier le code]

Un film communautaire[modifier | modifier le code]

Bernard Paul, communiste, a adapté le roman d'un autre communiste, André Remacle, et son Temps de vivre, son premier film en tant que réalisateur, a été produit en coopérative (Les Productions Francina : Françoise Arnoul, Marina Vlady et Bernard Paul[1]).

Prologue[modifier | modifier le code]

Soucieux de retranscrire au mieux la réalité quotidienne, Bernard Paul a filmé, en prologue, un débat avec les témoignages d'authentiques ouvriers de la région.

Mai 68[modifier | modifier le code]

Le tournage a débuté en avril 1968 à Martigues et a été interrompu par les événements du mois de mai. Le film bénéficie ainsi des instants filmés sur le vif lors des défilés contestataires de l'époque. L'actrice Catherine Allégret raconte les péripéties du tournage dans son autobiographie Les Souvenirs et les regrets aussi...

Françoise et Bernard[modifier | modifier le code]

Françoise Arnoul fut la compagne de Bernard Paul de 1964 jusqu'au décès de celui-ci en 1980.

Le temps de Jacquou le Croquant[modifier | modifier le code]

Éric Damain a connu son heure de gloire dès 13 ans grâce au feuilleton télévisé JJacquou le Croquant de Stellio Lorenzi diffusé en 1969.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Roman[modifier | modifier le code]

Biographies[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : extrait des mémoires de Françoise Arnoul, Animal doué de bonheur, page 202 : « Marina, Bernard et moi avons créé une société de production. Quand il a fallu la baptiser, j'ai souhaité que nos trois noms soient joints. Combinaison impossible. La production a fini par s'appeler « Francina », contraction de Françoise et Marina. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]