Jordan Belfort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Belfort (homonymie).

Jordan Belfort

Description de cette image, également commentée ci-après

Jordan Belfort en octobre 2012.

Alias
Le loup de Wall Street
Naissance 9 juillet 1962 (52 ans)
Nationalité Américaine
Pays de résidence Drapeau des États-Unis États-Unis
Profession Courtier

Jordan Belfort (né le 9 juillet 1962) est un ancien courtier américain qui s'est reconverti en tant que conférencier et motivateur. À 26 ans, il fonde avec Kenny Greene une entreprise de courtage, Stratton Oakmont. Il passa 22 mois en prison pour détournement de fonds, introductions en bourse illégales et blanchiment d'argent à la fin des années 1990[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Jordan Belfort est né dans le Bronx. Il est issu d'une famille modeste juive. Ses parents, Leah et Max Belfort, sont des comptables. Sa mère deviendra avocate. Il a grandi à Bayside (Queens) et est diplômé de l’American University en biologie. Brièvement, il intègre le Baltimore College of Dental Surgery dans le but de devenir dentiste. Cependant, il quitte l'école lorsque le doyen de l'école lui dit « L'âge d'or de la chirurgie dentaire est fini. Si tu es ici seulement pour faire de l'argent, tu n'es pas au bon endroit. »

Carrière[modifier | modifier le code]

Il débute sa carrière de courtier à L.F. Rothschild à Wall Street en 1987, période marquée par le crash de 1987 et l'introduction des junk bonds, ainsi que des salaires très importants dans le domaine de la finance.

Dans les années 1990, il fonde Stratton Oakmont Inc., société de courtage financier aux pratiques douteuses qui œuvre dans le secteur des « penny stock », c'est-à-dire des actions d'entreprises cotées qui ne valent presque plus rien. Il spécule de manière artificielle pour faire monter les cours et faire croire aux investisseurs qu'ils ont fait une bonne affaire. Au fur et à mesure que ses affaires deviennent florissantes, il développe un style de vie flamboyant et tape-à-l'œil. Par ailleurs, il devient accro à la cocaïne et à la methaqualone[2],[3],[4]. À son apogée, Stratton Oakmont Inc. employait 1000 courtiers et gérait pour un milliard de dollars d'actifs.

Condamnation et restitution[modifier | modifier le code]

Belfort est accusé en 1998 de délit d'initié et de blanchiment d'argent. Après avoir coopéré avec le FBI, il effectue 22 mois dans une prison fédérale pour délit de fausse information ayant entraîné une perte avoisinant les 200 millions $ pour ses investisseurs. Belfort est condamné à restituer 110,4 millions $ aux investisseurs qu'il a escroqués.

Selon les procureurs fédéraux, Belfort a échoué à respecter l'accord de remboursement des victimes établi en 2003. L'accord stipulait que 50 % de ses revenus devaient servir à indemniser ses 1513 clients qu'il a floués. Sur les 11,6 millions $ que les victimes de Belfort ont pu percevoir, 10,4 millions $ proviennent de la vente de ses biens personnels. En octobre 2013, les procureurs fédéraux lancent donc une procédure lorsqu'ils s'aperçoivent qu'il n'a restitué que 243 000 $ sur les quatre années précédentes, alors que depuis 2007, il a perçu un revenu de 1 767 303 $ provenant de la publication de ses deux livres et de l'adaptation au cinéma de l'un d'eux. Par ailleurs, il a perçu 24 000 $ comme animateur lors de congrès de motivation.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Il a racheté le yacht de 50 m « Nadine » (rebaptisé « Naomi » dans le film Le Loup de Wall Street), construit en 1961 à l'origine pour Coco Chanel, et qui coula pendant une tempête en juin 1996 au large de la côte est de la Sardaigne. Les hommes-grenouilles italiens du COMSUBIN sauvèrent tout le monde à bord du navire. Le navire fit naufrage après que les vagues eurent brisé la trappe de pont avant. Belfort expliqua que, complètement cocaïné, il avait insisté pour prendre la mer contre l'avis de son capitaine qui craignait les vents violents et les risques de tempête[5],[6],[7].

Adaptation[modifier | modifier le code]

Son livre The Wolf of Wall Street (2007)[1] a été adapté au cinéma par Martin Scorsese[8],[1] et est sorti en France le 25 décembre 2013. Il est également l'auteur d'une suite, Catching the Wolf of Wall Street. Il vit toujours à Los Angeles[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Wolf of Wall Street back on the prowl: Jordan Belfort
  2. (en) Tom Leonard, « Confessions of the Wolf of Wall Street », The Daily Telegraph, London,‎ 25 February 2008 (lire en ligne)
  3. Who's Jordan Belfort? I'll Tell You Exactly Who He Is
  4. Random House
  5. (en) « Motor Yacht Nadine »
  6. (en) Russell Hubbard, « Joe Borg, Alabama Securities Commission boss, has reputation of being tough on crooks », The Birmingham News,‎ 21 March 2010 (lire en ligne)
  7. Jordan Belfort - Interview from Sunday Profile - (ABC)
  8. http://www.deadline.com/2012/04/toldja-martin-scorsese-leonardo-dicaprio-commit-to-the-wolf-of-wall-street/
  9. (en) Thomas Landon Jr., « In the Ashes of His Life as a Broker, Inspiration », New York Times,‎ 11 septembre 2007 (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]