Jean Nicod

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Jean Nicot.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nicod (homonymie).

Jean Nicod

Naissance 1er juin 1893[1]
Décès 16 février 1924
Nationalité français
Influencé par élève de Bertrand Russell à Cambridge
Célèbre pour “A Reduction in the Number of Primitive Propositions of Logic”, le critère de Nicod

Jean George Pierre Nicod (1893 - 16 février 1924) était un philosophe et logicien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Agrégé de philosophie en 1914, il fut professeur à Toulon, Cahors et Laon. Il fut élève de Bertrand Russell à Cambridge, où il étudia les Principia Mathematica et le Tractatus Logico-philosophicus de Wittgenstein. De santé fragile, il fut exempté de service militaire et dû interrompre ses cours pour se soigner. Il mourut finalement de tuberculose à 31 ans, alors qu'il avait achevé deux thèses qu'il devait soutenir à la Sorbonne. Elles furent publiées peu après sa mort.

Philosophie[modifier | modifier le code]

Nicod montra, dans “A Reduction in the Number of Primitive Propositions of Logic”, que les axiomes de la logique classique des connecteurs pouvaient être réduits à un seul axiome contenant comme seul connecteur la « barre de Sheffer » (correspondant à l'opérateur logique NAND) ou sa forme duale, dite « opérateur de Peirce » (qui correspond au NOR). Russell, dans la préface à la seconde édition des Principia Mathematica, estima que cette découverte était une avancée importante en logique.

Il énonça également le critère de Nicod (une proposition de la forme "Tous les A sont B" est confirmée par l'observation d'un A particulier qui est B).

L'Institut Jean-Nicod est nommé en son honneur.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • “A Reduction in the Number of Primitive Propositions of Logic”, Proceedings of the Cambridge Philosophical Society 19 (1917-20), 32-41
  • « Le Traité de Logique de Goblot » , Revue de métaphysique et de morale, n° 26, 1919
  • « La géométrie des sensations de mouvement », Revue de métaphysique et de morale, n° 28, 1921, p. 537-543
  • « Mathematical Logic and the Foundations of Mathematics », The Encyclopedia Britannica, London/New York, 1922, 874-876
  • « Les tendances philosophiques de M. Bertrand Russell », Revue de métaphysique et de morale, n° 29, 1922, p. 77-84
  • La Géométrie dans le monde sensible, Paris, 1923 (Thèse Univ. Paris)
  • Le Problème logique de l'induction, Paris, 1923 (Thèse complémentaire Univ. Paris)
  • “Freedom of Association and Trade Unionism : An Introductory Survey”, International Labor Review (Genève) 9 (1924), 467-480
  • « Les relations des valeurs et les relations de sens en logique formelle », Revue de métaphysique et de morale, n° 31, 1924, p. 467-80
  • Foundations of Geometry & Reduction, Containing Geometry in a Sensible World and the Logical Problem of Induction, 1930

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :