Kinky Friedman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kinky Friedman en octobre 2006 à Bastrop, Texas.

Richard S. (Kinky) Friedman (né le 31 octobre 1944) est un chanteur, auteur-compositeur, romancier et homme politique américain ; il a également été chroniqueur pour le magazine Texas Monthly. Il fut l'un de deux candidats indépendants au poste de gouverneur du Texas pour l'élection de 2006. Avec 12,6 % des voix, Friedman s'est classé en quatrième position dans la course à cinq.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Friedman est né à Chicago (Illinois) de ses parents Dr. S. Thomas Friedman et Minnie Samet Friedman. Sa famille déménage dans un ranch au Texas durant son enfance. Il avait un grand intérêt pour la musique et les échecs à un très jeune âge. À l'âge de sept ans, Friedman est choisi pour faire partie d'un groupe de cinquante joueurs d'échecs locaux à tenter de vaincre le grand maître américain Samuel Reshevsky lors de cinquante matches simultanés à Houston. Reshevsky remporte chacune des cinquante matches, mais Friedman est de loin le plus jeune compétiteur.

Friedman fait ses études à l'Université du Texas à Austin et obient son baccalauréat en psychologie en 1966. C'était pendant sa première année à l'université qu'il acquiert le surnom de "Kinky", en référence à ses cheveux frisés. Friedman sert alors pendant deux ans dans le Peace Corps à Bornéo.

Friedman vit actuellement au Echo Hill Ranch, le camp d'été familial près de Kerrville (Texas). Il est également le fondateur de Utopia Animal Rescue Ranch, dont la mission est de soigner les animaux errants, blessés, âgés et qui ont été victimes d'abus ; plus de 1 000 chiens ont été sauvés de l'euthanasie[1].

Carrière musicale[modifier | modifier le code]

Friedman fonde son premier groupe de musique, King Arthur & the Carrots, lorsqu'il est étudiant à l'Université du Texas. Le groupe — qui se moque de la musique surf — enregistre seulement un single en 1966 (Schwinn 24/Beach Party Boo Boo).

En 1971 Friedman forme son deuxième groupe, Kinky Friedman and The Texas Jewboys. Conformément à la nature satirique du groupe, chaque membre portait un surnom comique : en plus de Kinky, il y avait Little Jewford, Big Nig, Panama Red, Rainbow Colours et Snakebite Jacobs. Le père de Friedman proteste contre le nom du groupe, le qualifiant de "chose négative, hostile et étrange", qui ne fait que donner une raison de plus à Friedman de garder ce nom.

Son répertoire mélange la critique sociale (We Reserve The Right To Refuse Service To You) et les ballades sentimentales (Western Union Wire) avec de l'humour osé (Get Your Biscuits In The Oven and Your Buns In Bed). Sa chanson Ride'em Jewboy est un long hommage aux victimes de l'Holocauste. Il confronte le racisme et l'antisémitisme dans la chanson They Ain't Making Jews Like Jesus Anymore, dans laquelle un Kinky fictif démolit un raciste blanc ivre qui insulte les Afro-Américains, les Juifs et les Grecs dans un bar.

Il a également participé à la Rolling Thunder Revue de Bob Dylan au printemps de 1976.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Sold American (1973)
  • Kinky Friedman (1974)
  • Lasso From El Paso (1976)
  • Live From The Lone Star Cafe (1982)
  • Under the Double Ego (1983)
  • Old Testaments and New Revelations (1992)
  • From One Good American To Another (1995)
  • Classic Snatches from Europe (2000)
  • Mayhem Aforethought (2005)
  • They Ain't Makin' Jews Like Jesus Anymore (2005)

Carrière d'écrivain[modifier | modifier le code]

Après un ralentissement de sa carrière musicale dans les années 1980, Friedman se convertit en auteur de romans policiers. Ses livres partagent certaines ressemblances avec sa musique, mettant en vedette une version fictive de lui-même résolvant des crimes à New York et offrant blagues, sagesse, charme texan et whiskey irlandais en quantités à peu près égales[2]. Ils sont écrits dans un style direct inspiré de Raymond Chandler. À ce jour, il n'a écrit qu'un roman qui ne met pas en vedette le personnage de Kinky Friedman, Kill Two Birds and Get Stoned.

