Le Château de ma mère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Le Château de ma mère (film)
Le Château de ma mère
Auteur Marcel Pagnol
Genre Roman
Pays d'origine France
Éditeur Pastorelly
Date de parution 1957
Nombre de pages 306
Série Souvenirs d'enfance II
Chronologie
Précédent La Gloire de mon père Le Temps des secrets Suivant

Le Château de ma mère est le 2e tome des Souvenirs d'enfance, un roman autobiographique de Marcel Pagnol paru en 1957.

Résumé[modifier | modifier le code]

Ce deuxième tome est dans le prolongement chronologique de La Gloire de mon père. Il évoque la rencontre de Lili des Bellons, et du parcours des deux garçons dans la garrigue pour poser des pièges. La fin de l'été est un drame pour Marcel, qui décide de fuir pour vivre dans les collines, avec l'aide de Lili, mais il renonce à ce projet.

La famille décide de monter chaque samedi à La Bastide Neuve, mais le trajet est long. Heureusement, Bouzigue, le piqueur du Canal de Marseille leur remet une clé permettant de suivre le cours d'eau à travers des propriétés privées et de gagner un temps précieux par ce raccourci. Mais traverser les châteaux est une épreuve angoissante, particulièrement pour la mère de Marcel. Un jour, un garde les surprend. Et Joseph humilié sera dans la crainte de se voir infliger un blâme ou d'être révoqué par l'inspecteur d'académie. Heureusement, les choses s'arrangent grâce à Bouzigue.

Marcel Pagnol achève son récit en passant du souvenir d'un mémorable dîner de cette période à l'évocation de la mort d'Augustine cinq ans plus tard, puis de celle de Lili des Bellons durant la Première Guerre mondiale et du petit Paul, devenu chevrier, mort à 34 ans d'une maladie.

Enfin Marcel Pagnol raconte comment, lorsqu'il aura pour projet de monter des studios de cinéma près de Marseille, le hasard le rendra acquéreur du château de la Buzine celui « de la peur de sa mère » des années plus tard. Marcel imagine alors sa mère : « blême, tremblante, et pour jamais inconsolable, elle ne savait pas qu'elle était chez son fils ».

Lieux[modifier | modifier le code]

Le château évoqué par le titre porte le nom de Château de la Buzine.

En 1941, pour réaliser son « ambition de construire, sous le ciel de Provence, la Cité du Cinéma », Marcel Pagnol fait, sans l'avoir vu, l'acquisition de ce château avec quelques hectares de prairies au bord du canal. C'est en visitant son domaine huit jours plus tard, qu'il reconnait qu'il s'agit de « l'affreux château, celui de la peur de ma mère ».

Marcel Pagnol ne parvint jamais à réaliser son projet de Cité du Cinéma.

Actuellement ce château appartient à la ville de Marseille qui l'a rénové et en a fait une « Maison des Cinématographies de la Méditerranée »[1].

Livre audio[modifier | modifier le code]

  • Marcel Pagnol (auteur et narrateur), Le Château de ma mère, Vincennes, Frémeaux & Associés,‎ 31 juillet 2007 (ISBN 356-1-302-51742-1, notice BnF no FRBNF41196611)
    Enregistrement réalisé vers le milieu des années 1960 par Marcel Pagnol à son domicile et retrouvé une trentaine d'années après sa mort. Support : 4 CD audio, durée : 4 h 16 min. Référence éditeur : FA5174.

Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

Un film a été tiré de ce livre : Le Château de ma mère, réalisé par Yves Robert en 1990. Ce film évoque également des passages présents dans le troisième tome Le Temps des secrets, notamment la rencontre d'Isabelle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Page « La Maison des cinématographies de la Méditerranée », sur le site officiel de la ville de Marseille, consultée le 21 novembre 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]