John William Colenso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
John William Colenso

John William Colenso né à St Austell en Cornouailles le et décédé à Durban (KwaZulu-Natal) le , fut le premier évêque anglican de la province du Natal ainsi qu'un mathématicien, un théologien et un réformateur social.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, John William Colenso, fut ruiné par une spéculation minière en Cornouailles. Il dut travailler, comme répétiteur, dans une école privée afin de financer ses études universitaires au St John's College (Cambridge) où il obtint une bourse en 1836 puis dont il devint Fellow en 1837.

En 1839, il devint professeur de mathématiques à la Harrow School. Il y perdit tous ses biens dans un incendie. De retour à Cambridge, il réussit en quelques mois à rembourser la dette énorme de £5 000 qu'il avait accumulée, grâce à ses cours particuliers et surtout grâce à la cession à l'éditeur Longmans de ses droits sur ces deux manuels très populaires d'algèbre (1841) et d'arithmétique.

Il épousa Sarah Frances Bunyon avec qui il eut cinq enfants : Harriet Emily, Frances Ellen, Robert John, Francis « Frank » Ernest et Agnes. Son épouse lui fit rencontrer le théologien et socialiste Frederick Maurice qui influença ses propres écrits. Il lui dédia son premier recueil de sermons publié.

En 1846, il obtint la cure de Forncett St Mary dans le Norfolk. En 1853, l'archevêque anglican du Cap lui demanda de devenir évêque du Natal.

John William Colenso joua un rôle important dans l'histoire de l'Afrique du Sud. Il amena avec lui une presse dans sa mission d'Ekukhanyeni dans la colonie du Natal. Il l'utilisa pour publier, en collaboration avec William Ngidi la première grammaire zoulou et le premier dictionnaire anglais-zoulou. Il traduisit et publia une traduction du Nouveau Testament en zoulou. En 1859, il se rendit en pays zoulou pour rencontrer le roi des Zoulous Mpande et son fils Cetshwayo (qui fut roi lors de la Guerre anglo-zouloue de 1879). Ces rencontres sont racontées dans son livre First Steps of the Zulu Mission (Premiers pas de la mission chez les Zoulous).

En 1861, il publia un commentaire de l’Épître aux Romains où il critiquait la doctrine de l'Église concernant la punition éternelle et le fait que la communion était un pré-requis au Salut. Dans le contexte de sa mission africaine, il ne se voyait pas prêcher à ses ouailles que leurs ancêtres avaient été condamnés au châtiment éternel. De même, les questions de ses catéchumènes l'amenèrent à ré-examiner le Peutateuque et le Livre de Josué, se demandant s'il fallait les lire de façon littérale ou historique. Il publia ses conclusions dans une série de traités parus entre 1862 et 1879 qui firent scandale car il remettait en cause l'infaillibilité de la Bible. Il s'attira aussi l'intérêt de philologues européens comme Abraham Kuenen et joua ainsi un rôle important dans l'exégèse biblique.

John William Colenso, par Carlo Pellegrini, 1874.

Ses critiques sur la Bible, ainsi que ses positions libérales quant à la façon de se comporter vis-à-vis des indigènes en Afrique du Sud lui valurent de nombreuses attaques. En 1863, il fut démis de ses fonctions par les autres évêques sud-africains, par contumace car il refusa de se rendre à leur convocation. Il fit appel auprès du Privy Council à Londres. Son Comité judiciaire décida que la province du Natal était hors de la juridiction des évêques d'Afrique du Sud et rejeta les accusations d'hérésie.

Ses adversaires réussirent cependant à faire en sorte qu'il ne pût plus prêcher qu'au Natal et en Angleterre. L'archevêque du Cap l'excommunia et nomma à sa place William Kenneth Macrorie qui cependant resta à Pietermaritzburg. Le financement local de la mission fut discontinué, mais une tentative de le priver des revenus de son évêché fut à nouveau rejetée par la justice. Il fut alors soutenu par des fonds venus Angleterre et parfois fournis par des ecclésiastiques britanniques favorables à ses vues.

Il continua alors ses travaux d'exégète biblique et son combat pour les Zoulous : contre les Boers d'abord puis durant la Guerre anglo-zouloue. Il se fit à nouveau de nombreux ennemis.

La population locale l'appelait « Sobantu » (père du peuple). Après sa mort, sa femme et ses enfants continuèrent à se battre pour la cause zoulous et participèrent à la fondation de l'African National Congress. Une de ses filles, Frances Ellen Colenso (1849-1887), publia History of the Zulu War and Its Origin en 1880 et The Ruin of Zululand en 1885.

Dans le film Zulu Dawn (L'Ultime Attaque), John William Colenso, interprété par Freddie Jones, est représenté comme opposé à la déclaration de guerre aux Zoulous.

Il est considéré comme un des précurseurs de la Théologie de la libération.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrage de Colenso[modifier | modifier le code]

  • Commentary on the Romans (1861)
  • Critical Examination of the Pentateuch (1862-1879)
  • Ten Weeks in Natal. Elibron Classics - recent re-print. 1855 lire sur Google Books
  • The Pentateuch and Book of Joshua Critically Examined. Elibron Classics, 2003 re-print; "People's Edition" (1865) lire sur Google Books
  • Lectures on the Pentateuch and the Moabite Stone (1873) lire sur Google Books
  • Natal Sermons. quatre volumes.
  • Village Sermons
  • Zulu-English Dictionary (1861) lire sur Google Books
  • First Steps in Zulu (4th ed., 1890) lire sur Google Books

Ouvrages sur Colenso[modifier | modifier le code]

  • Colenso, Frances Ellen. History of the Zulu War and Its Origin. Elibron Classics, 2004 re-print
  • Cox, Sir GW. Colenso's Life. 2 vols. London, 1888
  • Draper, Jonathan A. editor. The Eye of the Storm : Bishop John William Colenso and the Crisis of Biblical Interpretation. Cluster Publications, Pietermaritzburg, 2003
  • Draper, Jonathan A. editor.Commentary on Romans by Bishop John Colenso. Cluster Publications 2003
  • Guy, Jeff. The Destruction of the Zulu Kingdom: The Civil War in Zululand, 1879-1884. Longman, London, 1979
  • Guy, Jeff. The Heretic : A Study of the Life of John William Colenso. Pietermaritzburg, 1983
  • Guy, Jeff. The View Across the River : Harriette Colenso and the Zulu Struggle Against Imperialism. Oxford, UK, Claremont, S.Africa, & Charlottesville US, 2001
  • Hinchliff, Peter. John William Colenso : Bishop of Natal. London, 1964
  • Morris, Donald R. The Washing of the Spears. The Rise and Fall of the Zulu Nation. Simon & Schuster, New York, 1965
  • Rees, Wyn editor. Colenso Letters from Natal - written by Mrs Frances Colenso. Pietermaritzburg, 1958
  • Rowse, AL. The Controversial Colensos. Redruth, 1989

Source[modifier | modifier le code]