Hapkido

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hapkido
{{#if:
Art martial
Illustration du principe de « Won »
Illustration du principe de « Won »

Autres noms Hap Ki Do, Hapki-Do, Hapgido
Domaine Éclectique et hybride
Forme de combat full-contact
Pays d’origine Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Fondateur Choi Yong-Sool
Dérive de Arts martiaux Coréens
A donné Sin Moo Hapkido,
Chon-Tu Kwan Hapkido,
Hankido,
Hwa Rang Do
Pratiquants renommés Ji Han-Jae,
Myung Kwang-Sik,
Han Bong-soo,
Myung Jae-Nam
Sport olympique Possiblement en
2016 ou 2022

Le hapkido (합기도 en hangeul, 合氣道[1] en hanja) est un art martial coréen qui fonde sa pratique sur une connaissance métabolique poussée du corps humain permettant une appréhension autant physique que psychologique et énergétique du combat. Il correspond à l'étude de l'ensemble des techniques et connaissances en matière de contrôle sur les articulations du corps, notamment l'action conjuguée sur les tendons, les muscles, les techniques d'étranglement respiratoire et sanguin ainsi que les frappes directes sur les points vitaux du corps. Ce système crée une formation à l'autodéfense complète. Il puise sa philosophie et son éthique dans le Bouddhisme et le Confucianisme.

Maître CHOI Yong-Sul (1904 – 1986)[modifier | modifier le code]

Pupille de la nation coréenne, il vivait dans le village de Yong Dong dans la province de Choong Chung lorsqu'il fut recueilli par un marchand qui l'emmena au Japon à l'âge de huit ans. Enfant difficile, il fut abandonné à Moji, d'où il partit à Osaka où il mendia dans la rue. La police l'arrêta et, sans famille, le conduisit au temple bouddhiste Wadanabi du Mont Kintaro, près de Kyoto. Un jour, un moine lui demanda ce qu’il voulait faire de sa vie et, fasciné par les fresques du temple (qui montraient des combats) il répondit sans hésiter "apprendre à se battre". Il intégra l'école du maitre Sokaku Takeda où il étudia le Yawara et le Daito Ryu Aiki Jutsu, y demeura durant trente ans et y fut assistant instructeur. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale et la mort de Takeda, il retourna en Corée et créa le Yusul (= méthode passive) qui fut ensuite renommé Yukwonsul : un art martial synthèse de son enseignement japonais et des techniques traditionnelles coréennes - Taekkyon. Par la suite, il ouvrit son premier dojang en 1951 : Yukwonsul Hapki Dojang. En 1961, le maître et ses plus proches disciples décidèrent de nommer leur pratique le Hapkido. Après la prolifération des écoles en Corée, le maître s'éteignit en 1986, laissant un art martial diffusé et modifié par différents maitres.

Maître JI HAN JAE[modifier | modifier le code]

Disciple du maître Choi durant cinq ans, Ji Han-Jae décide de retourner dans sa ville natale et suit les enseignements des moines taoïstes. Ensuite il étoffe son savoir par l'apprentissage des armes traditionnelles coréennes et la méditation. Après cela, il ouvre son école à Séoul en 1958 et sera nommé par la suite, responsable de la région pour le développement du YU KWON SUL (art de sa création). Il décide par la suite de changer de nom en Hapkido car il considère que le suffixe DO ; qui signifie le chemin, la façon de vivre ; traduit mieux son art que SUL, qui signifie la technique. En 1961 il créera la Korea Hapkido Association ayant pour but de se démarquer des autres maîtres. Ainsi, il va parcourir le monde et donner des représentations avec ses disciples permettant la diffusion à l'échelle planétaire du Hapkido.

Philosophie du Hapkido

HAP : Harmonie entre le corps et l'esprit KI : Énergie vitale enracinée en chacun de nous DO : La voie, le chemin initiatique

Les trois principes de base[modifier | modifier le code]

La fluidité (Yu) : Savoir s'adapter aux différents adversaires de manière changeante et fluide et ne pas être rigide. Le cercle (Won) : Absorber la force de l'adversaire pour mieux pouvoir le diriger là où on le désire, savoir ne pas opposer la force contre la force mais utiliser la force de son adversaire et la joindre à la nôtre pour une meilleure efficacité. L'harmonie (Hwa) : Entrer en complète harmonie avec son opposant afin de mieux déceler ses intentions pour pouvoir lire en lui et anticiper ses éventuelles attaques.

Selon le concept asiatique, toutes entités vivantes sont énergies vibrantes et coexistantes sur des plans similaires ou différents. Étudier et comprendre ces énergies, les harmoniser afin de pouvoir les utiliser pour réaliser un équilibre physique, mental et spirituel entre l'homme et le cosmos, voilà le véritable esprit du Hapkido.

Les neuf règles[modifier | modifier le code]

Elles sont affichées dans toutes les salles de Hapkido aux vues de tous et doivent être respectées et connues de tous les disciples.

  • HYO DO HYO DO : Respect envers la famille et ses parents
  • HU AE : Fraternité; avoir toujours de bonnes relations avec ses semblables
  • SIN AE : Loyauté envers son Maître, son école, et ses amis
  • CHONG SONG : Patriotisme
  • KYOM SON : Humilité
  • CHI SIK : Connaissance; être studieux et apprendre pour améliorer ses connaissances
  • TCHONG LYOM : Intégrité
  • CHONG AE : Justice; respecter ses engagements
  • YONG MAENG : Courage; aller contre toutes sortes d’injustice

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hapkido : Art coréen d'autodéfense de Rémi Mollet (2005)

Autre[modifier | modifier le code]

Scorpion dans les Opus 3D de la Saga Mortal Kombat pratique cet Art.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. 合氣道 et 합기도, Voie (Do - 도 - 道) de l'énergie (Ki - 기 - 氣) signifient également aïkido.