Jean-Antoine Villemin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Antoine Villemin

Jean-Antoine Villemin, né à Prey dans les Vosges le et mort à Paris le , est un médecin militaire, hygiéniste et épidémiologiste français, connu pour avoir démontré en 1865 que la tuberculose était une maladie contagieuse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études de médecine à l'École de médecine militaire de Strasbourg et obtient son diplôme de médecin militaire en 1853, puis il exerce et enseigne à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce à Paris. En 1874, il est élu membre de l'Académie de médecine, dont il est vice-président en 1891.

Dans les années 1860 il remarque que les soldats confinés dans les casernes sont davantage atteints de tuberculose que ceux en campagne[1]. Il démontre que la tuberculose est une maladie transmissible en inoculant des lapins de laboratoire avec du matériel provenant d'êtres humains ou de têtes de bétails contaminés. Il publie ses résultats dans un ouvrage intitulé Études sur la Tuberculose, où il décrit la transmission de la tuberculose de l'homme vers les lapins, du bétail vers les lapins, et entre lapins. Ses découvertes sont cependant ignorées par la communauté scientifique et on ne se souviendra de sa contribution que des années plus tard, lorsque ses résultats seront corroborés par les travaux d'autres scientifiques.

Hommages[modifier | modifier le code]

Le Comité national de défense contre la tuberculose a émis une vignette à son effigie[2].

Un hôpital militaire parisien, situé près de la gare de l'Est et aujourd'hui désaffecté, a porté son nom[2]. Le jardin de l'hôpital, désormais jardin public porte le nom de jardin Villemin.

L'hôpital Villemin-Paul-Doumer, à Liancourt dans l'Oise, est également nommé d'après-lui (et d'après le président Paul Doumer)

En 1894 la ville de Bruyères lui a érigé un monument à l'entrée de la place Stanislas[3].

En 1951 le Comité national de défense contre la tuberculose a émis une vignette à son effigie[2]. Une plaque a été apposée sur son domicile parisien, au 31 rue de Bellechasse.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Du Tubercule au point de vue de son siège, de son évolution et de sa nature, Paris : J.-B. Bailliere, 1861 Texte en ligne
  • Études sur la tuberculose : preuves rationnelles et expérimentales de sa spécificité et de son inoculabilité, Paris : J.-B. Bailliere, 1868 Texte en ligne

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.larecherche.fr/idees/back-to-basic/tuberculose-01-11-2005-88431
  2. a, b et c Les Vosgiens célèbres, Éditions Gérard Louis, Vagney, 1990, p. 364
  3. Buste du Docteur Villemin [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Astruc, Villemin Jean-Antoine : 1827-1892, 2 vol., J.-B. Baillière et Fils, Paris, 1939 (numéros isolés des Biographies médicales : notes pour servir à l'histoire de la médecine et des grands médecins, 13e année, nos 2 et 3, mars 1939)
  • Olivier Chavanel, Jean-Antoine Villemin (1827-1892) : la preuve de l'inoculabilité de la tuberculose, Université de Limoges, 2002, 183 p. (thèse de médecine)
  • René Dewald, Un ancien élève de la Faculté de Médecine, Villemin : notice biographique et bibliographique, Université de Strasbourg, 1933, 70 p. (thèse de médecine)
  • Pierre Heili, « Docteur Jean-Antoine Villemin », in Albert Ronsin (dir.), Les Vosgiens célèbres. Dictionnaire biographique illustré, Éditions Gérard Louis, Vagney, 1990, p. 363-364 (ISBN 2-907016-09-1)
  • Charles Jamet, Villemin, sa vie, son œuvre, Vigné, 1936
  • Charles Richet, Hommage à Villemin, J. Peyronet et Cie, 1927 ?, 8 p. (poésie)
  • Armand-Raoul Savornin, Le centenaire de Villemin : 15-19 octobre 1927 : discours prononcé le 15 octobre 1927, à la Sorbonne par M. le médecin inspecteur Savornin, 1927, 6 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :