Katla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Krafla.
Katla
Le Mýrdalsjökull recouvrant le Katla.
Le Mýrdalsjökull recouvrant le Katla.
Géographie
Altitude 1 512 m[1],[2]
Massif Hautes Terres d'Islande
Coordonnées 63° 38′ N 19° 03′ O / 63.63, -19.05 ()63° 38′ Nord 19° 03′ Ouest / 63.63, -19.05 ()  [1]
Administration
Pays Drapeau de l'Islande Islande
Région Suðurland
Comté Vestur-Skaftafellssýsla
Géologie
Âge 200 000 ans
Roches Basalte et rhyolite
Type Volcan rouge
Activité Actif
Dernière éruption 12 octobre au 4 novembre 1918
Code 1702-03=
Observatoire Nordic Volcanological Institute

Géolocalisation sur la carte : Islande

(Voir situation sur carte : Islande)
Katla

Le Katla est un volcan d'Islande recouvert par le Mýrdalsjökull, une calotte glaciaire du Sud du pays. Il est situé à l'est de l'Eyjafjöll, un autre volcan considéré comme lié au Katla. Il s'agit d'un des volcans les plus actifs et des plus destructeurs d'Islande, à l'origine de plusieurs jökulhlaups[1],[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Katla est un toponyme islandais signifiant littéralement en français « la bouilloire »[3],[4].

Le Katla est aussi appelé Kötlugjá[5] du nom de la caldeira[6], Katlogiaa, Koetlegiaa ou encore Midhdalsjökull, Mýrdalsjökull, Soelheimajökull ou Hoefdhajökull des noms des glaciers qui le recouvrent[7].

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue aérienne d'une partie du Mýrdalsjökull recouvrant le Katla avec l'océan Atlantique au dernier plan.

Le Katla est situé dans le Sud de l'Islande, dans le comté de Vestur-Skaftafellssýsla de la région de Suðurland. Il est entouré à l'ouest par l'Eyjafjöll, un autre volcan situé sous la calotte glaciaire d'Eyjafjallajökull, au sud par l'océan Atlantique, à l'est par un sandur, une plaine de piémont volcanique et au nord par les Hautes Terres d'Islande, une région de montagnes, de plateaux et de glaciers dont le Katla fait partie.

Le Katla est constitué d'une montagne couronnée par une caldeira, appelée Kötlugjá[6], de quatorze kilomètres de longueur pour dix kilomètres de largeur orientée dans le sens nord-ouest-sud-est[1]. Le point culminant du Katla avec 1 512 mètres d'altitude est constitué d'un des rebords de cette caldeira[1]. Cette dépression de 750 mètres de profondeur est occupée par une calotte glaciaire[1], le Mýrdalsjökull, qui déborde de la caldeira en de nombreux glaciers de vallée sur ses flancs Ouest et Sud et en deux grands lobes glaciaire sur ses flancs Est et Nord[8],[2].

Le Katla fait partie de la zone volcanique orientale de l'Islande qui comprend aussi d'autres volcans comme le Hekla, les Lakagígar et le Vatnafjöll[1]. Le magma alimentant ces volcans est un magma de transition entre des basaltes et des tholéiites. Le Katla est ainsi composé de basaltes riches en fer et titane[2] ainsi que de rhyolites[1]. Bien que ces laves soient habituellement fluides, ce qui rend les éruptions peu explosives, celles du Katla se déroulent généralement sous la glace du Mýrdalsjökull[2]. Ce mode éruptif sous-glaciaire accroît l'explosivité de la lave et entraîne des jökulhlaups, des inondations brutales et puissantes par la fonte de la glace[1]. Ces jökulhlaups spécifiques au Katla sont appelées Kötluhlaups[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Panache volcanique émis par le Katla lors de sa dernière éruption en 1918.

Le volcan acquiert sa physionomie actuelle il y a 22 000 ans au cours de l'Holocène[2]. Durant cette période, le Katla est le théâtre d'éruptions volcaniques explosives ayant émis des laves dacitiques[1]. Il y a 12 000 ans, l'éruption Sólheimar émet de 6 à 7 km3 de lave[2]. La vidange de la chambre magmatique au cours de cette éruption est à l'origine de la formation de la caldeira par effondrement du volcan[2]. Des mesures ont établi que cette chambre magmatique située à trois kilomètres de profondeur sous la surface du Mýrdalsjökull et d'un kilomètre d'épaisseur possède un volume de 10 à 12 km3[2]. Le Katla est aussi lié à la grande éruption d'Eldgjá[1]. Cette fissure volcanique est située en direction du nord-est, à une soixantaine de kilomètres du bord actuel de la calotte glaciaire du Mýrdalsjökull[1]. Les 18 km3 de lave émis durant cette éruption en 934 sont un des volumes de lave les plus importants du monde émis à l'Holocène[1].

Depuis l'arrivée de l'homme en Islande, les éruptions du Katla, au nombre de 21 confirmées et deux incertaines[9], sont essentiellement sous-glaciaires[1]. Les volumes de téphras émis par ce volcan sont parmi les plus importants d'Islande[1]. Ces éruptions sous-glaciaires, par la fonte de la glace qu'elles provoquent, ont été à l'origine de jökulhlaups[1] ayant détruit à de nombreuses reprises les fermes et les villages situés en aval[6].

L'éruption de l'Eyjafjöll situé à l'ouest du 20 mars au 27 octobre 2010 fait craindre l'entrée en éruption du Katla, ces deux volcans étant considérés comme liés. Cette éruption engendre une surveillance accrue du Katla par les autorités islandaises[10]. Le 17 juin 2011, un essaim sismique, accompagné d'un très faible trémor harmonique, débute sous la caldeira du volcan peu après 19 h 10. Bien que ceci ne représente qu'une remontée du magma et/ou une recharge de la chambre magmatique, la probabilité d'une éruption augmente significativement dans un futur très proche. Le soir du 8 juillet 2011, après quelques semaines d'une petite activité sismique, un trémor est détecté sous le Myrdalsjökull[11]. Dans le même temps, une augmentation de la conductivité de l'eau de la rivière Múlakvísl, issue de la fonte du glacier, est mesurée au niveau du pont de la Route 1[11]. L'eau monte rapidement et emporte le pont vers h[11]. Ce jökulhlaup et le trémor seraient liés à une petite éruption sous-glaciaire dans le Sud-Est de la caldeira, au niveau de quatre dépressions à la surface du glacier[11],[12]. Les 4 et 5 octobre 2011, un nouvel essaim de séismes est détecté au niveau du volcan, renforçant les craintes d'une éruption de grande ampleur[13]. Le 11 avril 2012, les volcanologues annonçaient craindre une éruption avant la fin de l'année[réf. nécessaire].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p (en) « Global Volcanism Program - Katla » (consulté le 23 mars 2010)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) « Institute of Earth Sciences - Katla Volcano  », sur http://www2.norvol.hi.is/page/ies_forsida (consulté le 23 mars 2010)
  3. Nordic names
  4. Dictionnaire islandais
  5. Andrew James Symington, Pen and Pencil Sketches of Fare and Iceland: With an Appendix Containing,‎ 2009, 328 p. (lire en ligne), p. 163
  6. a, b, c et d (en) Jean M. Grove, Little ice ages: ancient and modern, Volume 1,‎ 2004, 718 p. (lire en ligne), p. 27 à 28
  7. (en) « Global Volcanism Program - Synonymes » (consulté le 23 mars 2010)
  8. « Modélisation en 3D du Katla sans le Mýrdalsjökull avec le contour de la calotte glaciaire. », sur http://www.ruv.is/english (consulté le 23 mars 2010)
  9. (en) « Global Volcanism Program - Histoire éruptive » (consulté le 23 mars 2010)
  10. (en) « Another South Iceland Volcano Might Start to Erupt », Iceland Review,‎ 23 mars 2010 (lire en ligne)
  11. a, b, c et d (en) « Glacier-outburst flood from Mýrdalsjökull », Icelandic Met Office (consulté le 5 mars 2012)
  12. (en) « Possibly Small Eruption in South Iceland Volcano Katla », Iceland Review,‎ 9 juillet 2011 (lire en ligne)
  13. (en) « Sharp Series of Earthquakes in Katla Volcano », sur Iceland Review,‎ 2011 (consulté le 5 octobre 2011)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :