Le Système Poutine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Système Poutine

Titre original Le Système Poutine
Réalisation Jean-Michel Carré et Jill Emery
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Documentaire
Durée 98 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Système Poutine est un film documentaire français de Jean-Michel Carré et Jill Emery, monté par Michèle Hollander (Prix du meilleur montage FIGRA 2008). Il traite de la personne de Vladimir Poutine et de son ascension au pouvoir de la Fédération de Russie. Vladimir Poutine, président de la Russie de 2000 à 2008, Grand-croix de la Légion d'honneur et personnalité 2007 pour Time magazine, y tient le premier rôle.

Disponibilité[modifier | modifier le code]

Diffusion dans le monde[modifier | modifier le code]

Ce documentaire de 98 minutes est le résultat de la rencontre de plus d'une centaine de personnes durant trois années. Il a été diffusé en France sur France 2[1] le 29 novembre 2007 et le 5 mai 2011.

Le Système Poutine est apparu sur de nombreuses télévisions de par le monde et a été vendu dans plus de trente-cinq pays.

  • Sociétés de production : NDR et LRT avec la participation de France 2
  • Sociétés de diffusion : Radio Canada, SVT, RTBF, SBS, TSR, CTV, ETV, IBA
  • Avec le soutien du Programme Media plus de la Communauté européenne
  • Avec la participation du CNC, de la région d'Île-de-France et la Procirep-Angoa

Présentation[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

Lorsqu’en 1999 Vladimir Poutine est nommé premier ministre par Boris Eltsine, il est totalement inconnu du grand public[2]. Poutine entré à 23 ans par conviction[3] au KGB est élu président de la Russie en 2000 avec 52 % des voix et parvient même à faire de sa réélection en 2004 un véritable plébiscite.

La question que tout le monde est en droit de se poser est qui est Vladimir Poutine, qui est cet homme qui est à la tête d’un pays en plein réarmement et qui contrôle plus de 30 % de l'approvisionnement en gaz de l'Europe avec Gazprom ? De quelle manière entend-il peser sur le nouvel échiquier géopolitique mondial.

Produit du KGB, Vladimir Poutine a atteint le pouvoir en toute discrétion. Arbitre suprême au Kremlin, il a construit son ascension patiemment, et a orchestré avec méthode et conviction un nouveau système qu’il veut être celui de la nouvelle « Grande Russie ». Un système complexe qui a des conséquences parfois dramatiques comme pour la guerre en Tchétchénie, les manipulations du pouvoir en Ukraine, l’étouffement de l’opposition politique, la forme de privatisation de l’État sur fond de libéralisme économique et la maitrise parfaite des outils de communication. Cette dernière condition indispensable au contrôle du peuple, il l’a parfaitement comprise et fait qu’il est véritablement adulé par son peuple comme le montrent les sondages.

Selon les auteurs du film, de sa formation au KGB en Allemagne de l’Est où il a pu se tisser un réseau et une expérience solide avec des industriels en passant par l’obscurité des officines de Saint-Pétersbourg et par les intimidations incessantes au sommet du G8, ce sont 30 années d’histoire chaotique de la Russie que décrypte ce thriller politique. Une enquête d’investigation de Jean-Michel Carré agrémentée d'une quarantaine de témoignages d’agents du KGB, d’anciens collaborateurs, professeurs, amis d'enfance de Poutine, d’économistes et historiens, en passant par la petite-fille de Khrouchtchev, l’oligarque Boris Berezovski en exil à Londres et l’ancien champion du monde d’échec Garry Kasparov.

Origines[modifier | modifier le code]

Jean-Michel Carré se trouvait en Russie fin 1999 pour un travail sur une fiction. C'est à cette époque qu'il vécut l'arrivée de Vladimir Poutine au poste de Premier ministre, les attentats à Moscou et le début de la deuxième guerre de Tchétchénie. Dès lors, il a eu une impression sur ce personnage qu'il n'était pas un simple premier ministre, qu'il était différent. Lors du second drame du Koursk, 100 jours après son élection à la présidence, il se trouve encore en Russie, et en voyant cette affaire extrêmement trouble, les contradictions et les mensonges flagrants, cela[4] lui donne l'envie de faire un film sur Poutine. Au début, il pensait y intégrer simplement l'affaire du Koursk, mais en poursuivant son investigation il s'est rendu compte qu'il s'agissait d'une véritable affaire d'État. Le documentaire qu'il a alors réalisé en collaboration avec Jill Emery et intitulé Koursk, un sous marin en eaux troubles en 2005 constituait plutôt une introduction au Système Poutine or c'est lors de son second mandat (2004) qu'on le voit évoluer dans le système qu'il a mis en place.

Réalisation[modifier | modifier le code]

La structure du film est essentiellement celle d'un film documentaire.

La mise en scène du film s'appuie sur des images qui rappellent le totalitarisme soviétique. Plusieurs séquences utilisées proviennent des films de propagande des Nachi, le mouvement des jeunesses poutiniennes. Les musiques sont signées Benoît Jarlan & Marc Tomasi.

Réactions des autorités russes[modifier | modifier le code]

Lors de la diffusion du film par la chaîne belge RTBF, l’ambassade de Russie a protesté comparant l'émission à la « propagande de mauvaise qualité qui reproduit les pires exemples de l’époque de la guerre froide » la traitant de « calomnie »[5].

Critiques[modifier | modifier le code]

La seule petite faiblesse du film est de laisser croire au public que cette puissance est sans faille, alors que le vertige pétrolier russe cache en réalité un géant aux pieds d’argile. Dans l’ensemble, le trait est un peu caricatural, mais il est vrai que la réalité dépasse souvent la fiction. [6]

Liste des intervenants du film[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Le film

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Lorrain, La mystérieuse ascension de Vladimir Poutine, éditions du Rocher, 2000 (réédité en 2004)
  • Vladimir Fedorovski, De Raspoutine à Poutine. Les hommes de l'ombre, Le Mémorial de Caen, 2001, 206 pages.
  • Hélène Blanc, KGB Connexion : le système Poutine, Hors Commerce, 2004, (ISBN 2915286159)
  • Anna Politkovskaïa, La Russie selon Poutine (première édition française en 2005, Buchet-Chastel) (ISBN 2283020638)
  • Jean-Pierre Arrignon, Vladimir Poutine, un démocrate au Kremlin ? Un démocrate russe ?, Cld, 2006, (ISBN 2854435001)
  • Antoine Colonna, Jean-Michel Carré, Le système Poutine, Saint-Simon, (ISBN 2915134332)
  • Le romancier Marc Dugain rebaptise Vladimir Poutine « Plotov » dans son roman Une exécution ordinaire (2007) et fait revivre son recrutement par le KGB et sa manière de gouverner lors du naufrage dramatique du sous-marin russe Koursk.
  • Jacques Sapir, Le chaos russe - Désordres économiques, conflits politiques, décomposition militaire, La Découverte, 1996.

Références[modifier | modifier le code]