Hel (déesse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hel et Hela.
Le dieu Hermód va voir Hel, déesse des enfers. Manuscrit islandais du XVIIIe siècle, Institut Árni Magnússon.

Hel ou Hela est la déesse des morts dans la mythologie nordique. Elle est la fille de Loki et de Angrboda, sœur de Fenrir et de Jörmungand. Dans les croyances nordiques ancestrales pré-chrétiennes Hel est l'une des hypostases de Freyja la Grande Déesse Mère, le nom hel (helja) signifie : accueillir, cacher, car Freyja est aussi la déesse de la mort qui accueille la moitié des guerriers. Elle est également une déesse guerrière[1].

L'historien islandais Snorri Sturluson écrit dans la Saga des Ynglingar que le roi légendaire de Suède, Dyggve, devint son mari après sa mort.

Déesse des morts[modifier | modifier le code]

Dans les textes anciens et selon la tradition odiniste et de l’Asatru détenteurs de la Propriété Óðal antérieurs aux sagas (chrétiennes pour la grande majorité), Hel est la douce déesse de la mort. Elle a la moitié du visage plongé dans les ténèbres de la mort et l’autre dans la lumière de la vie. Elle conduit les esprits des défunts notamment ceux qui ont eu une « mort de paille » c'est-à-dire une mort naturelle dans leur lit, vers leur vaisseau pour suivre le courant de l’une des douze rivières, les Élivágar dont l’une d’entre elles débouche dans le pays de Gimlé (équivalent des Champs Élysées grecs). Les Vikings et plus largement les Scandinaves qui n’avaient pas la possibilité d’être inhumés dans de vrais navires, avaient des « tombes naviformes » en pierres levées pour figurer un vaisseau. Hel avait la possibilité de transformer ces sépultures naviformes en véritables navires.

Le professeur Régis Boyer emploie les termes « affabulations » et « intoxications » pour qualifier les textes écrits par les auteurs chrétiens deux ou trois siècles après « l'ère Viking », car la Déesse et le lieu Hel concernent le monde des morts, ni bon ni mauvais[2],[3]. En effet, l'Église et aussi les sagas des clercs chrétiens n'avaient de cesse de dévaluer et diaboliser les créatures merveilleuses païennes[4], pour eux, elle fut jetée en Helheim par Odin, qui lui donna autorité sur tous ceux qui étaient morts de maladie ou de vieillesse. Elle ne sera pas présente lors du Ragnarök, mais enverra une armée de morts commandée par son père. En attendant ce jour, elle construit Naglfar, un navire fait avec les ongles des morts.

Régnant sur neuf mondes infernaux, elle a pour seuil la Perfidie, pour lit la Maladie, pour écuelle la Disette et pour couteau la Faim.

S'il n'y a pas de mention de son apparence physique dans les plus anciens textes norrois, les textes les plus récents (Xe siècle et postérieur) furent fortement teintés de mystique chrétienne. L'Église apportait dans ses bagages toute une magie biblique ou orientale que l'on attribua à tort aux Vikings[5]. Il en résulta qu'on affubla Hel d'une laideur effroyable (un côté noir et pourri, un côté livide) à cette époque. D'après d'autres croyances, l'un des côtés de Hel serait d'une beauté inhumaine tandis que l'autre serait à l'état cadavérique rongé par les vers et pourrissant.

Son nom est à l'origine des mots hell en anglais, Hölle en allemand et helvete dans les langues scandinaves, qui sous l'influence du vocabulaire ecclésiastique, ont pris le sens d'enfer.

Postérité[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Hel, ou Hella, apparaît aussi dans le roman jeunesse La Quête d'Arkantos où elle tient le rôle de principale antagoniste, tentant par tous les moyens de détruire le Panthéon grec. Sa pierre de puissance (objet non officiel dans la mythologie) est un gros charbon noir.
  • Hel apparaît dans le roman pour la jeunesse Amos Daragon. Elle y glace la porteuse de masques Tserle.
  • Elle apparaît aussi dans la saga Everworld.
  • Elle apparaît également dans la série Arielle Queen comme étant la demi-sœur de Arielle ; elles ont le même père qui est Loki.
  • La déesse Hel apparaît également dans les 2 derniers tomes de la saga Les Secrets de l'immortel Nicolas Flamel.
  • Elle est citée dans le tome 5 de la série "Rebecca Kean" de Cassandra O'Donnell
  • Il y est aussi fait référence dans le roman de Graham Masterton Hel, mais elle y est un esprit démoniaque gelant les hommes pour les tuer.
  • Hela est mentionnée aux vers 105 et 106 du poème de Leconte de Lisle, La légende des Nornes.
  • Hel est également mentionnée au troisième vers de " La vision de Snorr ", un poème de Leconte de Lisle.

Art contemporain[modifier | modifier le code]

  • Hel une des 1 038 femmes représentées dans l'œuvre contemporaine The Dinner Party de Judy Chicago, aujourd'hui exposée au Brooklyn Museum. Cette œuvre se présente sous la forme d'une table triangulaire de 39 convives (13 par côté). Chaque convive étant une femme, figure historique ou mythique. Les noms des 999 autres femmes figurent sur le socle de l'œuvre. Le nom d'Hel figure sur le socle, elle y est associée à Kali, quatrième convive de l'aile I de la table[6]

Jeux[modifier | modifier le code]

  • La déesse Hel est la méchante principale du jeu vidéo Viking: battle of Asgard sorti le 28 mars 2008 sur Xbox et PS3.
  • On peut également la retrouver dans le jeu vidéo Smite, en tant que personnage jouable.
  • Elle apparaît aussi dans le MMORPG contemporain The Secret World en tant que boss de Noël.
  • On peut aussi la retrouver dans le MMORPG Aura Kingdom en tant qu'eidolon ( familier aidant au combat )

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Régis Boyer, La Grande Déesse du Nord,Paris, Berg, 1995 et Les Vikings : histoire, mythes, dictionnaire, éditions Robert Laffont, collection bouquins ISBN 978-2-221-10631-0 p.&nbs;424
  2. Régis Boyer, Le Christ des Barbares, éditions du Cerf (ISBN 2-204-02766-9) p. 37
  3. Régis Boyer, L’Islande médiévale, Guide des belles lettres, (ISBN 2-251-41014-7) p. 206
  4. Régis Boyer, Le Christ des Barbares, p. 24
  5. Régis Boyer, Le Christ des Barbares, p. 47
  6. Musée de Brooklyn - Hel