Friedman écrit également une chronique régulière pour le magazine Texas Monthly depuis avril 2001, bien qu'elle ait été suspendu durant sa campagne au poste de gouverneur du Texas ; son dernier essai est paru dans le numéro de mars 2005.

Deux livres ont été publiés réunissant certains de ses écrits hors du domaine de la fiction, ainsi que certains non publiés auparavant : Scuse Me While I Whip This Out et Texas Hold'em. Il a également publié un journal de voyage (The Great Psychadelic Armadillo Picnic) et un guide de l'étiquette.

Bibliographie sélective[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

En 2004, Friedman lance une campagne sérieuse, quoique haute en couleurs, pour être élu gouverneur du Texas en 2006, à l'aide de slogans tels que : “How Hard Could It Be?” (Ça ne peut pas être si difficile que ça) et “Why The Hell Not?” (Diable, pourquoi pas ?), ainsi que « Mon gouverneur est un cowboy juif ».

Il espère suivre les traces de Jesse Ventura, Arnold Schwarzenegger et Ronald Reagan, qui ont tous quitté le monde du divertissement pour devenir gouverneurs de leurs États. Sa campagne ressemble d'ailleurs à celle de Jesse Ventura par son populisme. Le 11 mai 2006, il soumet sa candidature à l'élection de novembre ; il avait réussi à récolter plus du double des 45 540 signatures requises pour valider sa candidature. Il apparaîtra sur le bulletin sous le nom de Richard « Kinky » Friedman.

Friedman propose de diviser la frontière avec le Mexique en cinq sections et de donner la responsabilité pour chaque section à un général mexicain. Une fiducie de 1 million $ serait créée pour chaque général. « Chaque fois qu'une personne traverse la frontière illégalement, nous enlevons 5000 $ de la fiducie. » Le plan de Friedman, baptisé Plan des cinq généraux mexicains, vise non seulement à économiser de l'argent, mais à mettre la responsabilité de la sécurisation de la frontière sur le gouvernement mexicain plutôt que le gouvernement américain en donnant un incitatif financier. Friedman appuie le mariage homosexuel (« J'appuie le mariage homosexuel : je crois qu'ils ont le droit d'être aussi malheureux que nous. ») et l'avortement (bien qu'il ait déjà déclaré : « Je ne suis pas pro-vie et je ne suis pas pro-choix. Je suis pro-football. ») Il promet d'abolir toute interdiction de fumer s'il est élu (une de ses citations préférées vient de Mark Twain : « S'il est interdit de fumer au paradis, je n'irai pas. »

Les sondages montrent fréquemment les appuis de Friedman se situant entre 15 et 20 % à l'échelle de l'État. Toutefois, étant donné que Friedman courtise ouvertement les électeurs peu enclins à exercer leur droit de vote, son niveau d'appui réel peut varier énormément avec les résultats publiés.

S'il avait remporté l'élection, Friedman aurait été le premier candidat indépendant élu à ce poste depuis Sam Houston en 1859, ainsi que le premier gouverneur juif de l'État. Un sondage de la firme Rasmussen le 3 août 2006 montrait 18 % d'appuis pour Friedman, derrière le gouverneur républicain sortant Rick Perry, qui récolte 35 % d'appuis, et à égalité avec la candidate indépendante Carole Keeton Strayhorn et le démocrate Chris Bell, qui récoltent tous deux 18 %. Un autre sondage, effectué le 19 septembre par la firme SurveyUSA le place désormais en 2e position avec 23 % des intentions de vote, derrière le républicain Rick Perry qui récolte 35 % et devant le candidat démocrate Chris Bell et l'indépendante Carole Keeton Strayhorn, qui recevaient tous deux 15 % des intentions de vote.

Le jour de l'élection, le 7 novembre 2006, Friedman est défait par une large marge, recevant moins de 13 % du vote populaire dans la course à cinq.

Mi-décembre 2009, Friedman annonce, sur son site, qu'il est candidat démocrate au poste de commissaire à l'agriculture lors des prochaines élections générales au Texas, en novembre 2010.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Brian Dakss, « Kinky Friedman Turns To Politics », CBS News,‎ 19 août 2005
  2. (en) Dan Halpern, « Lone Star », The New Yorker,‎ 22 août 2005

Liens externes[modifier | modifier le code]