Michel Gohou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michel Gohou

Description de l'image Defaut.svg.
Nom de naissance Michel Gohou Doukourou Siriki
Surnom Gohou
Naissance 18 mars 1959 (55 ans)
Gagnoa, Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
Nationalité Drapeau : Côte d'Ivoire Ivoirienne
Profession réalisateur, producteur, scénariste, dialoguiste, directeur de casting, acteur
Films notables Laurent et Safi
Un homme pour deux sœurs
Amour & Trahison
Danger permanent
Séries notables Les Guignols d'Abidjan
Ma Famille
Dr Boris

Michael Gohou, né le 18 mars 1959 à Gagnoa en Côte d'ivoire, est un réalisateur, producteur et scénariste Ivoirien d'origine burkinabé et ivoirienne.

En tant que réalisateur, il s'est démarqué avec les films Laurent et Safi. En tant que producteur, il est surtout connu pour la série Gohou Show.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel Gohou passe son enfance a Gagnoa, née d'un père instituteur bété et d'une mère commerçante burkinabè ,Il a le rôle principal de la troupe Les Guignols d'Abidjan, puis a tourné dans la série Ma famille. Il est souvent marié à Nastou Traoré dans les Guignols et à Clémentine Papouet dans Ma famille. En 2007, il tourne une nouvelle série appelée le Gohou Show.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Michel Gohou est marié et à cinq enfants. Étant petit, il avait honte de son physique et ce caché tout seul dans son coin quand il était à l'école. Un jour, Victor Yobo, le maître de la classe le prend de côté et lui parle. «Tu sais, je comprends ton problème, mais t’isoler, ce n’est pas la solution. Rejoins tes camarades et tu vas voir, ça va passer», lui dit-il. Et pour l’aider, le maître intègre le petit Gohou dans la troupe théâtrale de l’école. «On m’a donné un rôle, mais quand je jouais, mes camarades riaient sous cape», se souvient-il. Mais, à sa grande surprise, lors de la fête de fin d’année, après la représentation, beaucoup de gens viennent vers lui pour le féliciter. On vient même jusqu’à la maison, chez ses parents pour lui dire «bravo, tu as été bon !» C’est le soulagement. Le déclic. Une sorte de délivrance. Le petit Michel se rend compte que tout le monde lui exprime de l’affection (enfin !) à cause du rôle qu’il a joué dans cette pièce de théâtre. Un nouvel horizon plein d’espoir s’ouvre devant lui, dès lors. Mais, quelques années après, le mal qui a atteint son physique va freiner son enthousiasme et ses études. Il est paralysé peu après. Ses parents le portent partout pour tenter de trouver un remède. C’est au Burkina qu’ils rencontrent quelqu’un qui réussit, au bout de trois ans, à guérir son mal.  A son retour en Côte d’Ivoire, il entre dans la troupe ’’Le Fromager de Gagnoa’’. Il est convaincu que son salut passera par la comédie. Et comme, faute de moyens, il ne pouvait plus continuer les études, il fait de petits boulots, gère une boutique, s’engage, parallèlement, dans la réparation des appareils électroniques, etc. 

En 1985, il prend la résolution d’aller à la conquête de la capitale pour tenter de faire le métier qu’il a choisi, celui qui peut sauver sa vie de la moquerie des gens. Avec le soutien de son grand frère Castel Bolou, il arrive à Abidjan. En véritable ‘’gaou’’. Et c’est à Abobo, chez Chantal Awa, sa grande soeur, qu’il va séjourner. C’était non loin du centre culturel d’Abobo. En ce temps-là, la troupe du ‘’Fétiche Eburnéen’’ faisait ses répétitions au centre culturel. Une aubaine pour Gohou qui demande à intégrer le groupe. On le met alors à l’épreuve : il doit montrer ce qu’il sait faire. Il monte sur le podium et joue une scène d’une pièce qu’il avait jouée à Gagnoa. Quelques-uns des acteurs présents riaient en le regardant jouer. Le metteur en scène lui dit : «ce que tu as fait jusqu’à présent, c’est rien. Maintenant, ici, tu vas apprendre le vrai travail de la scène.» Mais Gohou ne demandait que ça, apprendre. Pour devenir un bon comédien. Il fera son apprentissage dans cette troupe. Puis, il travaillera avec l’Attounglan, ensuite le Théâtre national, le Gaska Théâtre, la Compagnie nationale de théâtre, le N’Zassa Théâtre.

En 1993, il rencontre Daniel Cuxac et entre dans la troupe des ‘’Guignols d’Abidjan’’. Dès lors, son talent jusque-là méconnu du public va exploser au grand jour. Depuis, la vie de Michel Gohou a changé. «Avant, quand je passais dans la rue, les gens disaient : ‘’venez, venez voir ça !’’ Comme si j’étais un objet. Et ils se moquaient de mon physique. J’en ai vraiment souffert.» mais, aujourd’hui, ce n’est plus la même réaction. Désormais, quand les gens rient en le voyant, ou quand ils courent vers lui, il sait que c’est par admiration qu’on vient à lui. «Je remercie Dieu de m’avoir aidé à franchir un cap dans ma vie, se réjouit-il. Il m’a permis de faire un métier qui m’a aidé à m’aimer, à m’apprécier tel que je suis. Grâce à Lui, aujourd’hui, j’ai une famille, une femme, 5 enfants. Je suis un père heureux.» [1]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

  • Prix du meilleur acteur africain
  • Prix du meilleur humoriste africain

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Exclusivité - La vie de Gohou Michel ! sa galère, son parcours, sa réussite ! », sur La Dépêche d'Abidjan,‎ 12 octobre 2013 (consulté le 22 février 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]