Bárðarbunga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bárðarbunga
Vue aérienne du nord-ouest du Vatnajökull : le Bárðarbunga se trouve sous les glaces au centre de l'image, derrière la masse sombre dépassant du glacier, l'Hamarinn.
Vue aérienne du nord-ouest du Vatnajökull : le Bárðarbunga se trouve sous les glaces au centre de l'image, derrière la masse sombre dépassant du glacier, l'Hamarinn.
Géographie
Altitude 2 000, 2 009 ou 2 010 m[1],[2],[3]
Massif Hautes Terres d'Islande
Coordonnées 64° 38′ N 17° 32′ O / 64.63, -17.5364° 38′ Nord 17° 32′ Ouest / 64.63, -17.53  [2]
Administration
Pays Drapeau de l'Islande Islande
Région Norðurland eystra
Municipalité Þingeyjarsveit
Géologie
Roches Basalte, picro-basalte, rhyolite
Type Volcan rouge
Activité En éruption
Dernière éruption Depuis le 29 août 2014
Code 373030
Observatoire Nordic Volcanological Institute

Géolocalisation sur la carte : Islande

(Voir situation sur carte : Islande)
Bárðarbunga

Le Bárðarbunga (prononcé [ˈpaurðarpuŋka] écouter), toponyme islandais signifiant littéralement en français « bosse de Bárður » (prénom islandais), aussi appelé Bárðarbunga-Veiðivötn du nom d'une fissure volcanique associée au volcan central, est un volcan d'Islande situé sous le Vatnajökull, la plus grande calotte glaciaire du pays. Second plus haut volcan d'Islande, il est voisin du Grímsvötn, un autre volcan sous-glaciaire connu pour ses jökulhlaups.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Bárðarbunga est situé dans le centre de l'Islande, sous le Nord-Ouest du Vatnajökull, la plus grande calotte glaciaire du pays[2],[3]. Administrativement, il est situé à l'extrême sud de la municipalité de Þingeyjarsveit de la région de Norðurland eystra, non loin de la région de Suðurland située au sud-ouest.

Ce système volcanique mesure 190 kilomètres de longueur pour 28 kilomètres de largeur en moyenne soit 2 500 km2 de superficie[1]. Il est constitué de deux stratovolcans, le Bárðarbunga stricto sensu entièrement recouvert par les glaces et couronné par une caldeira sommitale de 700 mètres de profondeur[3],[2] et l'Hamarinn[1] situé au sud-ouest du Bárðarbunga et dont le sommet dépasse du glacier[2]. De ces deux stratovolcans s'étirent des ensembles de fissures volcaniques[2] dont les extrémités émergent de la calotte glaciaire : celles de Veiðivötn et Trollagígar depuis le Bárðarbunga respectivement sur cent kilomètres vers le sud-ouest et sur cinquante kilomètres vers le nord-est et celles de Loki et Fögrufjöll depuis l'Hamarinn orientées respectivement vers le nord-est et vers le sud-ouest[2]. Le Bárðarbunga culmine à 2 000[1],[4], 2 009[2] ou 2 010[3] mètres d'altitude ce qui en fait le second plus haut volcan d'Islande[3]. Le volcan est situé directement à l'aplomb du panache volcanique du point chaud d'Islande[1],[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue aérienne le 4 septembre 2014 du Bárðarbunga en éruption dans le Holuhraun : le long de la fissure se sont édifiés plusieurs petits cônes d'où jaillissent des fontaines de lave donnant naissance à des coulées.

Les éruptions du Bárðarbunga se manifestent généralement par des coulées, parfois accompagnées de lacs de lave, avec un indice d'explosivité volcanique inférieur à 3[6]. Les fissures volcaniques de Veiðivötn sont responsables vers 4650 av. J.-C. de la plus grande émission de lave de l'Holocène avec un volume de 21 à 25 km3[2],[1]. Beaucoup de ses éruptions sont sous-glaciaires mais certaines sont cependant accompagnées d'explosions[6]. C'est le cas de celle de 870, avec un indice d'explosivité volcanique de 4, durant laquelle des explosions phréato-magmatiques ont produit des nuées ardentes[6]. Celle de 1477 avec un indice d'explosivité volcanique de 6 s'est manifestée de la même manière avec notamment un important dépôt de téphras issus du Veiðivötn[2], mais a occasionné des dégâts[6]. Certaines de ces éruptions sont datées par téphrochronologie ou par les carottes de glace, d'autres ont été observées par les Islandais comme celle de 1159 mais surtout à partir de 1477[6]. La dernière éruption connue avec certitude est celle du 18 juin à octobre 1910, les dix suivantes entre 1986 et août 2008 n'étant pas confirmées[6].

Début 2011, des scientifiques islandais et des médias s'alarment du risque que fait courir une possible éruption du Bárðarbunga, ce volcan étant considéré comme beaucoup plus puissant que l'Eyjafjöll qui a entraîné des perturbations du trafic aérien sans précédent en avril 2010[5],[7],[8]. Cette inquiétude survient après la détection début février d'une augmentation de l'activité sismique sous le nord-ouest du Vatnajökull[7] avec une hausse du nombre de secousses et l'augmentation de leur intensité, la plus puissante atteignant une magnitude de 3,4[9]. En outre, le réseau de sismographes dans ce secteur de l'Islande est jugé insuffisant pour permettre une analyse complète et fiable de la sismologie du Bárðarbunga, ce qui permettrait une détection pertinente d'un trémor, donc d'une éruption[9],[7],[5]. Bien que les hypocentres de ces séismes se trouvent éloignés de la surface, ces scientifiques du département de géologie de l'université d'Islande s'attendent à une éruption sous le Vatnajökull avant la fin de l'année 2011[9], cette activité sismique étant liée au remplissage de la chambre magmatique[7],[5]. Finalement, cette éruption attendue se déroule au Grímsvötn du 21 au 28 mai.

Image satellite en fausses couleurs de l'Holuhraun le 6 septembre 2014 montrant les fontaines et la coulée de lave.

Dans la journée du 16 août 2014, une série d'environ un millier de séismes remet le volcan sous surveillance[10],[11]. Ces séismes, révélateurs de mouvements dans la chambre magmatique, induisent un risque important d'éruption nécessitant une surveillance renforcée et la fermeture des zones naturelles environnantes[10],[12]. Le début de l'éruption est confirmé le 29 août 2014 par l'ouverture d'une fissure dans le Holuhraun, au nord du Dyngjujökull[13],[14], avec émission de panaches de fumée et d'une intense lumière[10]. Dès les premières heures de la journée, l'Institut météorologique islandais, chargé de la surveillance de l'activité volcanique, a élevé le niveau d'alerte au niveau maximal (rouge) avant de le baisser à 13 h 0 à orange[10]. Rapidement, de petits cônes de scories s'édifient autour des fontaines de lave, le long de la fissure ; le principal d'entre eux est appelé Baugur[10]. La coulée de lave qui se forme à partir de ces fontaines se dirige vers le nord-est en longeant la rive gauche de la Jökulsá á Fjöllum[10]. Continuant sa progression, elle se jette dans le lit du fleuve à partir du 7 septembre et force le cours d'eau à réduire sa largeur et à se déplacer vers l'est ; de nombreux petits panaches de vapeur d'eau nés de la vaporisation de l'eau de la Jökulsá á Fjöllum au contact de la lave s'élèvent au-dessus du front de la coulée[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (fr) « Bardarbunga », ACTIV (consulté le 5 mars 2011)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) « Bárdarbunga », Global Volcanism Program (consulté le 5 mars 2011)
  3. a, b, c, d et e (en) « Bárdarbunga », Skimountaineer (consulté le 5 mars 2011)
  4. (en) « Iceland in statistics » (consulté le 5 juin 2011)
  5. a, b, c et d (en) « Not again! Icelandic volcano set to erupt dwarfing last year's devastation, warn scientists », Daily Mail,‎ 9 février 2011 (lire en ligne)
  6. a, b, c, d, e et f (en) « Histoire éruptive », Global Volcanism Program (consulté le 5 mars 2011)
  7. a, b, c et d (fr) « Le volcan islandais Bardarbunga menace le ciel européen », 7sur7,‎ 9 février 2011 (lire en ligne)
  8. (en) « British Press Issues Warning of Iceland Eruption », Iceland Review,‎ 10 février 2011 (lire en ligne)
  9. a, b et c (en) « Renewed Tremors in Iceland’s Vatnajökull », Iceland Review,‎ 7 février 2011 (lire en ligne)
  10. a, b, c, d, e, f et g (en) « Bárðarbunga - updated information », sur vedur.is, Icelandic Met Office (consulté le 17 octobre 2014)
  11. (en) « Over 1000 Earthquakes This Weekend », The Reykjavík Grapevine,‎ 16 août 2014 (lire en ligne)
  12. (en) « Growing Likelihood Of Eruption At Bárðarbunga », The Reykjavík Grapevine,‎ 18 août 2014 (lire en ligne)
  13. « Volcan Bardarbunga : l'Islande confirme l'éruption et décrète l'alerte «rouge» », Le Parisien,‎ 29 août 2014 (lire en ligne)
  14. (en) « Bardarbunga 2014 », Institue of Earth Sciences (consulté le 29 août 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :