Takeda Sōkaku

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Takeda.
Sokaku, Sue y Tokimune

Sōkaku Takeda (武田 惣角, Takeda Sōkaku?) (10 octobre 1859 - 25 avril 1943) dernier membre d'une famille traditionnelle de samouraï, a consacré sa vie à la diffusion des arts martiaux de leur clan, en particulier le Daito-Ryu Jujutsu qui a été rebaptisé le Daitōryū aikijūjutsu[1]. Sōkaku Takeda fut à la fois un des premiers Maîtres d'arts martiaux au sens moderne du terme et un des derniers guerriers du Japon traditionnel[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Sōkaku Takeda naquit le 10 octobre 1859 dans la ville d'Aizu Sakashita dans la préfecture de Fukushima au Japon et reçu dans sa jeunesse l'enseignement de son père, Sokichi Takeda[3]. Il fut par la suite formé en Oshiki Uchi (Protocole à l'intérieur des cours) de 1875 à 1898 par Saigō Tanomo (Chikamasa)[4].

À la demande de ce dernier[5], il ouvrit l'enseignement des techniques du clan Aizu à d'autres personnes. Sōkaku Takeda se mit alors à voyager à travers tout le Japon[6]. Pour nommer son art, il utilisa le nom Daito[7], qui était celui du château du fondateur du clan Aizu[8], puis le terme Aiki en référence à l'ancien art de combat l'Aiki In Ho Yo et enfin Jujitsu (techniques souples de combat à mains nues)[9]. Sōkaku Takeda devint un des grands maîtres du Daitōryū aikijūjutsu.

Selon une liste d'élèves établie par Sokaku Takeda, il eut environ 30 000 élèves[10]. L'un d'entre eux était le fondateur de l'Aïkido, Morihei Ueshiba[11]. En 1915, lors d'un périple dans l'île d'Hokkaido, Sokaku Takeda rencontra Morihei Ueshiba[12],qui devint plus tard son élève et son assistant. En 1922, Morihei Ueshiba reçut de Sokaku Takeda son diplôme officiel d'enseignement en Daito Ryu Aiki Jujutsu[13].


Sokaku Takeda mourut le 25 avril 1943, à l'âge de 83 ans, c'est à son troisième fils Tokimune Takeda (1916-1993), que Sokaku Takeda a confié la charge du Daito Ryu Aiki Jujutsu, perpétuant ainsi la lignée des Takeda[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Deadliest Men: The World's Deadliest Combatants Throughout the Ages" Paul Kirchner, Paladin Press 2001, (ISBN 1-58160-271-5), (ISBN 978-1-58160-271-5) - chap. 35
  2. "The Meiji Man", by Laszlo Abel; The JMAS Newsletter, vol.3, no 3 1985
  3. Unlocking the Secrets of Aiki-Jujutsu by H. E. Davey, NTC Publishing Group 1997, (ISBN 1-57028-121-1)
  4. Classical fighting arts of Japan, by Mol Serge; Kodan 1994 (ISBN 978-4-7700-2619-4) pp. 50
  5. "Aizu-han kyōiku kō, Nihon Shiseki Kyōkai hen", Ogawa, Wataru, Tōkyō Daigaku Shuppankai, Shōwa 53 [1978]
  6. "Secrets of the Samurai: A Survey of the Martial Arts of Feudal Japan" Oscar Ratti, Adele Westbrook, Booksales 1999, (ISBN 0-7858-1073-0) (ISBN 978-0-7858-1073-5) pp. 355
  7. "Martial Arts And Ways Of Japan" Vol III. Donn F. Draeger, Weatherhill, 1996 (ISBN 0-8348-0351-8) (ISBN 978-0-8348-0351-0)
  8. 合気ニュース編集部 武田惣角と. Tokyo, Japan 2003
  9. "Samurai Aikijutsu", by Toshishiro Obata; Dragon Books 1988 pp. 17-23
  10. "Bugei Ju-happan - the spirit of samurai", Nakajima, Masayoshi, Sugiyama Publishing Tokyo japan 1983
  11. ”Aikido and the New Warrior: Essays (Io Series, No 35)”, Richard Strozzi-Heckler, North Atlantic Books (1993), Language: English, (ISBN 0938190512 et 978-0938190516)
  12. "A Life in Aikido: The Biography of Founder Morihei Ueshiba ", Kisshomaru & Moriteru Ueshiba, Kodansha International (2008), (ISBN 4-7700-2617-X) (ISBN 978-4-7700-2617-0) pp. 38, 53, 93-96
  13. 池月 映 会津の武田惣角. (ISBN 4-938965-56-9) Tokyo, Japan 2008
  14. "Un essai sur le Daito-ryu Aikijujutsu succession et l'héritage légitime" Tommaso Leonetti

Articles connexes[modifier | modifier le code]