Joseph Guillemot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guillemot.
Joseph Guillemot Portail athlétisme
Joseph Guillemot - 1920.jpg
Joseph Guillemot au départ de sa tentative de record du 3 000 m au stade Pershing le 7 novembre 1920.
Informations
Disciplines Demi-fond
Période d'activité Années 1920
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 1er octobre 1899
Lieu Le Dorat
Décès 9 mars 1975
Taille 1m60
Poids 58 kg
Club Joinville, CASG
Palmarès
Jeux olympiques 1 1 0
Cross des nations 1 0 0

Joseph Guillemot est un athlète français, né le 1er octobre 1899 à Le Dorat, mort le 9 mars 1975 à Oradour-Saint-Genest (d'un cancer du poumon), de 1 m 60 pour 50 kg, fondeur… bien que gazé au gaz moutarde durant la Grande Guerre, avec atrophie du poumon droit[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Joseph Guillemot découvrit l'athlétisme alors qu'il était dans le 16e bataillon de chasseurs à pied à Bellac. Pendant la première Guerre mondiale, en 1918, Joseph Guillemot participe et devient champion de France militaire à Colombes. Il retourne ensuite pour quelques mois au front jusqu'à l'armistice du 11 novembre 1918.

Lors des Jeux olympiques de 1920 à Anvers, Joseph Guillemot bat Paavo Nurmi aux 5 000 mètres en 14m55s6, soit plus de 4 secondes seulement devant Nurmi. Durant toute la course le Français reste derrière, il arrive à suivre le Finlandais alors que celui-ci accélère d'abord à 400 mètres de l'arrivée, puis à 300 mètres, mais Guillemot arrive à rattraper Nurmi. Guillemot place alors son attaque dans la dernière ligne droite et laisse Nurmi derrière lui. C'est la seule fois que ce dernier est battu par un étranger en finale. La victoire du Français est une surprise, les favoris sont alors Paavo Nurmi, et les Suédois Eric Backman et Runar Falk. Le Finlandais volant prendra sa revanche dès le lendemain sur le 10 000 mètres où les positions d'arrivée seront inversées. À l'arrivée Joseph vomit sur les chaussures de Nurmi, en effet le Français n'a pas été averti du départ avancé à la demande du roi des Belges. L'épreuve étant avancée de 3 heures, Guillemot doit se présenter alors qu'il vient de prendre un copieux déjeuner et, par conséquent, durant la course sa digestion est difficile[2]. Sa performance est d'autant plus remarquable que Guillemot s'est fait voler ses chaussures avant la course, et a couru avec une paire trop grande.

Il ne participe pas aux Jeux olympiques de 1924 à Paris suite à un désaccord avec la fédération française d'athlétisme.

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • Recordman du monde du 2000m en 5 min 34 s 8
  • Recordman du monde du 3000m en 8 min 42 s 2

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

  • médaille d'or Champion olympique du 5000m en 1920
  • médaille d'argent Vice-champion olympique du 10000m en 1920

Autres[modifier | modifier le code]

  • Cross International en 1922 (équivalent d'un championnat du monde alors) (2e en 1926)
  • Cross International par équipes en 1922 et 1926
  • médaille d'or Champion de France du 5000m en 1919, 1920, 1921 et 1925
  • médaille d'or Champion de France de cross-country en 1920, 1922 et 1926
  • médaille d'or Champion de France militaire de cross-country en 1918

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Dictionnaire des médaillés olympiques français", Stéphane Gachet, LITIE
  2. (en) Floyd Conner, Olympic's Most Wanted, Washington, Potomac Books,‎ 2001, 1e éd., poche (ISBN 978-1-57488-413-5), 143.

Liens externes[modifier | modifier le code]