Jean-Louis Baudelocque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
« Jean-Louis Baudelocque », selon une lithographie de Verlens, in: Corlieu (A.), Centenaire de la Faculté de médecine de Paris, 1794-1894, F. Alcan (Paris), 1894.

Jean-Louis Baudelocque, né le 30 novembre 1745 à Heilly en Picardie et mort le 2 mai 1810 à Paris, est un médecin accoucheur et professeur d'obstétrique français. Il est le plus célèbre des médecins accoucheurs de son époque. Auteur de L’art des accouchements, il a fait de l'obstétrique une discipline scientifique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pelvimètre
Forceps français de type Levret-Baudelocque (1760–1860)

Baudelocque était le fils de Jean Baptiste Baudelocque, chirurgien, et d'Anne Marguerite Levasseur. Ses frères Félix Honoré (1744-1794) et Jean Baptiste (1749-1800) ont été tous deux médecins[1].

À la mort prématurée, à l'âge de 35 ans, de François-Louis-Joseph Solayrès de Renhac, il lui succède dans la charge d'enseignement de l'obstétrique à l'Hôpital de la Charité. Grâce à Baudelocque, l’œuvre de Solayrès a échappé à l'oubli[2].

Il épouse Andrée de Vulier ou de Rullie le 6 avril 1777, qui meurt le 4 janvier 1787. Il épouse ensuite Marie Catherine Rose Laurent le 14 septembre 1788, dont il aura cinq enfants.

Il était le médecin accoucheur des reines d'Espagne, de Hollande, de Naples et de toutes les dames de la cour. Il avait été choisi et retenu d'avance pour mettre au monde l'héritier attendu par Napoléon et l'impératrice Marie-Louise d'Autriche. Mais, frappé de congestion cérébrale, il n'allait pas voir naître le Roi de Rome.Baudelocque est également connu pour avoir été mêlé à un retentissant procès qui lui avait été intenté par un médecin accoucheur, Jean François Sacombe, farouche opposant de la césarienne et défenseur des pratiques traditionnelles des sages-femmes. Sacombe, qui s'était érigé en défenseur des sages-femmes, accusant Baudelocque d'infanticide, finira par perdre son procès en 1804 et, par la même occasion, tout sens de la mesure.

Jean-Louis Baudelocque est mort le 2 mai 1810, au 16 rue Jacob à Paris (6e), où il demeurait. Il a été inhumé au cimetière de l'Ouest de Vaugirard, puis exhumé pour cause d'expropriation au motif du percement du boulevard Pasteur actuel. Il sera alors inhumé le 17 août 1839 au cimetière du Père-Lachaise (45e division[3] 1re ligne 23, no 24 de la 43e).

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

Ses écrits principaux sont : Principes sur l'art des accouchements, par demandes et réponses, en faveur des élèves sages-femmes de la campagne[4], 1775 et l'Art des accouchements[5], 1781, souvent réimprimés.

  • (la) An in partu propter angustiam pelvis, impossibili, symphysis ossium pubis secanda ? [Theses anatomico-chirurgicae, Parisiis], M. Lambert (Paris), 1776,Texte intégral.
  • Principes sur l'art des accouchemens, par demandes et réponses, en faveur des sages-femmes de la campagne, Méquignon l'Aîné (Paris), 1787, Texte intégral.
  • L'Art des accouchemens,nouvelle édition, revue, corrigée et augmentée, Desprez & Méquignon l'ainé (Paris), 1789, 2 vol.:
  1. Tome premier, Texte intégral.
  2. Tome deuxième, Texte intégral.

Hommages[modifier | modifier le code]

Médecin de l'Hôpital des Enfants malades, il laissera en 1890 son nom à la Clinique Baudelocque. En 1966 sera édifiée la maternité Port-Royal. Les deux fusionnent en 1993. (Paris 14e). Il existe aujourd'hui une école de sage-femme portant son nom.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://gw.geneanet.org/garric?lang=fr&p=jean+louis&n=baudelocque
  2. Il écrit que la deuxième partie de son Art des accouchements est au fond une traduction de la Dissertatio (en latin) de Solayrès (Houtzager).
  3. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents,‎ 2006 (ISBN 978-2914611480), p. 87
  4. Principes sur l'art des accouchemens : par demandes et par réponses, en faveur des élèves sages-femmes, (7e  éd.… augmentée… d'un Appendice sur les instrumens, la vaccine et la saignée) disponible sur Gallica, Paris, Germer-Baillière, 1837
  5. En ligne : L'art des accouchements, vol. 1, Pavie, Balthasard Comino, 1793

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]