Langues éthiosémitiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Langues éthiosémitiques
Parlée en Éthiopie, Érythrée, Soudan
Classification par famille

Les langues éthiosémitiques, dites également afrosémitiques ou moins précisément éthiopiques, sont une famille de langues parlées principalement en Éthiopie et en Érythrée. Elles forment avec les langues sudarabiques anciennes et modernes la branche méridionale de la famille des langues sémitiques.

Les plus importantes d'entre elles sont le guèze (qui n'est plus parlé mais conservé comme langue liturgique), le tigrigna (langue officielle de l'Érythrée), l'amharique (langue administrative de l'Éthiopie), le tigré et les langues gouragué. Elle s'écrivent dans l'alphasyllabaire guèze et ses adaptations.

Composition de la famille[modifier | modifier le code]

Au début des années 1970, Wolf Leslau puis Robert Hetzron proposent de subdiviser cette famille en deux branches principales (septentrionale et méridionale), mais cette conception ne fait pas l'unanimité[1]. Elle est reprise par Grover Hudson en 2000, qui distingue dans la branche méridionale le transversal (éventuellement oriental) du périphérique (ou occidental).

Hetzron confirme que l'hypothèse proposée par Ullendorf en 1955, qui fait du guèze un proto-éthiosémitique, est erronée[2].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Voigt, North vs. South Ethiopian Semitic, Proceedings of 16th International Conference of Ethiopian Studies, Trondheim, 2-7 juillet 2007.
  2. Hudson (2000), p. 81.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Hetzron, « Ethiopian Semitic : Studies in Classification », Journal of Semitic Studies, monograph 2, Manchester, Manchester UP, 1972
  • Grover Hudson, « Ethiopian Semitic Overview », Journal of Ethiopian Studies, vol. XXXIII, n° 2, november 2000, p. 75-86
  • Wolf Leslau, « Classification of the Semitic languages of Ethiopia », Proceedings of the Third International Conference of Ethiopian Studies, Addis Abeba, 1966, p. 5-22

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]