Labé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

11° 19′ N 12° 17′ O / 11.317, -12.283

Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Labbé et L'Abbé.
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Louise Labé
Labé
Centre ville de Labé
Centre ville de Labé
Administration
Pays Drapeau de la Guinée Guinée
Démographie
Gentilé Labékas
Population 107 695 hab. (2007)
Géographie
Coordonnées 11° 19′ 01″ N 12° 16′ 36″ O / 11.3169285, -12.276765511° 19′ 01″ Nord 12° 16′ 36″ Ouest / 11.3169285, -12.2767655  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Guinée

Voir sur la carte Guinée administrative
City locator 14.svg
Labé

Labé est une ville de la république de Guinée, située au centre du pays. Elle est le chef-lieu de la préfecture homonyme.

Carrefour routier important, Labé compte environ 107 695 habitants[1],[2].

Elle fut fondée vers 1755 par Alpha Mamadou Cellou, un chef religieux.

La Commune Urbaine (CU) de Labé est divisée en 28 quartiers dont 12 urbains (Daka 1, Daka 2, Doghora, Dow Saré, Konkola, Kouroula, Mairie / Ley Saré, Madina, Mosquée, Pounthioun, Tata 1 et Tata 2) et 16 périurbains (Bambaya, Companya, Dongol, Dongol Dayébhé, Fady, Fafabhé, Falo Bowé, Horé Saala, Koulidara, Lombonna, Nadhel, Petewel, Poreko, Saala Douye, Safatou 1 et Safatou 2)[3].

Elle regroupe également plusieurs possibilités d'éducation. Il existent plusieurs ecoles primaire et secondaire. Un grand centre de formation professionelle, une ecole normale des instituteurs, un centre de formation feminine. Une branche de l'université de Conakry y est même installée a Hafia. Les activites sportives y sont plus ou moins pratiquees et developpees. La ville est representee au sein de la Ligue 1 de football Guineen par le Fello Star, club qui a remporte a plusieurs reprises le championnat national et dispute ses matches au stade prefectoral Saifoulaye Diallo. Dans un passe recent la Ville de Labe avait son propre orchestre prefectoral le Kolima Jazz qui etait tres populaire. Malheureusement il se produit tres rarement de nos jours.

Labe est surtout un grand centre religieux domine par l'Islam dont le rayonnment a ete l'oeuvre de grands erudits tels que Thierno Doura Sombili, Thierno Ibrahima Dalein, Thierno Aliou Boubha Dian...La ville abrite la grande mosquee Karamoko Alpha Mo Labe, au prestige qui depasse les frontrieres de la Guinee. Il y exite egalement des eglises pour les commaunautes catholique et protestante vivant dans la ville.

Sa position géographique fait d'elle un centre commercial majeur pour les pays limitrophes de la sous-région. Le marché central situe entre les secteurs Paraya et Sasse reste le plus important du pays après celui de Madina situé dans la capitale Conakry.

Son climat agréable en toute saison et son marché abondamment fourni en font une ville de séjour agréable. Elle constitue un bon point de départ pour explorer les régions du nord (voir la Dame de Mali dans la préfecture du même nom), sans oublier des attractions locales comme les chutes de la Salla ou le mont Kolima. La ville et surtout ses localités avoisinantes gardent toujours un côté pastoral, la majorité de ses habitants étant Peuls, donc éleveurs et bergers par vocation, même si le commerce est devenu l'activité principale dominante. Étant le chef-lieu de la région de Labé, qui regroupe les préfectures de Tougué, Koubia, Lélouma et Mali, la ville est un centre de négoce qui voit des commerçants du Sénégal, de la Gambie, de la Sierra Leone s'y rendre pour vendre et acheter des marchandises.

Quelques activités artisanales s'y développent, notamment les « femmes teinturières » du quartier populaire de Dognhora qui produisent les « lépis de Labé» (tissus de couleur indigo) avec des teintures artisanales dans un cadre coopératif très démocratique.

Un journaliste guinéen et un gestionnaire français sont les auteurs d'un site web qui contient de nombreuses ressources intéressantes sur la région et la ville de Labé. Une revue mensuelle est également disponible au format pdf.  Elle regroupe des articles de journaux nationaux et internationaux sur le quotidien des citoyens[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]